• Les différences entre orientations sexuelle/romantique et genre 

     

    [Note : gay est ici parfois utilisé au sens large comme homo ; j’ai tendance à le faire car en anglais, ils l’utilisent aussi au sens large.]

    [cishet = cisgenre + hétérosexuel + hétéroromantique].

     

    Hello !

     

    Pour continuer ma série sur « les différences entre », voici un article dont le but est d’expliquer les différences entre orientations et genre. Si ça peut paraître évident pour certain.es, l’expérience prouve que c’est loin d’être acquis pour tout le monde. Encore beaucoup de gens pensent que dans un couple homo, il y en a un qui fait l’homme et l’autre la femme ou font des yeux ronds quand on leur dit qu’on peut être trans et gay à la fois.

     

    Je rappelle brièvement les définitions (n'hésitez pas à vous reportez aux articles qui détaillent tout ça ici et ici) :

    -     genre : identité intrinsèque, conscience de soi en tant qu’être social.

    -     orientation sexuelle et/ou romantique : se définit par les personnes vers qui on est attiré sexuellement et/ou romantiquement (il faut bien dissocier les deux).

     

    Basiquement, l’orientation consiste à savoir vers qui on est attiré alors que le genre consiste à savoir qui on est en tant qu’être social, ce sont donc deux choses complètement différentes.

     

    C’est le moment de démystifier tout ça !

     

    1.    Mythe : « Dans un couple homo y’en a toujours un qui fait la femme et l’autre l’homme »

     

    J’avoue que celui-là me fera toujours rire tellement ça me paraît absurde. Ce mythe est un parfait exemple de l’hétéronormativité dans laquelle il prend racine. Les cishet (pas tous mais certain.es) semblent ne pas comprendre réellement comment fonctionne un couple homo ou qu’on puisse tout simplement être en couple non-hétéro. Penser que dans un couple lesbien, l’une des deux « fait l’homme » semble les rassurer, car cela rapporte le schéma du couple homo à une vision hétéro.

    Ben… désolé, mais un couple homo sort du schéma hétéronormatif et ce sont bien deux personnes du même genre qui sont impliquées. C’est même tout le principe, j’ai envie de dire ! ^^

    Au passage, si l’une des deux personnes du couple homo a une expression de genre qui n’est pas traditionnellement associée à son genre, ça ne veut pas dire que le couple suit un schéma hétéro car je rappelle que l’expression de genre n’est pas la même chose que le genre ! Par exemple, si vous avez un coupe d’hommes gays cis, ce n’est pas parce que l’un des deux est efféminé qu’il « veut être une femme » ou que le couple à un schéma de fonctionnement hétéro avec l’un qui « fait la femme et l’autre l’homme ». Ne vous servez pas des expressions de genre pour invalider le genre de quelqu’un ou son orientation ou ramener sa vie de couple à un schéma hétéro.

     

    2.    Mythe : « Les personnes trans sont justes extra gay »

     

    Il y a encore des gens qui pensent que les personnes trans sont juste des gens « tellement gays » qu’iels sont « passé.es de l’autre côté » ce qui n’a, aucun sens, bien évidemment.

    Déjà ce mythe passe complètement à côté de la non-binarité, comme vous pouvez le constater, ce qui est donc un premier argument pour l’invalider. Ensuite, cette idée prend largement racine dans l’hétérocisnormativité. L’hétérocisnormativité est concrètement un monde normatif où tout est confondu : le sexe, le genre, l’orientation sexuelle et romantique et l’expression de genre car tout le monde est présupposé cis hétéro avec une expression de genre « traditionnelle/normative/qui correspond à son genre ». Donc si une personne « change de sexe » (transitionne), on se dit que ça doit être parce qu’elle veut pouvoir être avec les personnes de son sexe assigné et ainsi reproduire un schéma purement hétéro.  

     

    Bien sûr c’est complètement faux !

     

    Les personnes cis gays, sont CIS justement ! Leur genre correspond au genre assigné à la naissance. Une femme cis lesbienne n’est pas « une sorte d’homme trans », son genre n’est pas plus masculin que celui d’une femme cis hétéro et que celui d’une femme trans aussi d’ailleurs.

    Quant aux personnes trans, elles ont tout simplement un genre qui ne correspond pas à celui assigné à la naissance, ce qui n’a pas de rapport avec le fait de savoir vers qui iels sont attiré.es.   

     

    3.    Mythe : « on ne peut pas être trans et gay »

     

    Comme je le disais, avoir un certain genre n’a pas de rapport avec nos attirances envers d’autre personnes. Donc, les personnes trans, comme le reste de la population, peuvent avoir toutes sortes d’orientations sexuelles et romantiques. On peut être un homme trans gay, une femme trans lesbienne, et sans oublier la large éventail d’orientations qu’il existe : on peut être trans et bi, trans et asexuel.le et homoromantique, trans et pan, etc.

     

    Alors répondons maintenant à la question « pourquoi traverser tout ça si c’est juste pour être gay ? » qui semble tant tarauder certain.es cishet. Cette question sous-entend que ça reviendrait au même de vivre dans son genre assigné et d’être dans un schéma hétéro. Sachez qu’il s’agit avant tout de vivre dans son vrai genre. Le but n’est pas de suivre un schéma hétéro ou non, le but c’est d’être soi-même ! Vivre socialement dans un genre qui n’est pas le sien est concrètement insupportable pour la plupart d’entre nous. Ca déclenche très souvent de la dysphorie de genre. Donc traverser tout ça, ce n’est pas « pour être gay », c’est pour vivre socialement notre vrai genre, pour soulager toute cette dysphorie sociale insupportable et être nous mêmes tout simplement. Et il se trouve juste que certain.es d’entre nous sont aussi attiré.es par les personnes du même genre qu’iels. Etre trans et gay n’est pas incompatible.   

     

    Bonne journée/soirée :)

    UESG

     

     

    Documentation sur le sujet : 

    http://transwhat.org/debunked/ 

    Gay PDA (The Real Alex Bertie) - Un couple d’hommes trans gays 

    Lesbian myths buster : lesbians want to be man (the Internet Lesbian) (un peu maladroit quand elle parle vite fait des personnes trans mais le reste est bien) 

    History of lesbianism in 60 seconds (Hannah Witton) 

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :