• Est-ce qu'une personne bigenre est à la fois lesbienne et gay ?


    On ne m'a pas posé cette question à moi personnellement mais je l'ai vu passer sur Tumblr et je l'ai trouvée assez intéressante d'un point de vue théorique pour que j'en parle ici. Il s'agissait d'une personne bigenre (homme+femme*) qui s'identifiait à la fois lesbienne et gay** et demandait si ça avait du sens.

    La première chose, c'est que nous ne sommes personne pour faire la police des orientations et qu'au final cette personne s'identifie bien comme elle le sent. Je souhaite juste proposer des axes de réflexion et illustrer comment différentes étiquettes mettent en lumière différents aspects.

    La deuxième chose, c'est que la réponse à cette question peut être oui ou non, selon la façon dont on voit les choses! Au final, ça dépendra donc du ressenti de la personne et de ce qu'elle a envie de mettre en avant dans son identité (vous allez comprendre pourquoi, on y vient tout de suite).

     


    En effet, si on considère le fait qu'être bigenre est l'addition de homme et femme et que c'est le même genre qui entrera plus en compte dans les attirances pour cette personne en particulier, alors ça a du sens. On peut tout à fait avoir une situation où lorsqu'elle est attirée par une femme, elle se sent plus femme ou priorise son identité femme (d'où l'identité lesbienne) et lorsqu'elle est attirée par un homme, elle se sent plus homme ou priorise son identité homme (d'où l'identité gay). 

    Note de vocabulaire : gay est parfois utilisé comme un terme parapluie pour dire non hétéro (plus en anglais je crois). C'est aussi un terme qui peut être utilisé par les femmes gay (lesbiennes donc) même s'il est plus connoté homme gay, surtout en français. Du coup la personne peut aussi juste s'identifier gay tout court, ça peut englober ce qu'elle veut dire (prioriser l'attirance pour le même genre) mais elle peut aussi vouloir visibiliser l'aspect femme avec le terme lesbienne. S'identifier gay et lesbienne pourrait aussi mener à des quiproquo car ça peut vouloir dire "je suis pas hétéro et lesbienne" ou "je suis lesbienne et lesbienne" selon les interprétations. 

     


    Maintenant, si on considère le fait qu'être bigenre est une identité de genre à part entière et que donc l'expérience d'une personne bigenre diffère de celle d'une femme binaire et de celle d'un homme binaire, l'attirance d'une personne bigenre pour l'un ou l'autre des genres binaires n'est ni vraiment gay ni vraiment hétéro. Elle peut se classer diamorique. La personne peut donc s'identifier diamorique, ce qui veut dire n'être ni gay ni hétéro du fait d'être non-binaire.

    La personne peut aussi bien sur s'identifier bi puisqu'elle est attirée par plusieurs genres ici (ou une autre identité impliquant l'attirance envers plusieurs genres comme pan).

    Elle peut aussi opter pour queer, qui est une étiquette plus large et qui contient potentiellement toute orientation non-hétéro et peut donc être particulierement appropriée quand on est dans des situations complexes et difficilement classables avec le langage existant. Queer a aussi une connotation plus politique.

     


    Pour répondre à la question, on peut aussi envisager un troisième axe de réflexion qui se basera sur les communautés dans laquelle la personne évolue et sur une conceptualisation plus politique. Est-ce que les communautés gay et lesbienne représentent les intérêts des personnes non-binaires? Est-ce que les personnes non-binaires y sont acceptées et respectées? Est-ce que s'identifier à la fois gay et lesbienne n'invisibilise pas la non-binarité de la personne pour s'assimiler à un mouvement moins représentatif d'elle? Est-ce qu'il est plus important politiquement pour cette personne de mettre en avant l'attirance pour le même genre ou l'identité non-binaire? Mon humble avis sur ces questions c'est que stratégiquement c'est peut être pas la meilleure des solutions de se faire phagocyter par le mouvement gay/lesbienne qui a souvent tendance à invisibiliser voire à rejeter (présentement et historiquement) à la fois les personnes transgenres et bi (entre autres), deux identités par laquelle la personne bigenre en question est concernée et qu'elle peut utiliser si elle le souhaite.

     


    Au final, l'identification de la personne va dépendre :
    1. De son ressenti et de comment elle conceptualise à la fois son genre et son orientation et le lien entre les deux.
    2. De ce qu'elle veut prioriser sur le plan personnel et/ou politique :
    - gay/lesbienne priorise l'attirance pour le même genre.
    - diamorique priorise l'identité non-binaire.
    - bi (ou une autre identité similaire) priorise l'attirance pour plusieurs genres avec selon moi 2 avantages : n'invisibilise pas la non-binarité car ne fait pas de supposition sur le genre de la personne, n'invisibilise pas non plus l'attirance pour le même genre car peut être défini comme l'attirance pour le même genre et d'autres genres.
    - queer concilie tous ces aspects sans en prioriser un en particulier. Il met l'accent sur le fait de ne pas être hétéro et d'avoir une orientation non normative. Il peut également s'appliquer au genre (genderqueer) donc peut constituer une identité "globale".

    On peut aussi combiner différentes étiquettes, par exemple s'identifier queer bi diamorique, c'est à dire une personne non-binaire pas hétéro qui est attirée par le même genre et d'autres genres. On va ainsi mettre en lumière différents aspects. On peut aussi utiliser une étiquette dans un contexte et une autre étiquette dans un autre contexte.
    Au final, vous voyez que pour une même orientation on a plein de mots possibles (c'est d'autant plus vrai quand on s'aventure dans la non-binarité où les limites des termes peuvent être floues et où le langage peut être difficile à utiliser ou limité pour traduire ce qu'on veut dire). Les étiquettes sont des outils de communication et des outils politiques. La personne concernée va donc utiliser la ou les étiquettes (ou aucune) qui lui conviennent le mieux selon ce qu'elle veut communiquer, mettre en lumière ou prioriser etc.

     

    *On peut être bigenre (avoir deux genres) sans que ça soit forcément homme+femme. Ca peut être n'importe quelle combinaison de deux genres.

    **Pour éviter toute confusion, être bigenre n'implique pas nécessairement d'être attiré-e par plusieurs genres/tous les genres, c'était simplement le cas de la personne qui posait cette question. On peut parfaitement être bigenre et être attiré-e uniquement par un genre ou aucun genre.

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :