• L'oppression est-elle un processus actif ?

    Dans le cadre de la lutte contre les oppressions systémiques, un argument revient souvent. C’est celui que personne n’est responsable, que c’est un système en place et que les individus au sein de ce système ne sont pas fautifs de l’oppression vécue par d’autres, que le principe de base d’une oppression systémique c’est qu’elle n’est pas consciente. Examinons un peu cela.

     

    1.    On n’est pas responsable de son privilège mais de ce qu’on en fait

     

    La première chose c’est qu’une personne privilégiée sur un axe (blanche et/ou ou cis et/ou dyadique* et/ou hétéro, etc.) n’a pas choisi ce qu’elle est et n’a pas choisi d’avoir des privilèges. C’est absolument vrai. Il n’y a pas lieu de culpabiliser quelqu’un d’avoir des privilèges. Aussi, quand on dit à quelqu’un qu’iel a des privilèges, ce n’est pas une insulte, ni une façon de li dénigrer, mais un simple constat.

    En revanche, ce qu’il faut absolument comprendre, c’est qu’on est responsable de la façon dont on utilise son privilège. Par exemple, on peut utiliser son privilège pour être un-e allié-e à la cause et combattre l’oppression systémique. On peut aussi utiliser son privilège pour passer un arrêté anti-burkini et là, voyez, on est largement responsable de l’oppression que l’on vient d’infliger.  

     

    * = non intersexe

     

    2.    L’oppression est bien un phénomène actif et conscient

     

    L’oppression est pourtant bel et bien un phénomène actif et conscient. En effet, à la base elle est instaurée par des êtres humains pour avoir un pouvoir sur d’autres êtres humains qui ne pourront pas jouir des mêmes droits. Par la suite, l’oppression est maintenue activement et consciemment par des membres du système.

    Voyons quelques exemples qui montrent que l’oppression est active à l’échelle du groupe ou institutionnelle :

     

    - La Shoa, l’esclavage, les génocides, la colonisation et autres horreurs, ça se passe de commentaires. L’argument « iels étaient pas conscient-e-s » est juste tellement indécent quoi…

     

    - Obliger les personnes trans à être stérilisées pour pouvoir changer d’état civil, c’est de l’oppression active. La France ayant été condamnée à ce sujet par le Conseil Européen des Droits de l’Homme (CEDH) pour cet état de fait qui ne respectait pas les droits humains des personnes trans, on ne peut plus jouer la carte de l’oppression inconsciente. Une loi est finalement passée récemment n’obligeant plus à se faire stériliser mais le changement d’état civil libre et gratuit n’est toujours pas passé, car certaines personnes s’y sont opposées (donc l’oppression active continue).  (sources ici et ici et ici)

     

    - Pratiquer des interventions chirurgicales non-consenties sur les enfants intersexes, c’est de l’oppression active. Encore une fois, la France a déjà été rappelée à l’ordre par l’ONU et le CEDH.

     

    -  Voter contre une loi qui va à l’encontre de la culture du viol, c’est de l’oppression active (ex ici).

     

    - A l’élection présidentielle US, la majorité des blanc-hes ont voté pour… un président raciste. Oppression active. (source)

     

    - La « Manif pour tous » (une bande d’homophobes qui manifestent contre le mariage gay), c’est de l’oppression active : un groupe de gens manifestent activement contre les droits d’autres personnes. 

     

    - 

     

    Et des exemples, il y en a à n’en plus finir et y’en aussi légion a plus petite échelle, à l’échelle individuelle. Prenons l’exemple de la transidentité : refuser d’utiliser les pronoms d’une personne trans, l’insulter, l’agresser, la tuer, tout ça c’est de l’oppression active. Il y a aussi des comportements oppressifs plus « subtiles », notamment toutes les méthodes discursives des dominant-e-s dans une discussion sur l’oppression. 

    L'oppression est-elle un processus actif ?

    Une autre forme plus subtile d’oppression, c’est le fait de ne pas prendre position en faveur des opprimé-e-s une fois les informations mises à disposition et prétendre être « neutre ». Je vous invite à consulter l’album que j’ai fait récemment à ce propos ici.

     

    L'oppression est-elle un processus actif ?

     

    (Il faut lire la bulle la plus haute en premier donc celle à droite, désolé c'est pas hyper clair ^^)

    En étant "neutre" face à un programme politique ouvertement oppressif, vous banalisez et légitimisez l'expression d'idées oppressives. Vous faites passez le message que c'est acceptable d'avoir un programme contenant de telles idées. Vous participez au maintien de telles idées en ne vous positionnant pas à leur encontre.
    En attendant de "voir" ce qu'il se passe, vous acceptez de mettre en danger les personnes visées par un tel programme. Quand prendrez-vous donc position contre cette personne politique ? A la première discrimination ? A la première agression ? A la première mort ?

    Donc oui, des individus au sein du système oppressent activement les autres, que ce soit à échelle institutionnalisée ou individuelle.

     

    3.    Oui, je sais, « pas touuuustes »

     

    Je vous vois déjà venir en hurlant que « pas touuuustes les dominant-e-s ». Je vous renvoie à l’image ci-dessus, premièrement. Deuxièmement, il n’est évidemment pas question de dire que toutes les personnes privilégiées oppressent les autres en connaissance de cause. Il y a aussi des individus au sein du groupe dominant qui perpétuent l’oppression plus par « naïveté » et ignorance qu’autre chose et une fois sensibilisé-e-s, iels sont capables de se remettre en question et vont entamer le processus de déconstruction. Iels deviendront alors des allié-e-s. Donc oui, « pas touuuuustes les dominant-e-s », il y a aussi des allié-e-s. Et par allié-e, j’entends une personne qui prend activement position en faveur des opprimés.

     

    4.    L’oppression silencieuse

     

    Des individus préfèrent aussi garder leurs œillères et ignorer les informations qui leur ont été mises à disposition. Ceux-là sont en fait responsables aussi de l’oppression. Iels ont choisit d’ignorer les informations et de ne rien faire, autrement dit laisser les oppresseur-ses actif-ves oppresser. 

    On accuse souvent les militant-e-s de critiquer pas mal les mecs cis dyadiques blancs. Mais s’ils avaient tous fait un boulot d’allié - où même les trois quart d’entre eux seulement car il est irréaliste que tous puissent le faire -, cela ferait belle lurette que les droits humains fondamentaux des personnes concernées auraient été obtenus.  

     

    Conclusion :

    L’oppression systémique n’est pas une entité magique qui vit d’elle-même. Beaucoup ont l’air de penser qu’il s’agit de cet espèce d’ombre sans humanité qui plane au dessus de nous, dont personne n’est responsable. Non. Elle a été instaurée par des êtres humains, à leur profit, et est maintenue par des êtres humains, toujours à leur profit. Arrêtons de vider l’oppression systémique de la base humaine qui l’a créée et la maintient, comme si c’était un monstre invisible que nous devions combattre.

    Prenez conscience que l’oppression est un processus actif et que vous l’avez probablement activement alimenté à un moment ou à un autre, en en ayant conscience à divers degrés selon le moment de votre vie. Il ne s’agit pas de dire que vous êtes un monstre d’oppresseur mais de simplement dresser un constat et de prendre activement position en faveur des opprimé-e-s à partir de maintenant, car vous détenez à présent les informations.

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :