• De quoi ont besoin les personnes non-binaires sur le plan politique ?

    (mis à jour le 7 octobre 2016)

     

    Cet article sera une liste (déso pas déso) des besoins des personnes non-binaires d’un point de vue « pratique » et politique. Je n’entrerai pas beaucoup dans le détail, il s’agit d’avoir une vision globale des choses pour l’instant.

     

    Je préciserai à chaque fois les choses qui sont spécifiques ou pas aux personnes non-binaires. Quand je précise que c’est spécifique aux personnes non-binaires, ça ne veut en aucun cas dire que les autres personnes trans sont privilégiées par rapport à ça, ou que c’est pas difficile aussi pour elle. Il s’agit juste de mettre en lumière une spécificité, pas de savoir qui souffre le plus.

     

    Les différents points ne sont pas forcément classés par ordre d’importance, il me semble qu’il faut que tout cela soit combiné de toute façon pour réussir à obtenir une société inclusive des personnes non-binaires.

      

    L’état civil

    Dans l’idéal, il faudrait que la mention de sexe/genre soit complètement retirée de l’état civil.

    Tant que la mention de sexe/genre à l’état civil persiste, il faut la possibilité d’un changement d’état civil (CEC) libre et gratuit (ce qui rejoint les revendications des autres personnes trans), avec l’existence d’une 3e possibilité (ce qui est spécifique aux personnes non-binaires dans le mouvement trans et rejoint en partie certaines revendications intersexes).

     

    Pour se faire une idée, la question a été posée à l’aide d’un sondage sur NB francophone. Les gens peuvent cocher plusieurs options et rajouter des options. Il y a eu 376 réponses en tout réparties comme suit à la date du 4 octobre 2016 :

    -       supprimer la mention de sexe à l’état civil : 126

    -       3e option à l’état civil : 95

    -       CEC libre et gratuit : 85

    -       changer d’état civil pour la seconde option disponible actuellement (M ou F) : 9

    -       garder son état civil actuel : 1

     

    L’option « CEC libre et gratuit » n’est pas pertinente au vu de la question de savoir quel état civil on voudrait (celui assigné, le second disponible actuellement, une 3e option, ou aucune mention de sexe). En éliminant ceci, on obtient donc 231 réponses réparties comme suit :

    -       54,5% des réponses pour la suppression de la mention de sexe à l’état civil

    -       41,1% des réponses pour une 3e option d’état civil

    -       3,9% des réponses pour la seconde option disponible actuellement

    -       0,4% des réponses pour garder son état civil actuel

     

    Dans les commentaires, la majorité personnes explique qu’elles veulent la disparition de cette mention de sexe dans l’idéal et en attendant une possibilité d’une 3e option à l’état civil avec un changement d’état civil libre et gratuit.

     

    Evidemment, le sondage n’ayant été fait que sur NB francophone peut comporter des biais mais on a une bonne idée de la situation quand même, sachant que c’est le plus grand groupe non-binaire francophone actuellement.

     

    L’accès aux transitions hormonales et chirurgicales dépsychiatrisées

    L’accès aux transitions hormonales et chirurgicales dépsychiatrisées est indispensable. En cela, on rejoint les revendications des autres personnes trans avec la spécificité suivante : l’accès à la transition est déjà compliqué quand on est un homme ou une femme trans (on doit correspondre aux clichés…) et souvent, les personnes non-binaires doivent faire semblant d’être un genre binaire pour obtenir l’accès à la transition. Il faut donc veiller à ce qu’on puisse y accéder même en étant non-binaire et qu’on ait pas à se cacher là-dessus.

     

    Certaines personnes non-binaires peuvent aussi avoir besoin de transitions « atypiques » comme une basse dose testostérone pour avoir un corps perçu plus androgyne.

     

    -Respect des droits des personnes intersexes et trans, y compris non-binaires, en milieu carcéral

    -L’accès à des lieux non-genrées partout (toilettes neutres, vestiaires neutres, etc.)

    -La possibilité pour les athlètes de concourir dans des équipes/catégories qui respectent leur identité de genre

    Les personnes non-binaires ont aussi besoin d’espaces non-genrés, comme par exemple des toilettes publiques neutres ou des vestiaires neutres, accessibles partout et à tout le monde. A noter que ces toilettes neutres peuvent aussi être nécessaires pour des hommes ou des femmes trans qui seraient en danger dans les toilettes de leur genre assigné, ou les toilettes correspondant à leur genre si elles ne sont pas perçu-e-s comme leur genre.

    Dans la même lignée, ça veut aussi dire arrêter de suivre la logique binaire de « on va faire un groupe de fille et un groupe de garçon » (à l'école par exemple).

    Ca veut aussi dire réfléchir à l'inclusivité du sport pour que les athlètes non-binaires puissent concourir dans une catégorie qui respecte leur identité (une vidéo à ce sujet en anglais). On pourrait par exemple faire des catégories par poids (comme ça se fait déjà dans certains sports) ou niveau, et non pas par sexe.

    On peut aussi parler des espaces tels que la prison ou la garde à vue, etc. (oui y'en a beaucoup des espaces séparés de manière binaire). Il faut respecter les droits des personnes non-binaires en milieu carcéral où elles sont en danger d’agression voire de mort !

     

    Prise en compte de l’extrême fragilité des personnes intersexes et trans, y compris non-binaires, dans les demandes de régularisation et d’asile

     

    Financement de recherche sur la santé des personnes intersexes et trans, y compris non-binaires

     

    Formation et sensibilisation des professionnels à la non-binarité …

    …dans les domaines de la santé, de l’administration, de l’éducation, dans les foyers d’accueil de mineures, jeunes travailleur-ses, migrant-e-s, etc.

    Nous devons avoir accès aux soins, à l’éducation, etc. dans de bonnes conditions.

    On doit aussi avoir accès aux ressources d’urgences (tests MST/IST, prévention suicide, etc.)

     

    Accès à la PMA et respect des droits des parents intersexe et trans, y compris non-binaires

    Le droit à la parentalité des personnes non-binaires doit être respecté. Les parents non-binaires et leurs enfants doivent être respectés.

     

    La reconnaissance de formes neutres et inclusives du français, comme par exemple le pronom « iel »

    Le langage neutre et inclusif est une vaste question mais il est indispensable à terme que les personnes non-binaires aient des moyens de parler d’elles-mêmes et qu’on parle d’elles. Il faut donc un neutre et/ou un inclusif officiel. Si pour le moment ce n’est pas réalisable car aucune forme n’est solidement fixée dans le langage, on peut par contre encourager voire même exiger l’utilisation de l’inclusif avec les séparateurs de type tirets/points/apostrophes systématiques sur les documents de tout types. On peut aussi d’ores et déjà faire rentrer dans le dictionnaire un pronom qui servira à la fois de neutre et d’inclusif pour l’instant.

     

    En effet, j’ai effectué un sondage sur le langage non-binaire entre le 20 août et le 20 septembre 2016 (encore en cours d’analyse), avec 286 répondant-e-s. A la question « quel(s) pronom(s) utilisez-vous actuellement ? », « iel » est utilisé par 43% des répondant-e-s et 57,3% en prenant en compte les différentes formes orthographiques (iel/yel/ielle). A la question « Quel pronom utilisez-vous comme inclusif pour parler d'une personne de genre inconnu ou d'un groupe de personnes de genres différents ? », « iel » correspond à une majorité écrasante : 74,5% des gens l’utilisent (sous cette orthographe).  

     

    Abandon des lois contre le travail du sexe précarisant et mettant en danger les personnes intersexes et trans, y compris non-binaires, concernées

     

    La prise en compte des personnes intersexes et trans, y compris non-binaires, dans les statistiques…

    …sur les agressions, le viol, le harcèlement de rue, les violences conjugales, etc.

     

    Des lois consistantes contre les discriminations basées sur le genre et l’expression de genre

    Il faut absolument des lois protégeant de la discrimination basée sur l’identité de genre mais aussi l’expression de genre. Les personnes doivent pouvoir s’autodéterminer, définir et nommer leur genre librement sans être inquiétés pour cela. Nos identités doivent être respectés, en particulier les choix de pronoms/accords et prénoms (ce qui rejoint les revendications des autres personnes trans avec la spécificité du langage neutre et inclusif). Cela s’applique dans le cadre de l’éducation, les soins, le travail, etc.

     

    La sensibilisation à la non-binarité et arrêter d’invisibiliser notre existence.

    Déconstruire un système oppressif passe aussi énormément par la sensibilisation des membres du système, donc il faut continuer à diffuser des ressources éducatives, en se focalisant sur leur accessibilité au plus grand nombre (sous-titrer les vidéos pour sourd-e-s et malentendant-e-s, et personnes en cours d’apprentissage du français entre plein d’autres choses).

     

    Il est aussi indispensable d’être représenté-e-s dans les médias, pour être visibles et montrer qu’on existe. Là, il faudra mener un boulot avec les allié-e-s dont on a encore besoin pour amplifier nos voix et nous donner de l’espace. C’est aussi le boulot des allié-e-s d’arrêter de nous invisibiliser : utilisez des tournures inclusives et mentionnez les personnes non-binaires chaque fois que c’est pertinent, même si c’est pas le sujet en particulier, pour normaliser notre existence.

      

    Cette liste est non-exhaustive et n’hésitez pas à rajouter des choses auxquelles je n’ai pas pensé en commentaire !

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Pandanas
    Vendredi 7 Octobre 2016 à 09:55

    Yo, je viens proposer des idées possiblement complémentaires des tiennes ;)

    1°) Le plus important, un point sur lequel tous les NB doivent être d'accord a priori : abolir l'assignation à la naissance Pour ce point, on est d'accord que l'abolition simple du genre est l'idéal (ne plus faire mention du sexe sur la carte d'identité, ne plus le prendre en compte dans les entreprises, dans les administrations, etc.) mais ça me semble compliqué. Il y aura trop de gens contre.
    Aussi, solution intermédiaire : abolir l'assignation à la naissance puis, à 18 ans (donc à la majorité) choisir son genre sans imposer de termes (pour que la personne puisse par exemple se dire genre fluide si ça lui chante, et pas juste "homme, femme, autre") mais en interdire certains pour certains groupes (par exemple interdire de se définir "Two Spirit" pour les personnes n'étant pas amérindiennes, ou asperger genre pour les personnes n'étant pas asperger), puis avoir la possibilité de changer son genre officiel deux fois au cours de sa vie sur parole (donc sans aucune médicalisation)

    2°) Le neutre et/ou l'inclusif dans la langue française. Un point là encore très important.
    On pourrait soit supprimer le "féminin" et le "masculin" pour le remplacer par un genre de neutre absolu. Faire comme en anglais, quoi, que rien ne soit genré à part des pronoms. D'ailleurs, pour ces pronoms, ce serait bien d'en avoir un neutre pour ce qui n'est pas vivant (les objets, donc), un inclusif pour les êtres vivants dont on a aucune idée du genre (les plantes (?), les animaux, les inconnu-es dans la rue...), puis un pronom neutre, un pronom féminin et un pronom masculin pour les êtres vivants dont on sait le pronom (avec possibilité bien sûr de pouvoir garder le pronom inclusif pour les personnes qui s'y identifient)
    Ou sinon, ce que tu as commencé à faire, ajouter un inclusif et un neutre dans la langue française, avec des terminaisons associées ^^ L'un me semble tout de même moins casse-tête que l'autre... mais je sais pas, 'faudrait voter.

    3°) Ne plus genrer les objets parce que "une table", "un stylo", c'est ridicule... mais pas que ! Il y a aussi, comme tu l'as dit (ou au moins sous-entendu), la question des vêtements, du maquillage, des toilettes, le sport, etc.
    D'ailleurs, concernant le sport... Si on faisait des catégories par "niveaux", comme pour le karaté par exemple, ce serait déjà plus inclusif que ranger par """"sexe""""

    Pour le reste, je vois pas trop quoi ajouter. À réfléchir ^^ Bon boulot en totu cas o/

      • Vendredi 7 Octobre 2016 à 10:12

        Merci pour ces idées :D 

        1. Evidemment abolir l'assignation et l'éducation genrée serait l'idéal. Je pense néanmoins que même si on le fait "théoriquement" maintenant, les gens ont toujours trop de cissexisme et vont associer un genre à leur enfant spontanément. On dit que le comportement des parents est inconsciemment différent dès la grossesse quand on sait le sexe supposé de l'enfant ! On est bien loin de l'abolition du genre, je crois que ça va demander encore beaucoup de temps et de travail. Je ne vois pas une telle chose arriver de si tôt. 

        2. Maintenant que le féminin et le masculin sont si ancrés dans la langue, je ne sais pas si c'est réaliste, en tout cas pas tout de suite, de les remplacer par de l'inclusif. De plus, le féminin et le masculin restent des outils d'affirmation de genre puissant pour certaines personnes, je ne trouverais pas ça correct de les en priver. 

        3. Oui on est d'accord, c'est absurde. x) Mais ça suppose quand même un changement radical de la langue, très difficile à mettre en place. Je ne pense pas que c'est quelque chose qui sera accepté ou se fera facilement. Je préfère donc me concentrer sur les genres appliqués aux personnes, ce qui est prioritaires. 

        Entièrement d'accord pour les catégories par niveau ! Au judo, elles se font par poids et sexe donc j'imagine que juste par poids ça peut marcher.

      • Pandanas
        Vendredi 7 Octobre 2016 à 10:20

        "Mais ça suppose quand même un changement radical de la langue, très difficile à mettre en place. Je ne pense pas que c'est quelque chose qui sera accepté ou se fera facilement. Je préfère donc me concentrer sur les genres appliqués aux personnes, ce qui est prioritaires."

        C'est pas faux... ^^" =/

        "Entièrement d'accord pour les catégories par niveau ! Au judo, elles se font par poids et sexe donc j'imagine que juste par poids ça peut marcher."

        Oui, par poids, par niveau... :) Pas par "sexe" en tout cas, c'est sûr.

    2
    Charly NB
    Samedi 8 Octobre 2016 à 15:39

    Et pourquoi pas simplement interdire aux médecins de communiquer le """"sexe"""" de l'enfant pendant la grossesse. Ça éviterais justement les comportements différencier pendant la grossesse et aussi tout ce qui est vêtements, jouets et les divers meubles que les parents, la famille et les ami-e-s achètent comme cadeaux pour l'enfant qui sont en mode tout rose pour les assigné.e.s filles. Même si c'est pas LA solution miracle c'est un bon début je pense :) 

      • Samedi 8 Octobre 2016 à 20:05

        Je ne sais pas si interdire quelque chose est la bonne solution, plutôt sensibiliser les gens pour les motiver à ne pas connaître le "sexe" présumé à l'avance ? :)

      • Charly NB
        Dimanche 9 Octobre 2016 à 01:21

        Personnellement interdire ça me choquerai pas le moins du monde mais t'as peux être raison c'est peux être "trop d'un coup".
        Même si je pense qu'interdire c'est un gage d'efficacité 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :