• L’importance du mot fim

    Hola !

    Dans cet article je vais parler d'un petit mot mais que je trouve tellement important : le mot fim. Evidemment, ce ne sera que mon ressenti personnel par rapport à ce mot et chacun-e est libre d'avoir le sien !

     

    1.    Définition 

     

    Fim : équivalent neutre de fille/garçon et fille/fils servant à désigner une personne non-binaire.

     

    J’insiste sur le fait que le terme fim est exclusif aux personnes non-binaires, étant donné qu’il existe déjà les mots inclusifs « personne », « gens » et « individu » pour parler d’une personne ou d’un ensemble de personnes de n’importe quel(s) genre(s) ou de genre(s) inconnu(s).

     

    2.    Petit historique de la création de fim 

     

    En espagnol, le féminin est marqué par une terminaison en « a » et le masculin est marqué par une terminaison en « o ». Il a été donc assez facile de créer un neutre, en remplaçant la voyelle finale par un « e » (prononcé « é »). Ainsi, fille/garçon qui se dit chica/chico avait un équivalent neutre tout trouvé : chique (à lire « chiké », on remplace le « c » par « qu » sinon ça fait le son « s » suivi d’un « e », bref ^^). Puisque c’est la langue que je parle en ce moment, j’ai utilisé souvent ce mot pour parler de moi. En effet, je trouve qu’il dégage une puissance incroyable. Puisque c’est le strict équivalent neutre de fille/garçon, ce mot me donne une existence palpable et me permet de m’affirmer en exprimant ce que je suis, plutôt que ce que je ne suis pas (je ne suis pas binaire => « non-binaire »). Avoir un équivalent de « chique » en français était alors une nécessité. J’ai donc lancé une réflexion sur le groupe NB France. J’ai eu plusieurs propositions mais c’est le mot fim qui a remporté la bataille pour moi. C’est la personne qui tient ce blog qui l’a inventé, à partir de la racine « fi » de fille et fils et l’ajout d’un « m » neutre.

     

    J’ai décidé de contrebalancer le fait que fim viennent de fille dans fille/garçon en l’utilisant avec un déterminant masculin : un fim, ce fim, le fim. Cependant, si le terme fim vous sied et que vous souhaitez l’utiliser pour parler de vous, vous pouvez tout à fait l’utiliser avec d’autres déterminants : une fim, un•e fim, unæ fim. C’est comme vous le sentez ! Quand j’utiliserai fim pour parler en général, je prendrai d’ailleurs des déterminants inclusifs (loin de moi l’idée d’imposer mon déterminant masculin aux autres !)

     

     

    3.    Pourquoi le mot fim est-il important ?

     

    J’ai déjà évoqué cela dans le paragraphe précédent mais développons un peu en comparant « une personne non-binaire » et « un•e fim ».  

     

             a)           L’utilisation du mot personne est à double tranchant :

     

    Dans une société où les personnes trans sont souvent objectifiées et déshumanisées, il est important de mettre en avant que nous sommes des personnes. Mais cela est à double tranchant.

     

    En effet, la présence du mot personne et l’emploi de « non-binaire » comme un adjectif plutôt qu’un nom invisibilise aussi nos existences. En effet, il est bien facile d’oublier nos genres et de les minimiser quand on met en avant le mot personne plutôt que le genre. Ce qu’il y a après « personne » peut rapidement devenir insignifiant et sans force d’un point de vue politique. Cela me fait penser à l’emploi problématique du « first person language » (le langage qui met en avant la personne, comme par exemple dire « personne avec autisme » au lieu de « autiste », ce qui est problématique car cela donne l’impression que la personne est dissociable de son neurotype). Comme si on pouvait me séparer de mon genre et le mettre de côté. Non, mon genre fait partie intégrante de moi, et je serai quelqu’un d’autre sans lui. De plus, là maintenant tout de suite, politiquement, c’est sur mon genre qu’il faut se concentrer, car c’est sur cette base-là que je suis oppressé. Donc dans le fait de mettre absolument la « personne » en premier, j’y vois aussi une manière de nous invisibiliser encore plus.

     

             b)          Se définir en dehors du système binaire :

     

    Dans une société binaire, il est également important de montrer que nous ne faisons pas partie des genres binaires imposés, que nous sommes en dehors de ce système-là.

     

    Néanmoins, cet argument me paraît encore être à double tranchant et il faut faire attention aux nuances des mots. En effet, les personnes non-binaires ne sont pas les seules à être hors de la binarité du genre. Les personnes trans binaires elles aussi défient ce système de part leur existence. Le système de genre binaire dans lequel nous vivons est cissexiste par définition, et le terme « binarité du genre » (« gender binary » en anglais) inclus aussi cette notion de cissexisme. C’est un package complet « sexe considéré binaire auquel on associe un genre + stéréotypes de genre + rôles de genre ». Les personnes trans binaires ne rentrent donc pas non plus dans le système binaire ! Les personnes non-binaires ne sont donc pas les seules à le défier, bien que la particularité dans ce cas est que leurs genres ne sont même pas connus (ni reconnus).

     

             c)           Le refus de se genrer ou se réapproprier la façon dont on est genré-e :

     

    Le terme « personne non-binaire » nous définit par ce que l’on est pas, plutôt que par ce que l’on est. Pour certain-e-s, ce sera une force puisque cela va exprimer un refus de se genrer face à la façon dont la société nous genre de manière coercitive, le fait d’être en dehors du système genré actuel. Pour d’autres, cela va être une faiblesse puisque s’affirmer passera par le fait d’exprimer ce que l’on est. Donc en fait, c’est selon chacun-e.

     

    En ce qui me concerne, j’ai besoin de m’affirmer à travers un mot qui me genre mais de la manière qui me correspond. Le mot fim est une manière de me réapproprier la façon dont la société nous genre en permanence d’une façon qui me convient à moi et de lui renvoyer mon existence dans la figure. Si les filles et les garçons ont un mot à elleux, alors moi aussi.

     

             En résumé :

     

    ·      Personne non-binaire :

           -       met en avant la personne ;

           -       exprime la non appartenance au système binaire ;

           -       le mot personne invisibilise ;

           -       nous définit par ce que l’on n’est pas, est un refus de se genrer ce qui pour certain-e-s sera une force.

     

     

    ·      Fim :

          -       est un équivalent de fille/garçon ce qui nous replace à égalité d'un point de vue linguistique ;

          -       nous définit par ce que l’on est ;

          -       est une façon de se genrer, de se réapproprier la façon dont on se genre, et pour certain-e-s de s’affirmer par ce biais.

     

    En conclusion, je pense que le mot fim ne conviendra pas à tout le monde. Et c’est ok. Car chacun-e s’affirme comme iel en a besoin. Chacun-e suit son chemin. En tout cas, pour moi, le mot fim est une force. Il me donne de la puissance. Je souhaite le visibiliser, donc vous me verrez l’utiliser plus fréquemment ;)

    Surtout, n’oubliez pas l’importance des mots.

     

    Coeurs et licornes !

     

    - UESG

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Jaipasdepseudo
    Dimanche 15 Mai 2016 à 23:47

    Pensez vous qu'il y a un mal à ce "genrer" ? Par exemple, les hommes et femmes cis, iels se genre à mort, vu qu'iels sont en parfait accord avec leur sexe assigné à la naissance. Trouvez vous ça mal ? Ma question parait bizarre mais j'ai vu pas mal de femme/hommes transgenre dire que les cis sont comme des moutons... Mais je pense que se sentir en accord avec le sexe de naissance est aussi normal que de ne pas se sentir en accord. C'est un "choix" on se sent bien avec ou non, non ?

    2
    Jeudi 19 Mai 2016 à 23:53

    Je ne pense pas que ce soit un mal de se genrer soit-même tant qu'on ne l'impose pas aux autres, ni que ce soit un mal d'être cis, on ne choisit pas son genre. :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :