• Aromantique : quand ni la romance ni l’amitié n’est faite pour toi

     

    Attention : l’aromantisme est un spectre et toutes les personnes aromantiques ne sont pas pareilles, ce qui signifie que je m’appuie ici sur mon vécu personnel mais que celui-ci ne reflète pas nécessairement celui de toutes les personnes aromantiques. Certaines personnes aromantiques se satisfont très bien d’amitiés conventionnelles par exemple.

     

    Quelques définitions pour suivre l’article :

    Amatonormatif : un système social qui place les relations romantiques comme la norme pour l’ensemble des êtres humains et considère la romance comme étant plus importante que l’amitié. L’amatonormativité est fortement liée à la mononormativité, c’est à dire le système social qui considère qu’on ne peut avoir qu’un seul partenaire romantique.

    Aromantique (aro) : une personne qui ne ressent pas d’attirance romantique. Contraire : alloromantique (allo).

    Relation queerplatonique (QP) : une relation qui sort du cadre de l’amitié et de la romance.

    Polyamoureuse (polya) : une personne qui a plusieurs partenaires (pas nécessairement romantiques) ou qui aspire à avoir plusieurs partenaires et ce de manière consensuelles et éthique (ce n’est donc pas de l’infidélité). Contraire : monogame (mono).

    Anarchisme relationnel (AR) : une forme de polyamour dans lequel la personne ne hiérarchise pas le type de relations (romantiques, platoniques, sexuelles, non-sexuelles, etc.) et les personnes qu’elle fréquente, voire n’étiquète pas les différentes relations qu’elle entretient.

     

    Je suis une personne aromantique et plus spécifiquement quoiromantique, c’est à dire pour qui la dichotomie amitié/romance n’a pas de sens. Une analogie parlante pour comprendre comment je vis mes sentiments, c’est que pour moi, essayer d’étiqueter ce qui est de la romance ou de l’amitié c’est comme essayer de dire où sont le noir et le blanc dans un arc-en-ciel. En conséquence, j’ai ne peux pas me conformer ni au modèle d’amitié conventionnelle, ni au modèle de romance. Les relations dans lesquelles je suis le plus à l’aise sont les relations queerplatoniques (QP), c’est-à-dire des relations qui justement sortent de cette dichotomie amitié/romance. Les QP prennent des formes variées, on peut considérer qu’il s’agit d’un parapluie de différentes formes relationnelles, étant données que les possibilités sont multiples quand on sort de la norme. Ainsi, alors que les conventions sociales amatonormatives définissent un cadre strict dans lequel les relations amicales sont censées évoluer, on pourra par exemple avoir une amitié qui n’est plus restreinte par ces conventions. La relation est libre d’évoluer spontanément et de répondre à des besoins non-normatifs.

     

    C’est cependant assez rare qu’une QP marche bien pour moi car le plus souvent, je me retrouve face à des personnes alloromantiques (pas aromantiques). Ca serait chouette de croiser plus de personnes aro mais c’est pas le cas. Du coup, j’ai le cul coincé entre deux chaises, on peut le dire.

    D’un côté, il y a ces personnes allo-mono qui envisagent leurs relations uniquement dans un cadre amical strict/conventionnels et c’est donc compliqué de trouver quelqu’un qui répond à mes besoins émotionnels. Et même quand ça arrive qu’une personne allo se lance dans une forme relationnelle moins conventionnelle, elle prendra souvent fin lorsque celle-ci trouvera un-e partenaire romantique. Sur ce point-là, les allo polyamoureuxes posent moins de soucis car iels peuvent très bien avoir une relation romantique à côté. Malgré tout, beaucoup de polyamoureuxes restent très amatonormatif-ves et une relation non-romantique sera moins importante à leurs yeux. C’est en plus assez délicat d’être dans ma situation parce que dès que quelque chose rentre pas dans le cadre de l’amitié strict, ça peut être pris comme l’autre par des avances romantiques, encore plus si c’est un homme on va pas se le cacher (même si celui-ci sait que je suis trans non-binaire). Alors oui, il suffirait de communiquer pour clarifier les choses, mais c’est pas facile, c’est encore un sujet dont j’ai dû mal à parler parce que je me sens direct jugé ou que la personne va se faire tout un tas de fausses idées, ou carrément fermer la porte à toute relation affective avec moi à cause de ces fausses idées sur la question.  

    De l’autre côté, il y a ces mêmes personnes allo qui veulent, elles, une relation romantique. Or dans une relation romantique, je suis pas toujours capable de fournir à l’autre personne ce qu’elle attend. Ca ne me dérange pas d’être avec une personne qui éprouve des sentiments romantiques pour moi car je ne suis pas repoussé/dégouté par la romance, mais il faut que l’autre personne accepte que j’aurai pas la même réponse émotionnelle. Attention, réponse émotionnelle différente ne signifie pas moindre. Une personne peut énormément compter pour moi sans que ça soit pour autant romantique. Evidemment cette situation ne convient pas à toutes les personnes allo car certaines se sentent moins aimés – ce qui n’est pas le cas en pratique en ce qui me concerne, mais en tout cas elles se sentent pas aimées de la façon dont elles le voudraient/auraient besoin.

     

    En conséquence de tout ça, j’ai essuyé pas mal de déceptions relationnelles, étant souvent « largué » par des amis allo-mono. Je suis beaucoup plus frileux qu’avant à m’investir dans des relations amicales à cause de ça surtout si je sais que la personne est allo et mono.

    En ce qui concerne les relations romantiques, je ne les initie pas, mais ça m’arrive d’accepter si je me sens particulièrement bien avec la personne. Sentimentalement y’a pas de différences pour moi – si la personne compte pour moi, elle compte pour moi quoi - mais ce type de relation permet en général d’avoir plus de marge avec certaines marques affectives qui ne sont pas forcément acceptées dans une relation amicale conventionnelle. Mais il se passe aussi l’inverse, c’est-à-dire la pression pour fournir certaines autres marques affectives dans ce type de relation alors qu’on a pas forcément la réponse émotionnelle correspondante voire qu’on traverse un moment où on est repoussé par la romance (même si de façon générale je le suis pas, y’a des moments où ça m’arrive surtout quand j’ai plus de cuiller (= énergie) à cause de ma neuroatypie).

     

    Au final, j’ai le sentiment de devoir constamment arrondir les angles dans une société où ni l’amitié ni la romance ne sont taillées pour moi.

    Je dirais qu’il y a une seule relation queerplatonique qui a bien marché pour moi, mais c’était à une époque où on avait ni le mot queerplatonique, ni le mot aromantique pour en parler alors on disait juste qu’on était meilleurs amis. Avec le recul et le vocabulaire que j’ai à ma disposition aujourd’hui, je pense que cette personne était probablement aussi aro et/ou ace. Ca s’est terminé parce qu’il voulait que la relation évolue vers quelque chose de plus sensuel et à l’époque j’étais vraiment dégouté par le contact physique (étant hypersensible sensoriel, c’était trop difficile à gérer). Bref, je vous épargne les détails pour cette fois-ci sinon l’article va vraiment partir dans tous les sens.

     

    En ce moment, je suis dans une relation avec une personne alloromantique et ça se passe plutôt bien. De toute façon, il sait que je suis bizarre sur tous les plans lol et il l’accepte. Mais c’est vrai que parfois on n’est pas sur la même longueur d’onde par rapport à certains trucs.

     

    Je suis aussi polyamoureux / anarchiste relationnel et ça me convient bien parce que ça laisse la place à des relations non-conventionnelles justement, sans les hiérarchiser par rapport à la romance.

     

    Bon, cet article est un peu fouillis, j’espère que quelqu’un y trouvera des réflexions intéressantes, comprendra mieux comment fonctionnent certaines personnes aromantiques ou se sentira moins seul-e.

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :