• A propos de l'expression "trans binaire"

     

    Ceci est une réflexion en cours sur laquelle j’aimerais bien entendre vos avis aussi. Evidemment vous êtes libres de vous identifier comme vous le souhaitez, je parle plutôt du fait de parler de manière générale des hommes trans et femmes trans en tant que "trans binaires" par opposition aux personnes non-binaires.

     

    Par oppositions aux personnes trans non-binaires, on entend souvent l’expression « trans binaire » (= les meufs trans et les mecs trans, dont le genre existe donc dans le système binaire homme/femme). Ca peut sembler logique vous allez me dire. Sauf que je trouve que cette expression est quelque part problématique sur plusieurs aspects. Essayons de décortiquer tout ça.

     

     

    1.    Ca veut dire quoi « binaire » ?

     

    Avant toute chose, il faut se demander ce que veut dire « binaire ». « Binaire » est à la base un mot qui caractérise quelque chose comportant deux éléments (bi = 2). Quand on parle de transidentité, binaire caractérise donc notre système de genre qui ne reconnaît que les genres homme et femme alors qu’il en existe beaucoup d’autres.

    A côté de ça, on a le cissexisme, qui consiste à associer un type d’organe génital à un genre et à imposer le fait d’être cisgenre comme la norme. Le cissexisme n’est pas forcément binaire, parce qu’on pourrait avoir un système de genre trinaire cissexiste. Par exemple, on pourrait imaginer une société qui assigne aussi un genre neutre sur la base d’un critère lambda – peu importe en fait pour l’exemple – et qui place le fait d’être cis (homme cis, femme cis ou neutre cis du coup) comme la norme.

    En revanche, la binarité est forcément cissexiste car on ne peut maintenir un système binaire si on n’a pas une norme stricte confinant les possibles. Une binarité sans cissexisme s’effondrerait rapidement, ce n’est pas un système oppressif stable, car les gens seraient libres d’être ce qu’iels sont étant donné qu’il n’y aurait pas de critère de beauté cisnormé, pas de vêtements genrés, pas de rôles de genres, pas de mention de genre sur la carte d’identité, etc. C’est impossible qu’un tel système reste binaire car la non-binarité serait libre d’être là sans rien pour la restreindre.

     

    Donc, si vous m’avez suivi jusque là : le cissexisme n’est pas forcément binaire mais la binarité du genre repose sur le cissexisme. Quand on parle de binarité, on se réfère donc à un système cissexiste oppressif. La binarité vient avec un package complet : stéréotypes et rôles de genres, standards de beauté cisnormés, etc. Si vous lisez l’expression « binarité du genre » ou « gender binary » en anglais, c’est tout cela que ça traduit à la fois.

     

    Note : critères de beautés cisnormés = le fait d’associer un type de physique à un genre et d’en faire la norme.

     

     

    2.    Non-binaire est-il le contraire de binaire ?

     

    Quand on dit « non-binaire » on fait référence à des genres qui ne sont ni homme ni femme, ou des personnes dont le genre n’est ni complètement et uniquement homme, ni complètement et uniquement femme. On dit non-binaire parce que ces genres et ces personnes ne sont pas reconnus dans le système binaire homme/femme. En revanche, quand on emploie le terme « binaire », comme on l’a vu, on ne fait pas uniquement référence aux genres homme/femme mais à tout un système d’oppression. Même si non-binaire est le contraire de binaire en terme d’étymologie, en réalité ce n’est pas le cas sémantiquement. Les mots peuvent certes avoir plusieurs sens, mais lorsqu’on parle d’un système d’oppression, c’est vraiment problématique d’utiliser le terme qui le désigne pour autre chose. Quand on dit « trans binaire » :

    -       soit on retire le sens oppressif du mot binaire et c’est problématique car ça retire les mots qui permettent de parler d’une oppression ; or, pour démanteler une oppression, il faut pouvoir la nommer ;

    -       soit on implique que les hommes et femmes trans font partie de l’oppression parce que le mot binaire est chargé de ce sens oppressif (ce qui serait totalement indécent et un non-sens).

     

     

    3.    Les personnes « trans binaires » sont-elles effectivement binaires ?

     

    Au delà de ces considérations sémantiques, dire « trans binaire », ça implique aussi que les hommes et femmes trans ne sortent pas de la binarité de part leur genre. C’est FAUX. Les femmes et hommes trans défient le système binaire (qui est par essence cissexiste) rien que par leur existence ! Iels n’entrent pas dans les critères de beauté cisnormés ni dans les stéréotypes de genres. Et c’est même le cas des personnes trans qui passent pour cis : déjà parce qu’à un moment donné elles ne passaient pas pour cis, et ensuite parce qu’elles ont de toute façon défié le cissexisme rien qu’en étant trans (même si évidemment ce n'est pas voulu, on ne choisit pas d'être trans !)

     

    Note : je rappelle qu’accuser une personne trans de perpétuer les stéréotypes de genres en transitionnant alors que c’est un moyen de survie et qu’on accuse pas les cis de s’y conformer est transphobe.

     

    Je voudrais à présent développer un exemple, parce que déjà j’adore cette personne, et ensuite l’exemple est très parlant pour faire passer mon message : Ryan Cassata est un chanteur trans qui a décidé de ne pas prendre de testostérone car il s’aime ainsi. Il a écrit une chanson qui s’appelle « gender binary (fuck you) » = « la binarité du genre (je t’emmerde) » dont vous pouvez trouver la traduction sur la page des Vilains petit canards. Le refrain dit notamment « je t’emmerde de me dire de me conformer à ta binarité du genre ». Certaines personnes ont cru que Ryan était non-binaire au vu du titre et des paroles. Mais non, c’est un homme trans, et de par son existence même il défie la binarité ! Combattre la binarité du genre n’est pas uniquement le cheval de guerre des personnes non-binaires. Que ce soit les personnes non-binaires, les hommes trans ou les femmes trans, nous sommes toustes affecté-e-s par la binarité et nous la défions toustes.  

     

    A propos de l'expression "trans binaire"

     

    4.    Dire « trans binaire » est-ce que c’est enbyphobe ?

     

    Enfin de compte, l’expression « trans binaire » est souvent utilisée par opposition à « non binaire ». En plus du fait que « trans binaire » soit problématique pour les raisons évoquées ci-dessus, son utilisation est faite pour cliver la communauté trans en deux : les binaires d’un côté et les non-binaires de l’autre. Il n’y a pas pire dichotomie artificielle pour consacrer la binarité que celle-ci. C’est à cause de même type de mécanismes que les personnes non-binaires ne se sentent pas légitimes à s’identifier trans. Il y a évidemment des mécanismes oppressifs spécifiques (enbyphobie) qui font qu’il est pertinent de mentionner la non-binarité dans nos discours militants (et aussi pour la visibiliser) mais pas si c’est fait en clivant la communauté trans en deux. Je crois qu’il vaut mieux dire tout simplement « les personnes trans non-binaires, les hommes trans et les femmes trans » par exemple.

     

    Conclusion :

     

    J’ai la forte impression que l’expression « trans binaire » est problématique à plusieurs niveaux :

    -       parce que binaire n’est pas le contraire de non-binaire en terme sémantique et que ce mot désigne un système d’oppression ;

    -       parce qu’elle sous-entend que les hommes trans et femmes trans ne défient pas la binarité du genre ;

    -       parce qu’elle clive la communauté trans en mettant les personnes non-binaires de côté.

     

    Qu’en pensez-vous ?

     

    - UESG

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :