• « Ces femmes cis dyadiques sont biologiquement non-binaires » : une interview avec le Dr Cajou

     

    Le Dr Cajou est notamment connu pour son incroyable découverte sur la nature du sang queer. Rainbow magazine a eu la chance de l’interviewer.

     

    Rainbow magazine :

    Quelles sont les causes de la cissexualité, selon vous ?

     

    Dr Cajou :

    Vous savez, l’identité de genre est une question complexe. Le fait qu’une personne ne remette pas en question le genre qui lui a été assigné à la naissance est un phénomène tout à fait fascinant. On se rend de plus en plus compte que les personnes avec neurotypisme sont souvent aussi cissexuelles. Je pense que c’est dû au fait que les personnes ayant un trouble neurotypique s’imprègnent beaucoup plus facilement des normes arbitraires sans chercher à les déconstruire.

     

    RM :

    Pensez-vous que l’éducation peut-être un facteur ?

     

    DC :

    Absolument. Il y a des parents qui conditionnent leur enfant à penser que leurs organes génitaux déterminent leur identité pour satisfaire leurs propres idées malsaines, c’est un véritable lavage de cerveau. Ces parents-là veulent absolument que leur enfant soit cis !

     

    RM :

    Faut-il soutenir les cis dans leur identité de genre ?

     

    DC :

    Il faut avant tout s’assurer que ça ne sera pas une phase par une évaluation psychologique solide. Vous savez, moi aussi un jour je pensais que j’étais cis mais je me trompais, c’était complètement une phase.

     

    RM :

    Pensez-vous que la cissexualité est devenue une mode ?

     

    DC :

    Oui, on ne peut pas regarder la société actuelle et nier qu’il s’agit d’un truc extrêmement tendance. Les cis sont partout dans les médias. Il n’y a pas un film sans cis de nos jours. Et les lobbys cis font pression pour que ça reste comme ça.  

     

    RM :

    Vous avez récemment réalisé une étude sur la biologie des personnes cis, pouvez-vous en résumer les conclusions pour nos lecteurices ?

     

    DC :

    Oui bien sûr. En fait, nous voulions vérifier scientifiquement l’affirmation de nombreuses personnes cis selon laquelle les personnes trans seraient biologiquement leur genre assigné. Nous avons donc comparé un groupe de 5 personnes non-binaires et de 5 femmes cis dyadiques (consentantes évidemment !) On a constaté que ces femmes avaient un fonctionnement biologique tout à fait similaire à celui des personnes non-binaires qui ont participé à l’étude. Elles avaient une vulve, un vagin, un utérus et même un cycle menstruel. La principale conclusion qu’on peut en tirer c’est que ces femmes cis dyadiques sont biologiquement non-binaires. Malgré cela, elles ont la conviction intime d’être des femmes.

    Lors de la seconde phase de l’étude, on a comparé 5 hommes cis dyadiques et 5 femmes trans. Ces hommes avaient une anatomie identique aux femmes ayant participé à l’étude. On peut facilement en conclure qu’ils s’identifient hommes mais sont biologiquement des femmes.  

     

    RM :

    Que pensez-vous de ces résultats ?

     

    DC :

    Le comportement de certaines personnes cis qui s’obstinent à penser que je suis biologiquement une femme alors que je suis non-binaire m’inquiète sur l’état de notre société. A l’école, on leur a lavé le cerveau avec des livres de biologie datant de mathusalem qui s’arrêtent à « XX et XY » et maintenant iels sont complètement en perte de repères.

     

    Propos recueillis par Jessica Cisphobe

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Kris
    Lundi 3 Avril à 14:17

    "On a constaté que ces femmes avaient un fonctionnement biologique tout à fait similaire à celui des personnes non-binaires qui ont participé à l’étude. Elles avaient une vulve, un vagin, un utérus et même un cycle menstruel. La principale conclusion qu’on peut en tirer c’est que ces femmes cis dyadiques sont biologiquement non-binaires. Malgré cela, elles ont la conviction intime d’être des femmes."

    Stupéfiant ! Il manquerait plus que ces "femmes" à vagin se prétendent des "vraies" femmes.

    2
    Pseudo
    Lundi 3 Avril à 16:48

    Les matérialistes te remercient. Il est maintenant très clair grâce à ce texte que tu n'as rien compris aux mécanismes d'essentialisation du masculin et du féminin. Souhaites tu des conseils de lecture ?

    PS : Je ne m'attarde pas sur la transphobie de tes propos, on en a l'habitude et je n'ai pas envie de m'énerver.

      • Lundi 3 Avril à 16:58

        Cet article a été publié dans la catégorie "humour"... Le but est de jouer sur les arguments essentialistes des personnes cis et de les tourner en dérision. Tu le fais exprès ou bien ?

      • Pseudo
        Lundi 3 Avril à 19:40

        J'ai bien remarqué qu'il s'agissait du tentative de retournement de situation à but parodique mais c'est loupé et pas du tout convainquant : tu ne comprends pas le "cissexisme" (je mets des guillemets car je n'utilise d'habitude un autre mot).

        Quand tu écris que les hommes cis ont le même corps que les femmes trans par exemple :
        - c'est factuellement faux, plein de femmes trans modifient leur corps par les hormones, le chirurgie ou plus simplement l'épilation, le maquillage. Le dismorphisme sexuel dans l'espèce humaine est largement du à des différence de comportement.
        - si tu voulais inverser l'idée que les femmes trans ont un corps d'homme cis, voire sont des hommes, tu le fais de façon de très maladroite et perçue comme transphobe par pas mal de femmes trans.
        - c'est oublier que le fait d'être trans est une condition sociale associée à la transition, celle-ci étant une remise en cause de l'idée que la bicatégorisation sexuée est naturelle. Il ne peut exister de société "trans-normée" qui exclut les hommes cis car le fait d'être trans, c'est subir l'exclusion et la violence d'une société qui ne peut accepter ton existence dans ce système binaire, être trans c'est être exclu-e des catégories hommes et femmes.

      • Lundi 3 Avril à 20:06

        Pourquoi penser que "CINQ femmes trans" est une quelconque généralisation sur les femmes trans ? Pourquoi sembles-tu penser qu'il ne peut exister de femme trans qui ne désire transitionner médicalement ?

        Ce point est justement fait pour montrer l'absurdité des pseudo études sur la transidentité avec des échantillons minuscules.

        Tu sembles penser que je crois à la "cisphobie", ce n'est absolument pas le cas et ce n'est pas ce que dit cet article. Je sais comment marche la transphobie, merci bien, je la vis. Tu vois, c'est un peu comme les vidéos "si les personnes trans parlaient comme les personnes cis". Ca veut pas dire qu'on occulte l'aspect systémique de la transphobie ni qu'on pense que la cisphobie est possible...

         

      • Pseudo
        Lundi 3 Avril à 20:30

        J'ai dit "plein de femmes trans" et j'ai cité l'épilation en pensant à l'épilation des jambes ou des aisselles mais je comprends que tu aies pensé au laser. Je n'avais pas compris qu'il s'agissait d'une critique des échantillon minuscule à propos des personnes trans, mea culpa. Cependant il y a d'habitude un large échantillon de personnes cis et un minuscule échantillon de personnes trans puisque les données que tu critiques proviennent d'études type "santé des perssones LGBT" avec quelques milliers de personnes interrogées dont quelques dizaines sont trans.

        Je ne trouve pas drôle du tout d'imaginer des personnes trans parler ainsi à des personnes cis car la condition des personnes trans n'existe pas sans transphobie, laquelle est intrinsèque à toute société organisée selon un division sexuée. Moi même il m'arrive de vanner des personnes cis quand elles sont seules entourées de personnes trans mais pas en retournant les arguments transphobes que j'entends déjà assez pour ne pas les répéter. :/

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :