• Diamorique ou comment définir ses relations/attirances en étant NB

    (Note : Non-binaire : une personne ni exclusivement homme, ni exclusivement femme.)

     

    Vous avez sûrement remarquer un mot mystérieux dans le titre de cet article. Avant de le définir, je vais devoir blablater un peu. Donc grossièrement, on va parler du fait de définir ses attirances et relations lorsqu'on est non-binaire. Commençons par quelques piqures de rappels de vocabulaire sur les orientations. Si vous êtes déjà un'e maître'sse Jedi des orientations, vous pouvez passer directement au point deux.

     

    1.    Un peu de vocabulaire sur les orientations pour commencer (rappels)

     

    ü  hétéro : typiquement un homme attiré par les femmes et inversement ; définition élargie : une personne attiré’e par un genre différent du sien.

    ü  homo : typiquement un homme attiré par les hommes (gay) ou une femme attirée par les femmes (lesbienne) ; définition élargie : une personne attiré’e par le même genre qu’elle.

    ü  bi : attiré’e par deux genres ou plus OU attiré’e par le même genre que soi et d’autre(s) genre(s) [les personnes non-binaires préfèrent en général la première définition parce que trouver quelqu’un du même genre que soi, ça peut être compliqué quand on est non-binaire].

    ü poly : attiré’e par plusieurs genres mais pas forcément tous (à ne pas confondre avec polyamoureuxe dans le contexte où j’écris cet article).

    ü  pan : attiré’e par tous les genres OU indépendamment du genre.

    ü spectre asexuel : rassemble les personnes qui ne ressentent pas ou presque pas d’attirance sexuelle ou sous certaines conditions seulement.

    ü  spectre aromantique : rassemble les personnes qui ne ressentent pas ou presque pas d’attirance romantique ou sous certaines conditions seulement.

     

    (Chaque orientation peut être suivie de sexuel’le pour une attirance sexuelle ou romantique pour une attirance romantique.)

     

    ü  queer : terme parapluie vague englobant toute personne non-hétéro et/ou non-cis, anciennement une insulte qui a été réappropriée par la communauté MOGAI/LGBT+, appréciée par certain’es notamment pour son côté large et vague comme une alternative aux étiquettes précises.

     

    ü  androphile : une personne attirée par les hommes, indépendamment de son propre genre.

    ü  gynéphile : une personne attirée par les femmes, indépendamment de son propre genre.

     

    A partir de là, on va décrire une relation entre deux personnes comme étant hétéro ou homo. Si on a deux hommes ensemble, on va dire qu’ils sont dans une relation gay (même si l’un des deux est par exemple bi). Si on a un homme et une femme ensemble, on va dire qu’iels sont dans une relations hétéro (même si l’un’e des deux est pan). Vous voyez tout de suite le problème : c’est ultra-binaire. D’où le merdier qui va suivre quand on va introduire la non-binarité.

     

     

    2.    A propos du merdier de qualifier ses relations et attirances en étant non-binaire

     

    Qualifier sa/ses relations ou ses attirances quand on est non-binaire est souvent compliqué car les modèles de relations et orientations ont été calqué sur un monde binaire.

     

    Si on est attiré’e par plusieurs genres, on pourra bien sûr utiliser une des étiquettes suivantes : bi, poly, pan et/ou queer.

     

    Mais il y a deux problèmes. Premièrement, bi, poly, pan et queer ne précisent pas le genre de la personne qui vit ces attirances, or cela peut avoir son importance en termes politique et de visibilité (d’où la nécessité d’avoir les termes gay et lesbienne en plus d’homo par exemple). Deuxièmement, pour décrire sa relation avec quelqu’un, c’est toujours un merdier : si on est non-binaire en relation avec un homme ou une femme, est-ce une relation hétéro, gay, aucun des deux ? Est-ce que si on est en relation avec une personne non-binaire, c’est une relation gay parce que les deux personnes sont non-binaires ? Ou hétéro si cette personne n’a pas le même genre ? Ou aucun des deux ? Je vais donner des éléments de réponse quelques paragraphes plus bas.

     

    En outre, comment dit-on quand on est une personne non-binaire attiré’e uniquement par les hommes (resp. les femmes) ? Plusieurs possibilités se présentent :

     

    -       On peut s’identifier androphile (resp. gynéphile), car c’est un terme qui veut dire « attiré’e par les hommes (resp. femmes) » sans préciser le genre de la personne attirée. Sauf que le genre de la personne attiré’e peut avoir son importance en termes politiques et certain’es trouveront peut-être que cela les invisiblisent. Techniquement un homme hétéro pourrait se dire gynéphile, or ça n’a pas du tout les mêmes implications en termes d’oppression systémique qu’une personne non-binaire gynéphile ou qu’une femme gynéphile !

    -       On peut s’identifier hétéro car la personne non-binaire est attiré’e par les personnes d’un genre différent du sien. Cependant hétéro a une forte connotation homme+femme malgré la volonté d’élargir la définition initiale de ce terme à « attiré’e par un genre différent du sien » ; cela peut donc être vécu comme un mégenrage la personne non-binaire. De plus, je crois qu’élargir la définition d’hétéro peut être un peu casse-gueule car c’est un terme qui sert à décrire les personnes non-oppressées pour leur orientation, ce qui n’est bien sûr pas le cas en tant que personne non-binaire. En anglais, il y a le terme « straight » (dans la norme hétéro) et le terme « heterosexual » ce qui permettrait de différencier les deux notions, mais ce n’est pas le cas en français. A part si une personne NB se définit comme ça personnellement, les personnes non-binaires ne rentrent techniquement pas dans la définition de « straight ».  

    -       On peut s’identifier gay/homo (resp. lesbienne) si on est à l’aise avec ça. Par exemple, si on est identifié comme un couple gay lorsqu’on est avec san partenaire s’identifier ainsi pourra traduire une revendication politique.

     

    Maintenant, question piège : comment on qualifie une relation incluant une personne qui a plusieurs genres incluant fille et/ou garçon ? Qui est fluide incluant fille et/ou garçon ? Oui, vous avez compris, c’est le merdier complet cette histoire de binarité de relations homo ou hétéro. Ca marche très très très mal avec la non-binarité (ai-je mis assez de « très » ?)

     

    Bon et à propos de mon merdier personnel : je suis en relation avec un homme cis et je suis non-binaire afab. Même si on n’a pas le même genre, il est hors de question de dire qu’on est dans une relation hétéro pour les raisons mentionnées ci-dessus (je me sens mégenré et invisiblisé). Gay me dérange moins car ça ne me mégenre pas en « femme » et ça n’entre pas dans l’hétéronorme, mais c’est pas très exact quoi… J’en étais venu à me dire que le principe des orientations et descriptif de relations étaient de toute façon pas adapté à l’inclusion de la non-binarité et que j’allais appeler ça « peu importe, c’est ce que c’est », pas besoin d’étiquette (et c’est un choix tout a fait acceptable).

     

    Bon… si j’écris cet article, vous vous doutez bien que c’est parce que j’ai finis par trouver un mot par hasard alors que je me baladais dans la galaxie non-binaire anglophone à chercher un autre truc qui n’avait rien à voir. Ce mot, c’est même le titre de l’article : diamorique (diamoric en anglais).

     

     

    3.    Dia-quoi ?

     

    Diamorique !

     

     

    ·      Ethymologie de diamorique

     

    Le mot est formé du préfixe grec « dia » (« en divisant » ou « en traversant ») et du mot latin « amor » (amour, pas forcément romantique). Il s’agit donc en quelques sortes d’un amour qui transcende la binarité de manière littérale.

     

     

    ·      Définition de descripteur

     

    En tant que descripteur, diamorique qualifie une attirance ou une relation impliquant au moins une personne non-binaire. Cette attirance ou relation n’est donc ni homo ni hétéro et ne rentre pas dans le modèle binaire des relations. Diamorique peut être utilisé quelque soit le type d’attirance (romantique, quasi-platonique, sexuelle…)

     

    Exemples :

     

    -       un’e neutrois attiré’e par les hommes => cette attirance est diamorique

    -       un’e agenre en couple avec une femme => cette relation est diamorique

    -   deux agenres en couples => cette relation est diamorique (pourrait aussi être qualifiée d’homosexuelle si les personnes impliquées le souhaitent, tout dépend des personnes concernées, diamorique met l’accent sur le fait qu’au moins une personne NB est dans la relation alors que homo met l’accent sur le fait que les deux personnes ont le même (a)genre. On peut alors combiner et dire que la relation est homo-diamorique.)

    -       un’e agenre et un’e maverique en couple => cette relation est diamorique

     

    Les personnes de tout (a)genres peuvent utiliser ce mot dans ce sens. Par exemple, un homme ou une femme peut dire « je suis dans une(des) relation(s) diamorique(s) » si san(ses) partenaire(s) est(sont) non-binaire(s).

     

    Vous pouvez appeler votre partenaire non-binaire « diamour ». Exemple : « Man diamour fait des études de biologie ».

     

    ·      Définition d’orientation

     

    En tant qu’identité, diamorique qualifie une personne non-binaire dont les attirances ne rentrent pas dans le modèle binaire hétéro/homo et qui veut mettre l’accent sur sa non-binarité – ou éventuellement sur celle de san partenaire (quelque soit le type d’attirance). A noter que dans ce cas, seule une personne non-binaire peut s’identifier ainsi !

    Note : vous lirez peut être la définition suivante « une personne non-binaire qui priorise les partenaires non-binaires » mais j’ai lu des avis qui étaient contre cette utilisation aussi restrictive et je suis aussi de cet avis.

     

    Exemples :

     

    -      Un’e NB attiré’e exclusivement par les hommes peut s’identifier diamorique (= ni homo, ni hétéro).

    -     Un’e NB attiré’e par tous les genres peut s’identifier pan mais les personnes de n’importe quels genres peuvent s’identifier pan donc s’iel a besoin de mettre l’accent sur sa non-binarité, iel peut utiliser le terme diamorique. Par exemple, pan-diamorique voudrait dire : « je suis une personne non-binaire attiré’e par tous les genres ».

     

    Notez que le terme diamorique est un terme parapluie volontairement large et flexible. Son but est de combler - au moins partiellement - un vide lexical.

     

    ·      Préciser son orientation diamorique

     

    * Enbian : une personne non-binaire attirée par les personnes non-binaires (pas forcément exclusivement).

    Ce terme, qui est le même qu’en anglais, vient du mot « enby » qui veut dire « non-binaire » (puisque les initiales NB se lisent enby dans la langue de Shakespeare). Si j’avais voulu traduire vraiment littéralement ça aurait donné « enbéan » mais je trouvais que « enbian » se prononçait plus facilement.

    Notez que j’ai volontairement utilisé une terminaison inclusive/neutre « an » alors qu’une traduction genrée au masculin serait enbien et au féminin enbienne.

     

    * Cétérosexuel’le/romantique : une personne non-binaire exclusivement attirée par les personnes non-binaires.

    Note : ce terme est une alternative à skoliosexuel’le/romantique car la racine « skolio » qui veut dire « tordu » posait problème. Cette orientation a été définie dans le cadre des personnes binaires attirées par les personnes non-binaires. Néanmoins, certaines personnes pensent qu’il est à utiliser seulement par les personnes non-binaires attirées exclusivement par d’autres personnes non-binaires et que les personnes binaires cis ne devraient pas utiliser ce terme car cela serait de la fétichisation. Y’a un grand débat là-dessus et je ne vais pas m’y engouffrer aujourd’hui donc on va prendre simplement la définition que j’ai donné au dessus, qui elle n’est pas problématique.  

     

    En résumé, on peut être :

     

    -    diamorique androphile (ou andro-diamorique) : une personne non-binaire attirée par les hommes

    -    diamorique gynéphile (ou gyné-diamorique) : une personne non-binaire attirée par les femmes

    -   diamorique cétéro (ou cétéro-diamorique ou juste cétéro) : une personne non-binaire exclusivement attirée par les personnes non-binaires 

    -   diamorique enbian androphile (ou andro-enbian-diamorique ou juste enbian-andro vu que enbian est déjà une sous-catégorie de diamorique) : une personne non-binaire attirée par les personnes non-binaires et les hommes

    -    pan et diamorique, ou pan-diamorique : une personne NB attirée par tous les genres.

    - ...

     

    On peut aussi préciser le type d'attirance :

    -    dia-bisexuel'le : une personne NB attirée sexuellement par deux genres ou plus

    -    dia-panromantique : une personne NB attirée romantiquement par tous les genres

    -      

     

    On peut aussi volontairement garder le terme diamorique seul pour son aspect vague, un peu comme dans queer.

     

    4.    Pensées personnelles et conclusion

     

    A ce stade, je crois qu’en tant que personnes non-binaires on a plein de mots pour en choisir qui nous conviennent (ou pas en choisir du tout d’ailleurs) et décrire proprement nos attirances et relations. Bien sûr, le choix d’un terme plutôt que l’autre est personnel. On peut tout à fait se contenter de se dire bi/pan et terminé. Mais si on veut mettre l’accent sur le fait qu’on est NB, je pense que diamorique est une bonne solution de visibilisation (si telle est notre intention).

     

    A titre personnel, je trouve ça chouette que ce mot existe. Ca comble clairement un vide lexical pour moi. C’est aussi soulageant parce que on n’est plus enfermé’e dans ce modèle binaire dans lequel une relation est forcément hétéro ou homo. Je peux dire en toute sérénité que ma relation est diamorique car mon identité non-binaire n’est pas effacée par ce mot comme elle l’est par les termes gay/hétéro.

     

    Quant aux hommes et aux femmes qui seraient attiré’es par des personnes non-binaires (exclusivement ou non), puisqu’on en a pas vraiment parlé ici, je crois que le terme polysexuel’le/romantique est une bonne solution. C’est d’ailleurs l’une des raisons principales pour laquelle les gens choisissent poly à la place de bi ou pan alors que les définitions se recoupent : poly permet de communiquer directement que l’on est attiré’e par des genres non-binaires. Ensuite, on peut préciser : « je suis un homme poly attiré par les femmes et les non-binaires » par exemple.

     

    Je laisse le dernier mot au magnifique drapeau de fierté diamorique :

    Diabolique  

     

     

    sources : 

    http://diamoricsuggestion.tumblr.com

    http://androgyne-enjolras.tumblr.com/post/147395086504/diamoric-love

    http://diamoricpositivity.tumblr.com 

    https://67.media.tumblr.com/939dbdf1d99088b7f6ac39be5e17404e/tumblr_ockde2sski1ttq5l9o1_500.pn

    http://nonbinary.org/wiki/Sexual_orientation

    http://bi-privilege.tumblr.com/idingasbipolyorpan

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Yeuse
    Lundi 12 Septembre 2016 à 12:13

    Merci pour ce terme. J’utilise l’expression d’attirance AS (affective et sexuelle) et anéphile, depuis 20 ans. Avec mon amie, on interroge depuis longtemps le clivage homo/hétéro ne rendant pas compte des personnes suivantes : trans, inter, andro, NB, NA, Nog, humanimale, métagenre, As, etc. Nous sommes perçues comme « lesbienne » ou « homosexuelle » (voire comme sœurs) dont le principe est la binarité naturaliste exclusive. Mais, en effet, cela laissait un vide (sémantique, culturel, etc.) que je résumais par ce raccourci : « nous sommes toutes deux trans, vous croyez que lesbienne est un terme adapté ? ». Mais seul.es quelques personnes (militantes ou non) semblaient le comprendre et le questionner.

     

    Aux termes gynéphile et androphile, j’ajoute anéphile : dépourvu.e d’attirance AS.

     

    Quelle est l’étymologie du terme cétérosexuel’le ?

     

    On peut d’emblée penser au termes trans-, inter-diamorique...

     

    MYeuse

      • Lundi 12 Septembre 2016 à 12:29

        Je ne suis pas sûr que comprendre tous les termes que tu as employé : Nog ? humanimal ? (= thérian?). 

        Merci pour le terme anéphile !

        Cétérosexuel'le vient du latin "cetera" qui veut dire "autre". 

      • Kris
        Lundi 12 Septembre 2016 à 16:06

        cetera = autre ? Ce n'est pas suite plutôt : et cetera desunt = et la suite manque

        Serait sans doute plus simple et compréhensible de dire altersexuell*, non ?

        Anéphile : pourquoi pas simplement aphile ?

      • Lundi 12 Septembre 2016 à 16:14

        Je viens de regarder une autre source et effectivement cetera veut dire "ce qui reste". :)

      • Kris
        Lundi 12 Septembre 2016 à 16:39

        Et puis "autre" serait abusé ici. à la rigueur alter-romantique/sexuelle pourrait justement désigner cette attirance / relation NB.

        P.S. : En voulant revenir là dessus, j'ai perdu ce que j'écrivais sur tout le reste. Beaucoup de choses à dire, mais ce sera pour plus tard.

         

         

    2
    Yeuse
    Lundi 12 Septembre 2016 à 14:43

    nog  (no genre) : agenre (je l'utilise aussi comme promom : nog fit ....) qui correspond bien à mon second prénom (yeuse -ou yeuxe-, féminin ce yeux) et mon animal-totem

    oui, thérian^^

    merci pour ces deux mots, dia et cetera

    3
    Kris
    Lundi 12 Septembre 2016 à 16:07

    "Est fluide incluant fille et/ou garçon ? Oui, vous avez compris, c’est le merdier complet cette histoire de binarité de relations homo ou hétéro. Ca marche très très très mal avec la non-binarité (ai-je mis assez de « très » ?)"

    Et fluide (faute de frappe gênante)

    Tu as oublié 3 "très"

    4
    Kris
    Lundi 12 Septembre 2016 à 17:11

     

    Je suis bien d'accord sur l'idée (besoin de sortir de la binarité homo/hétéro, de ne pas effacer la NB dans une relation...). Mais pas du tout sur le mot. Je suis chiante sur les mot et leur étymologie. Mais c'est qu'il me semble important d'avoir des mots parlants et justes. Autant je peux me faire à certaines conventions comme "trans" réservé à la transgenrité. Autant je continuerai à me battre contre les moulins à m'obstiner à parler d'(anti)espécisme parce que ça me semble beaucoup plus parlant et juste (et français aussi), alors que là aussi l'habitude a été prise. Mais diamorique, ça me gêne beaucoup, et en plus, ce n'est pas aussi entériné que les exemples précédents.

     

    "Le mot est formé du préfixe grec « dia » (« en divisant » ou « en traversant ») et du mot latin « amor » (amour, pas forcément romantique). Il s’agit donc en quelques sortes d’un amour qui transcende la binarité de manière littérale. "

     

    1 | On peut se dire (et c'était mon cas jusqu'à ce que j'arrive à l'étymologie du mot) que diamorique c'est di (2) + amor...

     

    2 | "amour, pas forcément romantique" là ça me pose un gros problème. On cherche à qualifier par quel genre (ou autre critère) on est attiré*. Hors on ne le fait pas pour l'amour notamment filiale ou amicale. Et heureusement ! Hors "amor"/"amour" ne précise pas qu'il s'agit d'attirance, d'une part. Et d'autre part, ça n'inclut pas l'attirance sexuelle.

     

    On peut résoudre le point 2 et minimiser le 1, en parlant d'attirance / relation / personne dia-romantique/sexuelle.

     

    3 | "En traversant" fait penser à "trans". Et c'est d'ailleurs bien l'idée de "trans" : non conforme à la norme (sexiste). Sauf que trans-romantique/sexuelle désignerait plutôt, ou plus exactement serait plutôt interprété comme une attirance (exclusive ou pas?) pour "les"(1) personnes trans. Donc ça marche pas trop le préfixe trans dans ce cas.

     

    4 | Pour une relation, on peut simplement dire qu'elle est NB. Même si une seule des personnes est NB. Il suffit qu'un élément déborde de la binarité pour que le tout, ici la relation, soit NB. De même qu'une personne NB fluide ou/et polygenre peut être entre autre femme ou homme.

     



     

    "A noter que dans ce cas, seule une personne non-binaire peut s’identifier ainsi ! "

     

    Pourquoi ??? Certes à la fin, il est expliqué qu'on peut facilement désigner l'attirance d'une personne pour notamment des personnes NB. Mais je ne vois pas en quoi ça justifie d'exclure ça. L'idée c'est de désigner une attirance "qui transcende la binarité de manière littérale", non ?

     



     

    1) : Il est incorrect de dire qu'on est attiré*, par exe par "les" femmes. Aucune personne n'est attirée par toutes les femmes, de tous âges, etc. y compris les femmes de sa famille proche. Mais, bonne nouvelle, on peut résoudre ce problème en changeant simplement le L de "les" par un D.

     

      • Lundi 12 Septembre 2016 à 17:23

        Il y a eu plusieurs autres mots envisagés, de longs débats et un vote dans la communauté anglophone, donc j'estime que le choix qui a été fait est le plus parcimonieux.

        Il est précisé que diamorique peut être utilisé quelque soit le type d'attirance, même sexuelle, mais rien ne t'empêche de bricoler un mot pour préciser (diasexuel*, diaromantique... voire dia tout seul.)

        D'autre part, c'est logique que seules les personnes NB puissent s'identifier ainsi pour une orientation : seules les femmes peuvent s'identifier lesbiennes, c'est une orientation qui veut dire "une femme attirée par des femmes" (à noter que certaines personnes NB s'identifient quand même lesbiennes, notamment à cause de ce vide lexical). Ben pour diamorique, c'est pareil, ça veut dire "une personne NB attirée..." Ca n'aurait aucun sens qu'une personne qui n'est pas NB s'identifie ainsi ! :) 

        Aussi le fait de qualifier sa relation de non-binaire fonctionne partiellement mais ça ne fonctionne pas pour nommer une orientation, ça devient vite trop incompréhensible vu que c'est déjà des genres.

    5
    Kris
    Lundi 12 Septembre 2016 à 17:46

    C'est pas parce que vote que je vais m'y plier alors que je ne suis pas d'accord. Rappel : les moulins tout ça.

    Dia seul, diaro, diasex ouais, à défaut d'avoir un préfixe plus explicite. M'enfin, c'est comme "pan" : peu de gens connaissent la racine avant qu'on leur explique ce qu'est l'attirance pan.

    "Ben pour diamorique, c'est pareil, ça veut dire "une personne NB attirée..." Ca n'aurait aucun sens qu'une personne qui n'est pas NB s'identifie ainsi ! :)" OK ! Je m'étais perdu* dans la logique étymologique en oubliant le besoin qui a poussé à chercher un mot.

      • Yeuse
        Lundi 12 Septembre 2016 à 18:45

         Je me suis dit la même chose Kris, dia* et trans* renvoient à une même contestation et redéfinition et quel merdier (et chantier^^=). Cela m’amuse car dans L’ordre de mots, je dis (1er scène du film), « putain de trans »… (qui contestent, qui veulent tout « déconstruire ») : un contexte où la queerisation est banalisée et finalement digérée par la purée homonationaliste. On était en manque de mots et au Zoo, on en inventait en permanence (qui tenait un quart d’heure ou une année), ne serait-ce que pour combler les vides, se défaire brutalement des prétentions de colonisations et psychiatrisations, etc

        Le point commun réside en effet dans cette contestation vav des normes cishet : non conforme et résistant à/dans l’ordre des genres

        A titre personnel, diamor(ique) signiferai qui traverse et n’a pas (le ‘a’ signifiant qui n’a pas d’attirance AS) mais ca devient illisible (j’ai envie de faire dans la surenchere et inventer un « diathérian », qui traverse la frontière « anthropomorphique »).

        Je retiens donc avant tout le fait de se poser sur un mot-ombrelle approchant et que la communauté Nb (s’il y en a une) reprend le flambeau transqueer avec ses moyens, mots inventions, etc. Bref, je suis ravie Kris

        Il faudrait piêtre un schéma simplifié pour illustrer ce mot :)

      • Lundi 12 Septembre 2016 à 19:34

        Kris : je n'ai pas dit que tu devais forcément utiliser ce terme bien sûr :) Je disais juste qu'il semblait y avoir déjà un consensus là-dessus dans la communauté anglophone tout du moins et que ça s'est passé en concertation.

    6
    Louve
    Mardi 25 Octobre 2016 à 03:59

    Un grand merci pour cet article !

    7
    Claudie
    Samedi 22 Avril à 12:52

    Bonjour,

    Tout d’abord merci pour ce blogue hyper complet, il m’aide beaucoup dans mes recherches.

    (Je suis en train d’écrire un rapport de stage à propos des terminologies respectueuses des identités transgenres et intersexuées).

    Je pense utiliser votre glossaire, si vous êtes d’accord bien entendu, pour agrémenter mon rapport (Il est évident que votre blogue sera cité.)

    J’avais des questions à propos de la définition de diamorique en tant que descripteur, que vous définissez ainsi : En tant que descripteur, diamorique qualifie une attirance ou une relation impliquant au moins une personne non-binaire. Vous terminez votre définition par : Diamorique peut être utilisé quelque soit le type d’attirance (romantique, quasi-platonique, sexuelle…)

    Ce mot ne qualifie pas uniquement les relations ou les attirances qui impliquent au moins une personne non binaire du coup ? Il peut donc qualifier toutes les relations qui ne correspondent pas aux définitions d’un couple homosexuel ou lesbien, notamment ?

    Je m’explique, par exemple, deux hommes transgenres sont ensembles, ils sont donc perçus par la société comme étant un couple homosexuel mais, eux ne se retrouvent pas dans ce mot car ils ont des « pratiques lesbiennes » et ils ne se retrouvent non plus pas dans l’expression « couple lesbien » car ils ont chacun une identité de genre masculine. On pourrait qualifier leur couple de diamorique, c’est ça ?

    En conclusion, nous pouvons utiliser le terme diamorique pour qualifier toutes les relations, attirances des personnes qui ne sont pas lesbiennes, homosexuelles ou hétérosexuelles ? 

    Et si j’ai bien compris la définition de diamorique en tant qu’identité elle est réservée uniquement aux personnes NB car aucun autre mot ne prend en compte une personne non binaire et ses orientations.

    Son étymologie qui pourrait laisser penser que toutes les personnes dont les préférences sexuelles vont au-delàs du trio LGB pourrait l’utiliser mais ce n’est pas le cas car ce mot une connotation identitaire, c’est ça ?

    J’espère avoir été compréhensible dans mes propos,

    Encore merci pour ce travail colossal,

    Bien à vous,

     

    Claudie 

      • Samedi 22 Avril à 13:05

        Bonjour,

        merci ! Oui bien sûr, tant que tu cites la source évidemment.

        Alors non, tu as mal compris, il faut bien qu'il y ait au moins une personne non-binaire impliquée dans la relation. Quand je dis "Diamorique peut être utilisé quelque soit le type d’attirance (romantique, quasi-platonique, sexuelle…)" je parle bien de la nature de l'attirance dans une relation impliquant au moins une personne non-binaire. Exemple : un homme et une personne non-binaire en relation queer-platonique peuvent utiliser le terme diamorique même si leur relation n'implique pas de romance. http://angrrygirl.blogspot.fr/2015/07/cest-quoi-le-queerplatonique.html

        Deux hommes trans ensemble, c'est une relation gay, pas diamorique car pas de personnes non-binaire impliquée. Ils sont dans une relation gay, peu importe ce qu'en pense la société. Dire qu'ils ont des pratiques lesbiennes serait les mégenrer et serait transphobe car en gros cela considère qu'ils ne sont pas vraiment des hommes. Le terme queer, plus général que gay, peut aussi être une option et met bien en évidence le fait de ne pas être dans les normes sociales et peut s'appliquer à la fois à la relation et au fait qu'ils soient tout deux trans.

        De même, deux femmes trans ensemble, ou une femme cis+ une femme trans, ou un homme cis + un homme trans, tout ça c'est des relations gay/lesbiennes (ou plus largement queer), mais pas diamoriques car il n'y a pas de personne non-binaire. Dire qu'un couple femme cis + femme trans est pas vraiment lesbien c'est dire que la femme trans n'est pas vraiment une femme, ce serait transphobe tu vois.

        J'espère que j'ai été assez compréhensible, n'hésite pas à me demander des éclaircissement si ce n'est pas le cas ^^

    8
    Claudie
    Dimanche 23 Avril à 12:02

    Bonjour,

    Merci pour votre réponse.

    Pour revenir sur mon exemple à propos du couple composé de deux hommes  transgenres, je n'ai pas décidé que leur couple ne devait pas être nommé comme un couple homosexuel mais bien eux qui n’identifiaient pas leur couple comme tel. C’est pour cela que je voulais savoir si l’utilisation du mot diamorique pouvait pallier ce vide lexical.

    Je ne permettrais jamais de dire qu’un couple composé d’une femme transgenre et d’une femme cisgenre par exemple, n’est pas un couple lesbien surtout si elles identifient leur couple comme tel.

    En fait, c’était surtout pour savoir si ce mot pouvait servir à nommer les couples qui ne s’identifient pas comme un couple lesbien ou homosexuel eux-mêmes, peu importe les personnes qui les composent.

    Mais du coup, le mot queer serait une bonne alternative si j’ai bien compris 

      • Dimanche 23 Avril à 16:30

        Oui j'avais plus ou moins compris ce que tu disais, mais même comme ça le mot diamorique n'est pas destiné à cette situation vu qu'il faut vraiment au moins une personne non-binaire impliquée :)

    9
    Claudie
    Dimanche 23 Avril à 12:14

    Pardon, quand je parle "des couples qui ne s'identifient pas comme un couple lesbien, homosexuel" j'ai oublié de rajouter hétérosexuel.

    Claudiehappy

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :