• Ces non-binaires enbyphobes (réponse aux xénogenre-phobes)

    [Attention : article coup de gueule, je ne vais pas mâcher mes mots et être assez sarcastique parce que j’en ai marre qu’on me chie dessus.]

     

    Comme si être opprimé-e-s par la cisnormavité n’était pas assez fun, il faut aussi qu’on se tape sur la gueule de manière intra-communautaire au lieu d’être soudé-e-s pour lutter pour nos droits. C’est très productif. Bravo. C’est donc avec un immense plaisir que je vous présente les arguments xénogenre-phobes que j’adore tellement me prendre dans la tronche.

     

     

    1.    Les arguments sur la définition du genre

     

    J’ai déjà répondu ici, oui là, clique ici, clique, clique. Ca me ferait plaisir de ne pas avoir à répéter les choses en boucle.

     

    Petit complément à l’article quand même :

     

    Les gens qui se permettent de me dire que je suis « juste agenre » et que mon xénogenre n’est pas un genre mais une autre partie de mon identité sont incroyablement oppressifs. Ce sont des arguments transphobes basiques hein. « Mais non t’es pas un mec trans, on peut être une fille masculine tu sais. » => « Mais non tu n’es pas xénogenre, on peut être agenre et avoir autre identité qui ne fait pas partie du genre. » Nier la capacité des personnes à s’autodéterminer et décréter qu’elles ne sont pas capables de savoir ce qui constitue leur genre, c’est transphobe (félicitations !!!)  

     

    Allez également, rien que pour vous, pour rire un peu je vais vous copier ici une magnifique perle : « il faudrait peut-être penser à recadrer ce qu'on considère comme le genre ici et pas lui donner une définition aussi flottante qu'un truc qui te permet d'être une banane » (des bisous à toi si tu te reconnais). C’est marrant, ça ressemble exactement aux arguments enbyphobes qu’on entend de manière générale. A bon•ne entendeur•e.

     

    2.    Les arguments sur les otherkins

     

    Indépendamment de ce que vous pensez des otherkins, ce n’est PAS PERTINENT dans ce débat puisque ce n’est pas la même chose. J’ai écrit un article dessus, ici. Et si une personne xénogenre est aussi otherkin, son otherkinité n’invalide évidemment pas son xénogenre. Même si dans la communauté MOGAI on ne traitera pas le sujet de l’otherkinité, ça n’empêche pas cette personne d’être queer car elle est xénogenre (donc non-binaire, donc trans, petit rappel).

     

    3.    Les arguments contre les identités animales

     

    Je ne suis pas concerné donc je n’ai pas l’intention d’entrer en détail ni de donner mon avis par rapport à de tels arguments. Mais ce que je n’accepte pas c’est qu’un argument sur les identités animales serve à envoyer chier tous les xénogenres alors que les xénogenres sont bien plus vastes que ça (ici, un tour d’horizon). Plus généralement, on ne peut pas comprendre la complexité de ces identités en quelques lignes. Personnellement, comme avec tout ce qui est différent, au début je ne comprenais pas du tout ce que ça impliquait (et je suis encore loin d’en comprendre tous les tenants et les aboutissants) mais prendre le temps d’en parler avec les gens permet vraiment de mieux comprendre, plutôt que de partir direct en shitstorm (c’est un peu le côté nocif du militantisme virtuel mais bon je m’égare).  

     

    4.     Ca décridibilise notre message

     

    J’ai envie de dire :

     

    -       certains gays pensent que les gays trop efféminés les décrédibilisent

     

    -       certains gay/lesbienne pensent que les bi les décrédibilisent

     

    -       certain-e-s hommes et femmes trans pensent que les non-binaires les décrédibilisent

     

    -       certain-e-s non-binaires pensent que les xénogenres les décrédibilisent

     

    -      

     

    C’est l’argument oppressif le plus vieux du monde non ? Les cis trouveront toujours de quoi nous mettre la tête dans la merde et ce n’est pas la faute des xénogenres, c’est LEUR faute. Alors luttons ensemble, parce ce que l’union fait la force.

     

    5.    Trop d’étiquettes

     

    Bof, je vois même pas pourquoi je me fatiguerais à y répondre, ça aussi c’est un argument oppressif vieux comme le monde.

     

     

    « Trop d’étiquettes, trop d’étiquettes, au secours !!! » criait l’homme blanc cishet neurotypique valide qui avait peur que d’autres identités que la sienne existent.

     

    Ces non-binaires enbyphobes (réponse aux xénogenre-phobes)

    Source : Assignée Garçon

     

    Je vais quand même mettre un lien vers une réflexion sur les étiquettes ici dans mon immense bonté à répondre à des arguments tout pourris.

     

    6.    Ca dépolitise le concept du genre

     

    J’ai l’air dépolitisé ? Sérieusement ? C’est avec les pieds que vous lisez mon blog ou bien ?

    C'est marrant parce que j'ai aussi un article qui parle de ça, .

     

    7.    Les arguments psychologiques/scientifiques

     

    Paraît que j’aborde le genre de manière « pseudo-scientifique » et que je fais de la « psychologie approximative avec un zeste de New-age » (des bisous à toi aussi [insérer ici une insulte non-oppressive de votre choix]). Donc j’en conclus que pour parler de son genre, il faut avoir un diplôme en psychiatrie. Bien, bien, allez pathologistes le genre, c’est une bonne idée ça… Je crois que personne n’y avait pensé avant. C’est d’ailleurs pour ça qu’on peut changer d’état civil librement et gratuitement sans se faire stériliser et sans passer par un psychiatre qui atteste notre genre avec ses connaissances cis-certifiées. #sarcasme_extrême.

     

    Bon et cerise sur le gâteau, il paraît tout de même que je suis dangereux (lolilol), parce que ça serait dommage de pas sous-poudrer le tout d'arguments psychophobes et transphobes vieux comme le monde. C'est vrai qu'explorer le genre c'est très dangereux, ça pourrait mettre fin à la binarité et aider des personnes à comprendre leur identité, au secours ! #sarcasme #fatigue_extrême.

      

    Ces non-binaires enbyphobes (réponse aux xénogenre-phobes)

    Source : Assignée garçon

    Allez, avec tout ça on a de quoi faire un bingo. Etrangement, j’aurais pu le renommer « le bingo des enbyphobes » voire le « bingo des transphobes » car ce sont exactement les mêmes arguments.

    Vous êtes anti-xénogenre ? Félicitations, vous êtes transphobes ! :D

    Ces non-binaires enbyphobes (réponse aux xénogenre-phobes)

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Liriel
    Lundi 20 Juin 2016 à 15:59
    Nouah, saches que je t'aime très fort <3 j'ai pas encore gagné au xeno-bingo mais je suis pas pressé.e :D ! Bisous poutous baveux dégueux non-oppressifs et pleins de super paillettes de cis passés au paillettor <3
      • Lundi 20 Juin 2016 à 20:07

        Merci <3 Grooos poutou :)

    2
    TONNELIER LASSIAZ Fr
    Lundi 3 Avril à 21:28
    Bjr
    Je n ai pas commencé à te lire que je suis choquée que l on puisse t affirmer que tu n es un mec trans mais une femme masculine. C est nier ton identité de genre c est transphobe et humiliant.
    Si tu te sens homme ou mec, ceux sont des mots que je n aime pas logique je me sens femme
    3
    Swirniak
    Dimanche 14 Mai à 02:43

    Ah ah ! Mais quel sérieux monsieur ^^

    #tromignon

      • Dimanche 14 Mai à 12:28

        Quel monsieur ? ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :