• L'affaire Hanouna : la biphobie tout le monde s'en fout

    Vous êtes probablement au courant de l'affaire Cyril Hanouna dont tout le monde parle ces derniers jours : au lendemain de la journée pour la lutte contre les lgbtia-phobies, celui-ci a piégé des hommes queer (non hétéro) au téléphone dans son émission touche pas à mon poste via une fausse annonce sur un site de rencontre. Le "sketch" a été dénoncé comme homophobe - à juste titre - et le CSA a reçu un nombre impressionnant de plaintes. De nombreux médias couvrent l'affaire et racontent à peu près tous la même chose : "Canular homophobe : Cyril Hanouna piège des homosexuels en se faisant passer pour un homosexuel". 
    Alors quel est le problème me direz vous ? Passons en revue la fausse annonce.  

    "Bonjour, je me présente : Jean-José, 1m85, très sportif et super bien monté, cherche relation courte ou longue selon le feeling. Bisexuel. Je vous invite à déjeuner et qui sait, peut-être qu’après je vous dégusterai. Je suis joignable au XX.XX.XX.XX.XX après 22h. PS : j’aime qu’on m'insulte."

    (source provenant de cet article du Parisien : http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/tv/tpmp-cyril-hanouna-accuse-d-homophobie-le-csa-croule-sous-les-signalements-19-05-2017-6965043.php)

    Il n'y a rien qui vous saute aux yeux ? "Bisexuel." BISEXUEL. Cyril Hanouna ne s'est pas fait passer pour "un homosexuel" mais pour un homme bisexuel. Le "sketch" était donc évidemment biphobe en plus d'être homophobe, mais ça personne n'en parle. 



    1. L'homophobie ce n'est pas pareil que la biphobie 


    J'en entends déjà beaucoup dire "mais la biphobie c'est pareil que l'homophobie" sauf que non. Les personnes bi sont évidemment souvent stigmatisées d'être attirées par le même genre qu'elles, mais ce n'est pas la seule composante de la biphobie. En effet, elles sont aussi stigmatisées pour être attirées par plusieurs genres, chose qui est considérée comme moins naturelle que l'attirance pour un seul genre. Les personnes bi sont donc victimes de préjugés spécifiques à la biphobie :
    - "les bi sont moins fidèles et incapables d'engagement" 
    - "les bi ne s'intéressent qu'au sexe et veulent des plan à trois" 
    - "les bi sont des prédateur-ices sexuel-les attirés par tout ce qui bouge"
    - "les bi veulent sortir avec un homme et une femme en même temps et ne sont jamais stastifait-e avec une seule personne"
    - "les bi sont des homos refoulés" ou "des hétéro qui veulent attirer l'attention" 
    - "la bisexualité n'existe pas"
    - "la bisexualité n'est qu'une phase" 
    - "les bi vont finir par choisir entre les hommes et les femmes" 
    - "les bi en couple arrêtent d'être bi" (et "deviennent hétéro/homo" selon le genre de leur partenaire).

    Ces préjugés existent même au sein de la communauté LGBT+ et de nombreuses personnes gays et lesbiennes vont refuser de sortir avec des personnes bi sur la base de ces clichés ou carrément refuser que des personnes bi accèdent aux espaces LGBT+ surtout si celles-ci sont en couple avec quelqu'un d'un autre genre (une femme bi en couple avec un homme  sera souvent rejetée sous prétexte qu'elle a le privilège hétéro par exemple alors que par ailleurs elle souffre de la biphobie venant du milieu hétéro aussi).

    Ce qui fait que les personnes bi souffrent d'un côté de la biphobie générale de la société et du rejet au sein même des espaces gays. 
    Tout cela crée des ravages, puisque les taux de suicide sont plus élevés chez les bi que chez les gays et chez les hétéro. En effet, une revue de 2014 (Pompili et. al) rapporte que : "Résultats : Les individus reportant une orientation bisexuelle avaient un risque accru de tentative de suicide et d'idées suicidaires comparés avec les personnes homosexuelles et hétérosexuelles. Les facteurs de risques inclus étaient liés à la victimisation, le jugement des autres et le rejet de la famille. Les individus bisexuels ont aussi reporté un taux plus élevé de maladie mentale (NDT : référence à la dépression et à l'anxiété) et d'abus de substances. Conclusion : Les individus bisexuels peuvent vivre plus de détresse psychologique et de problèmes de santé mentale que les individus avec une orientation homosexuelle ou hétérosexuelle. Les professionnels de santé devraient considérer les potentiels comportements suicidaires chez les individus bisexuels et être alertés des problèmes de santé mentale accrus et de leur mauvaise intégration sociale." https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24839908

     

    Il est donc absolument essentiel de dénoncer la biphobie là ou elle est.

     


    2. Le sketch de Hanouna était incontestablement biphobe 

    En effet, Hanouna s'est fait passé pour un homme bisexuel, a caricaturé une personne bisexuelle. Il a donc ridiculisé les personnes bisexuelles sur une chaîne de télévision française à heure de grande écoute.
    De plus, si Hanouna à choisi de mettre "bisexuel" dans son annonce, c'est précisément par biphobie. A cause des clichés biphobes, se faire passer pour un mec bisexuel rajoute de l'exotisme et du sensationnel à son canular, c'est "plus drôle". Les bi étant souvent considérés comme des prédateurs sexuels, cela était "parfait" pour son personnage. Il en rajoute une couche à cause du caractère très osé et sexuel de l'annonce.

     


    3. Pourquoi ne pas dénoncer la biphobie est biphobe 


    Le sketch était incontestablement homophobe et très dangereux pour les personnes gays et mérite d'être dénoncé pour cela mais n'oublions pas la façon dont les personnes bisexuelles ont été impactées aussi.

    Alors que les personnes bi sont ridiculisées à l'antenne et depeintes comme des prédatrices sexuelles, tout le monde dénonce uniquement l'homophobie et la plupart des médias ne touchent pas un seul mot sur les personnes bisexuelles. Pire encore, un certain nombre de médias relayent l'information que Hanouna se serait fait passé pour "un homosexuel".

     

     

    "Canular homophobe: Hanouna reconnaît son "erreur" mais s'étonne de la polémique" (pas un mot sur la biphobie)

    http://www.lexpress.fr/actualite/medias/audiovisuel/canular-homophobe-hanouna-reconnait-son-erreur-et-s-etonne-de-la-polemique_1910760.html

     

    "Pendant de longues minutes, l'animateur a "imite" un homosexuel à la recherche d'un partenaire, se moquant à gorge déployée de ses interlocuteurs. 

    Surréaliste, homophobe... Les mots ne manquent pas pour décrire la scène de jeudi soir dans l'émission Touche pas à mon poste (TPMP) au lendemain de la journée de l'homophobie."

    (invisibilisation de autres queerphobies dans le nom erroné de la journée, pas un mot sur la biphobie)

    http://www.lexpress.fr/actualite/medias/homophobie-dans-tpmp-hanouna-piege-des-homosexuels-avec-une-fausse-annonce_1909678.html

     

    "Dans l'émission "Touche pas à mon poste" du 18 mai, Cyril Hanouna s'est fait passer pour un homosexuel à la recherche d'un partenaire au cours d'une insoutenable séance de canular téléphonique."

    http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/37376-hanouna-tpmp-homophobie-homophobie-jeune-piege-appelle.html

     

    Cela perpétue l'idée qu'un homme bi est au fond juste un homme gay et que la bisexualité n'existe pas. C'est un deuxième coup de couteau dans le dos pour les personnes bisexuelles. Imaginez un-e jeune bi dans le placard qui peine à s'accepter, qui s'est pris de la biphobie plein à la tronche de la part d'Hanouna et maintenant reçoit le message que la bisexualité n'existe pas de la part de celleux qui dénoncent Hanouna. Cette personne est repoussée encore plus au fond de son placard et va encore plus se détester d'être bi, ça la met en danger (cf. partie 1 sur la biphobie). Si les homophobes sont biphobes et les anti-homophobes sont biphobes aussi, quelle place reste-t-il pour les personnes bi pour exister dans la société ? Si les homophobes sont biphobes et les anti-homophobes sont biphobes aussi, c'est que la bisexualité ne doit vraiment pas exister ou être un truc tellement horrible qu'elle ne mérite d'être soutenue par personne : c'est ça le message que vous avez fait passer à des tas de personnes bisexuelles. Ca fait d'autant plus de dégâts que les personnes qui dénoncent l'homophobie sont censées être du côté "des gentils" donc les gens sont encore moins susceptibles d'y voir le problème de la biphobie. S'iels ne sont pas homophobes, comment pourraient-iels être biphobes ? penseront-iels.

    Même l'association Le Refuge écrit dans son communiqué : "L'association LE REFUGE est consternée et particulièrement choquée par la manière dont monsieur Cyril HANOUNA a cru, lors de sa dernière émission diffusée sur la chaîne C8 et plus largement sur internet, devoir piéger une personne par téléphone en pensant pouvoir se faire passer pour une personne homosexuelle dans un but illusoire de drague en usant à cet effet spontanément et caricaturalement d'un ton de voix efféminé, de propos crus de faible niveau intellectuel et de "blagues" douteuses."

    https://www.facebook.com/LeRefugeNational/photos/a.267045376685585.66474.249746315082158/1429870763736368/?type=3

    Et franchement, je crois que ça fait encore plus mal provenant de personnes censées nous soutenir. D'autant plus que les gens qui veulent soutenir les personnes queer vont prendre exemple sur les associations LGBT+ : si même elles ne parlent pas de bisexualité, alors ça efface définitivement la bisexualité, les personnes bisexuelles et la biphobie.



    En ces jours qui suivent la journée de lutte contre les lgbtia-phobies, le B est encore passé à la trappe...

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Bérénice
    Mardi 23 Mai à 17:26

    en fait, il se fait passer pour bi et imite un homo avec les hommes, et redevient qui il est avec une femme.

      • Mardi 23 Mai à 18:33

        Comment cela "il imite un homo" ? Il dit "je suis homo" à certains hommes ? Je n'ai pourtant vu cela sur aucune séquence. Il me semble que pour la fausse orientation il n'y a que le terme de bisexuel qui est dans l'annonce, après il n'en parle plus. De plus, pour beaucoup de gens les hommes bisexuels sont en fait "vraiment gay au fond" donc le glissement de l'un à l'autre n'en serait que plus biphobe. 

    2
    Michiko
    Mardi 23 Mai à 19:10

    Merci d'avoir soulevé ce point, ça fait du bien! ;-)

    3
    Galaxy
    Mardi 23 Mai à 22:20

    Merci. Je n'y avais même pas pensé et tu m'a éduquée. ^^

    4
    S
    Mercredi 24 Mai à 01:11
    Quelle indécence. Tais-toi.
      • Mercredi 24 Mai à 10:56

        Non.

    5
    nous
    Mercredi 24 Mai à 01:23
    Sérieux t'es super gênant, entre les termes ultra vagues dont tu connais manifestement pas la définition (homme queer, qu'est ce que ca veut dire dans ce contexte? Que dalle), les affirmations que tu fais semblant de sourcer, les termes dans lesquels tu t'emmeles tellement tes définitions sont foireuses (apposer queer puis lgbtqia, puis LGBT+). Tu te positionnes en faux expert et théoricien de nos vies, c'est malhonnête, dangereux et franchement assez pathétique.
    Si t'avais un minimum de décence politique tu pourrais genre une fois te remettre en question et vraiment ecouter face à quelqu'un d'autres qu'un queerou pailleté qui est dans les memes logiques que toi.
    Bisous.
      • Mercredi 24 Mai à 10:51

        PDTR ? Je connais les termes merci. 1. Je suis bisexuel et queer moi-même 2. Je me positionne pas en théoricien expert, nulle part. 

        J'ai utilisé le terme queer pour avoir un terme large qui englobe potentiellement gay et bi, tout simplement pour ne pas présumer que tous les hommes piégés par Hanouna étaient forcément gay - ils auraient pu être bi. 

        Je fais pas semblant de sourcer des affirmations, les sources sont là. Et tu peux aussi aller sur Google si tu veux vérifier. 

        LGBTQIA c'est la version plus longue de LGBT+ tout simplement (à quoi crois-tu que sert le + ?)

    6
    Alex Alhuin
    Mercredi 24 Mai à 09:21
    Salut, merci pour l'article, c'est d'autant plus pertinent que n'ayant pas vu l'émission en question, je pensais moi aussi qu'Hanouna s'était fait passé pour un homme gay, et pas bi... Et c'est clair que si même les asso concernées n'en parlent pas, comment se sentir légitime ensuite dans notre propre communauté ?


    Je comprends pas la violence des coms par contre, wtf ?
      • nous
        Mercredi 24 Mai à 10:25
        Parce que le seul truc que vous trouvez à dire à une communauté qui gere une situation de crise majoritairement HOMOPHOBE c'est que vous etes tristes de pas être au centre et seuls concernés par cette affaire. Si ce truc suffit à pas te sentir légitime dans "ta communauté" c'est que tu la fais tourner ta légitimité autour du fait que la commu tourne autour de toi, et que t'es en sérieux manque de perspective sur cette affaire qui a juste failli BUTER des jeunes homos.
      • Alex Alhuïn
        Mercredi 24 Mai à 10:53

        Hum... Il y a quand même une immense différence entre "se croire au centre du monde et seul.e.s concerné.e.s sur l'affaire" et demander à ce qu'on n'invisibilise pas les bisexualités et pansexualités (comme toujours).

        Si tu relis bien l'article tu verras qu'UESG parle bien de l'homophobie, et la dénonce, mais déplore le fait que la biphobie soit passée à la trappe dans le traitement médiatique. À ton avis, cette affaire n'as pas aussi failli "buter" des jeunes bi et pan ????

        De plus, je ne suis pas d'accord avec toi lorsque tu parles de crise "majoritairement homophobe", comme si le reste était annexe. D'où tires-tu cette affirmation ? Oui, les queerphobies sont souvent très liées entre elles, l'homophobie et la biphobie partagent beaucoup, mais c'est pas pour ça que tu dois occulter la biphobie sous prétexte que l'homophobie est plus connue du grand public.

        Et, d'ailleurs, c'est pas parce que tu es en colère / pas d'accord sur le sujet que tu dois être aggressif et insultant.

      • Mercredi 24 Mai à 10:54

        Nous : personne a demandé à être au centre, on a demandé de pas être EFFACE c'est purin de différent. Personne n'a nié l'impact sur les personnes gays, c'est même écrit dans l'article. Les personnes bisexuelles ont aussi été impactées, mais ça tout le monde s'en fout. T'es au courant que cette affaire peut aussi buter des bi ou pas ??

      • nous
        Mercredi 24 Mai à 11:14
        https://twitter.com/Pr0z3/status/867297627284676609
      • nous
        Mercredi 24 Mai à 11:16
        Et c'est pas parce que je mets pas mille smileys et que j'ai pas les memes codes de communication "safe" que vous que je suis agressive et insultante, merci.
      • Alex Alhuïn
        Mercredi 24 Mai à 11:49

        J'ai mis des smileys dans mes réponses ? Wut ?

        "queerou pailleté", c'est pas insultant peut-être ? Qui inclus-tu dans cette désignation ? Les NB, peut-être ? Les trans, aussi ? Les "folles", encore ? Les pan, maybe ? Seulement celleux qui, pour toi, donnent une mauvaise image de la commu LGBT+ (sic)?
        Dénigrer des personnes en fonction de la manière dont elles expriment leur genre et leurs orientations, c'est totalement queerphobe, désolée de te l'apprendre.

      • nous
        Mercredi 24 Mai à 12:22

        Queerphobe ne veut rien dire, bisous, et t'as apparemment pas lu mon commentaire précédent. Et puisqu'il faut apparemment faire son CV identitaire pour être entendu, je suis une meuf non binaire trans, bisexuelle. Je dis juste que vous acceptez uniquement les critiques des gens qui on accepté les règles de communication que vous avez mis en place et qui donc sont acceptées que par les gens qui sont dans la même vision ultralibérale et dépolitisée de la transidentité que vous. C'est bien l'endogamie politique des fois mais là c'est juste de la malhonnêteté intellectuelle. 

      • Alex Alhuïn
        Mercredi 24 Mai à 13:29
        Queerphobe à un sens qui me semble plutôt évident, mais pas grave.
        Pas besoin d'un CV pour te dire que les premiers comms que tu as lâché étaient violents, agressifs et plus dans l'accusation ad hominem que l'argumentation.

        Les mots sont importants, ils peuvent blesser, et bien que je ne sois toujours pas sûre de qui tu désigne par 'queerou pailleté' (qui seraient, si je te suis, des queer 'ultra-libérale et dépolitisées'...ça viens d'où ?), ce terme m'a atteinte, je l' ai reçu comme une insulte.
        Ça avait des relents de 'folle' et de 'spécial snowflake' pour moi, même si apparemment c'était pas le sens que tu voulais lui donner. Bref.

        Pour le reste, j'ai pas l'impression qu'on sois fondamentalement en désaccord, mais j'ai quand même du mal à comprendre pourquoi tu réagis comme ça a un poste qui dit en substance que 'au lieu d'invisbiliser, on pourrait inclure'...
      • nous
        Mercredi 24 Mai à 13:46

        Queer a plein de séfinitions, c'est un terme parapluie chargé de plein de ramifications historiques et théoriques, coller une phobie dessus c'est créer un terme hyper vague ou tu peux ranger n'importe quoi?

        Je réagis à ce post car il témoigne d'une logique foireuse, et inutile. Insister que les bis sont plus opprimés que les homos, c'est indécent dans ce cas là et en général d'ailleurs et c'est supposer que ce sont nos orientations qui sont discriminées plutôt que les positions sociales qui en découlent. Que dirais tu si je pondais un article que "le massacre des homosexuels en Tchétchénie est surtout biphobe, car y a aussi des bis dedans, quelle honte les assos qui luttent contre ça sans nous prendre en compte". L'homophobie concerne les bis aussi du coup parler d'homohpobie dans ce cas est bien inclure les bis. Rien ne sert de séparer biphobie et homophobie, ce qui est suggéré dans cet article. 

        Et oui, les politiques que j'appelle avec énervement de "queerous pailletées" et qui sont un peu incarnées par les rhétoriques proposées par UESG et posées en référence sur tous les groupes "déconstruits" sont dépolitisées et ultralibérales. Elles nient l'histoire de nos luttes, de nos termes. Elles pronent l'identité personnelle et détachée des rapports sociaux comme seule base du sicdours politiques sur les oppressions, ce qui est illusoire dans notre société et qui ne permet pas un discours concret sur les mécanismes oppressifs de notre société. Pour expliciter plus simplement avec des critiques faites à des choses qu'on trouve sur UESG et qui fondent ces théories politiques:  https://demimooredemisroussos.wordpress.com/2016/08/09/petites-notes-sur-les-abecedaires-du-gender/

        https://ptilou42.wordpress.com/2016/08/04/identites-en-questions/

    7
    Phtalo
    Mercredi 24 Mai à 13:01

    Mais enfin, si Hanouna a fait ce canular c'est parce qu'il trouve risible l'idée qu'un homme couche avec d'autres hommes… Indépendamment de leur orientation homo ou bi. On peut même imaginer qu'il ait mis « bisexuel » dans l'annonce pour faire « exotique » et augmenter le ridicule qu'il associe aux personnes LGBT, de la même manière que son personnage se prénomme Jean-José (qui s'appelle comme ça ?).

    Dans cet état d'esprit, séparer ici homophobie et biphobie n'a pas beaucoup de sens. Ce qui est risible ou déviant pour un Hanouna, c'est les relations entre hommes, et ce sont ces relations qui sont le point commun entre mecs gays et mecs bis. Alors oui, les bis et bies ont une situation qui n'est pas exactement superposable à celle des gays et lesbiennes ; mais dans le cadre de relation entre mecs ou entre meufs, c'est bien de l'homophobie qu'ils et elles vivent.

    8
    Alex Alhuïn
    Mercredi 24 Mai à 13:39
    L'idée pour moi n'est pas de séparer, mais de ne pas 'oublier'. C'est deux choses très différentes, nos luttes peuvent montrer un front unis sans que l'une n'occulte totalement l'autre.

    Par ailleurs, pas d'accord avec le dernier point, la biphobie a des caractéristiques bien spécifiques, une personne bi sera traitée et perçue différemment d'une personne homo, l'article en parle très bien.
      • Phtalo
        Mercredi 24 Mai à 14:01

        Pour « montrer un front uni », il faut commencer par analyser ce qui rapproche les LG et les B… Si on commence à penser que l'homophobe lambda fait la différence entre un mec gay et un mec bi, on s'égare à mon sens. L'homophobe voit un mec qui cherche à coucher ou relationner avec des mecs et trouve ça déviant ou risible. Dans cette configuration, parler d'invisibilisation de la biphobie dans le cadre de la polémique Hanouna est à côté de la plaque : c'est bien ce qui est perçu par la société comme relevant de l'homosexualité qui est attaqué.

        Sinon, bien sûr que la biphobie a ses spécificités. Mais si tu vis des agressions parce qu'en couple avec une personne de même sexe, ce n'est pas ta bisexualité qui est attaquée, mais le fait que tu es dans une relation homo (donc déviante). La biphobie se marque plus lorsque ton partenaire veut te contrôler parce que « les bis couchent partout » donc tu vas le tromper, ou que tu vis des violences sexuelles parce que les bies « sont toujours prêtes à baiser ». Donc certaines violences que vivent les bis parce que bis relèvent bien de l'homophobie, mais pas exclusivement.

      • Alex Alhuïn
        Mercredi 24 Mai à 14:33

        Oui, j'entends bien, c'est bien pour ça que les médias généralistes ont simplifiés en " Hanouna se fait passer pour un gay". Et l'homophobe moyen opprimera de la même façon un gay qu'un bi en couple avec un autre homme.

        Mais le truc, c'est qu'Hanouna s'est bel et bien fait passé pour un bi, quoi que ça veuille dire pour lui. Quelle qu'en soient les raisons, c'était clairement biphobe il a utilisé ce rôle pour humilier des gays. Et autant ça me parait "logique" que les médias parlent simplement d'homophobie, autant ça me parait pas idiot que les médias LGBT parlent aussi de la biphobie inhérente à cet acte.

      • Phtalo
        Mercredi 24 Mai à 14:46

        Sur le premier point : le principe premier de ce canular, c'est l'homophobie, point. Il n'y a pas de différence à faire entre médias généralistes et LGBT. Le principe, c'est la haine des personnes qui ont des relations avec des personnes du même sexe, et ça, c'est de l'homophobie.

        Sur le second point : je ne sais pas pourquoi Hanouna s'est fait passer pour bi. Mais honnêtement c'est du point de détail à ce niveau de conséquence (un lycéen s'est fait viré de chez ses parents parce que sa voix a été reconnue à l'antenne). Ça pouvait être une façon d'éviter les accusations d'homophobie, parce que ça lui faisait mal au cul de mettre gay sur son annonce, pour faire un canular à une femme, etc. Comme il n'y a pas eu de discours spécifique autour du fait d'être bi au delà du contenu de l'annonce, je ne vois pas l'intérêt de mentionner la biphobie dans la dénonciation du canular.

      • Mercredi 24 Mai à 17:14

         Parler de la biphobie et souligner qu'il est important de ne pas effacer la bisexualité n'empêche absolument pas de prendre en compte l'homophobie et les conséquences terribles que cela a eu pour ce lycéen et d'autres personnes gays, comme je l'ai écrit dans l'article : "Le sketch était incontestablement homophobe et très dangereux pour les personnes gays et mérite d'être dénoncé pour cela"

        "je ne vois pas l'intérêt de mentionner la biphobie dans la dénonciation du canular." : merci de montrer que tu en as quelque chose à faire de l'impact que cela a eu sur les représentation de la bisexualité et sur l'effacement de celle-ci par la suite dans les médias. Ce qui peut amener des jeunes bi à se suicider, mais je suppose que c'est un point de détail, n'est-ce pas?

      • Phtalo
        Mercredi 24 Mai à 17:22

        Faut pas tronquer mes phrases comme ça. Si je ne vois pas l'intérêt de mentionner la biphobie dans ce cas, c'est parce que, je me cite : «  il n'y a pas eu de discours spécifique autour du fait d'être bi au delà du contenu de l'annonce ». Si Hanouna avait tenu des propos ouvertement biphobes, genre « les bies sont toujours chaudes » ou « les bis cherchent des plans à 3 », ça aurait valu la peine de dénoncer.

        À mon humble avis de meuf bie, hein.

    9
    Mercredi 24 Mai à 16:45

    MAIS NULLE PART ON A DIT QUE C'ETAIT PAS AUSSI HOMOPHOBE, il faut que je l'écrive en lettre majuscule pour que vous compreniez le truc ou pas ? Evidemment que c'était homophobe et dangereux pour les personnes gays, jamais cela n'a été nié. Le but de l'article était de souligner que ça impactait AUSSI les bi et que quand dans l'annonce il se fait passer pour quelqu'un de bisexuel de manière EXPLICITE mais que dans la plupart des médias il n'y pas un mot sur les bi, ça perpétue l'effacement de la bisexualité (comme d'habitude) et ça a des répercussions. Il n'a jamais été question de faire le concours des oppressions. Juste d'arrêter d'invisibiliser les autres.

      • Phtalo
        Mercredi 24 Mai à 17:19

        Mais la critique qui est faite à ton texte, c'est justement ça : tu dis que parler d'homophobie sans parler de biphobie « invisibilise les bis ». Or ce n'est pas l'effacement par omission des bis qui a des répercutions dans ce cas précis, mais l'acharnement sur les mecs qui ont des relations avec des mecs. Ici, c'est l'homophobie qui a un impact sur les mecs GB indifféremment. Il n'y a pas de différence tranchée entre homophobie d'un côté, et biphobie de l'autre : de nombreuses violences vécues par les bis découlent de l'homophobie.

        S'il faut parler de Hanouna se faisant passer pour bi : honnêtement, c'est le truc le plus grave à relever dans l'affaire ? Surtout qu'il passe son temps à singer un mec efféminé, qui renvoie à des stéréotypes sur les gays…

        C'est pertinent de parler de biphobie sur des choses que vivent spécifiquement les bis. Mais ici, se plaindre que les bis sont « effacés dans les discours », c'est hors de propos.

      • Mercredi 24 Mai à 17:53

        Par rapport aux médias :

        Quand quelqu'un se fait passer explicitement pour bisexuel et que ça se transforme dans plein de médias en "s'est fait passer pour un homosexuel" ou que y'a pas un mot sur la bisexualité ni l'impact sur les personnes bisexuelles, c'est biphobe (et je pense avoir suffisamment expliqué quel impact ça pouvait avoir, très réel, sur les personnes bisexuelles). 

        Par rapport au sketch spécifiquement :

        Quand il utilise le mot bisexuel de façon EXPLICITE et qu'il fait sa petite caricature et que tout le monde pouffe bien, ça a forcément un impact sur la personnes bisexuelles, t'imagines le message que certain-e-s jeune bisexuelles au placard ont dû recevoir et dans quelle détresse psychologique ça a pu les pousser avec des impacts réels? Je vois pas comment tu peux passer à côté de ça, surtout si t'es bie... Je veux dire, évidemment qu'il est nécessaire de mentionner la biphobie quand il a été fait mention explicite du terme bisexuel dans cette fausse annonce. Ce qui encore une fois n'empêche pas de prendre en compte l'homophobie et la dénoncer.

        Le truc c'est qu'un cliché biphobe c'est justement qu'un mec bi est "juste gay" au fond, donc il a utilisé aussi des stéréotypes gays. Evidemment c'est entremêlé. On a affaire à homophobie+biphobie, jamais je ne l'ai nié d'ailleurs.

        Et oui il y a des choses en commun entre biphobie et homophobie, notamment la composante liée à la stigmatisation des relations de même genre, mais la biphobie reste significativement spécifique pour mériter d'être mentionnée (notamment quand on constate les taux de suicide ou en terme de santé mentale). De plus, ce n'est pas parce qu'à un moment donné c'est la composante "même genre" qui est visée qu'on ne doit pas dire "ça a impacté les personnes gays/lesbiennes ET bisexuelles" qui sont évidemment concernée.

         

      • Phtalo
        Mercredi 24 Mai à 18:25

        Je pense que le problème dans cette conversation, c'est que tu sépares clairement homophobie et biphobie : l'homophobie est ce qui touchent les LG, la biphobie les bi·e·s, et elles ont quelques points communs. Alors que pour moi, ce sont deux choses pas exactement superposables, mais proches et aux limites floues. Dans cette perpective, les bis et bies vivent de l'homophobie lorsqu'ils et elles ont des relations homos, ainsi que de la biphobie sur certains sujets (hypersexualité supposée, par exemple).

        Pourquoi ? Parce qu'on ne peut pas différencier une personne bie qui vit des violences parce qu'elle est en couple avec une personne de même sexe, qu'une personne LG qui vit des violences pour la même raison. Par contre, on peut remarquer que certaines violences vécues par les bis et bies leur sont spécifiques, et le mot biphobie recouvre ces situations. Mais pas toutes, puisqu'un grand nombre est déjà couvert par le concept d'homophobie.

         

        Du coup, ça ne me dérange pas de dire qu'un acte est homophobe s'il vise les relations entre personnes de même sexe, même si bien sûr les personnes bies vont être également en vivre des conséquences, directes ou indirectes. Parce qu'il ne vise pas les bis et bies en tant que personnes bies, mais en tant que personnes ayant des relations homo.

      • Dimanche 28 Mai à 18:41

        Je suis d'accord avec ton analyse, les limites entre les deux sont parfois floues et mon article ne contredit pas ton point de vue. Dans l'article je soulignais surtout le fait que l'invisibilisation de la bisexualité est monnaie courante et en l'occurence il aurait fallu la mentionner, et l'avoir tue a créé plus de biphobie. C'est vis-à-vis de ça que c'est important de citer la biphobie et mentionner la bisexualité (surtout quand le mot bisexuel a été utilisé par Hanouna lui-même).  

    10
    Lasursan
    Samedi 27 Mai à 07:42

    Et bien c'est gratiné comme article, entre les homophobies, biphobie, lgtqrophobie, machinophobie à tout va. C'est dommage que l'auteure souffre de cohérancephobie, anlalysophobie et de epistémologieophobie. Comme quoi on peut partir dans une extrapolation délirante à partir de rien.

    Maintenant si je prend la peine de répondre à ce "truc" c'est que le sujet me concerne personnellement. Je suis nullement offensé par le sketch de cette créature à forme demi-humaine qu'est Hanouna, par contre je suis exaspéré au plus au point par ces "gens" qui veulent faire passer ma sexualité pour une condition de victime, de dépressif et autre fantaisie, qui pense que leur vision de leur sexualité doit être une vision général partagée par tous.Qui veulent une lutte des sexe tel des marxistes pervertit sur le model de la lutte des classes. Je déteste au plus haut point ces représentants autoproclamé de la cause A B C X ou Y que personne n'a mandé et qui ne représente qu'eux même. Merci de comprendre que je t'ai jamais demander prendre la parole pour les bisexuels et je ne veux pas que le fasse en notre nom.

    Par ailleurs ta démarche est passablement pathétique, jalouse qu'il y en ait que pour les homosexuels, tu veux ta part du gâteaux victimaire. Si les gays tolèrent de se faire humilié par des pseudo-représentants qui les prennent pour des carpettes ultrasensibles, je n'en veux certainement pas pour les bi. Sans compter que tes arguments pour défendre la bisexualité sont incroyablement insultant.

    - "les bi sont moins fidèles et incapables d'engagement" 
    - "les bi ne s'intéressent qu'au sexe et veulent des plan à trois" 
    - "les bi sont des prédateur-ices sexuel-les attirés par tout ce qui bouge"

    Il y a absolument aucun problème avec le fait de chercher des plans à trois, de s’intéresser qu'au sexe, de méprisé l'engagement et d'être attirés par tout ce qui bouge. Cette prosternation devant la pudibonderie est le paroxysme de la malséance.

      • Dimanche 28 Mai à 18:38

        Evite de me mégenrer pour commencer. Ensuite j'ai jamais dit qu'il y avait un problème avec les plan à 3 ou d'être attiré-e par beaucoup de gens donc évite de déformer mes propos si tu veux avoir l'air crédible, c'est simplement les clichés qu'on certain-e-s en tête et qui ne correspondent pas à la plupart des bisexuel-les. Aucun rapport avec le fait de victimiser les personnes bi, c'est juste la réalité de la biphobie.

    11
    #JePasseEnCoupe-vent
    Lundi 12 Juin à 19:41
    Quel combat sans intérêt
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :