• Les différences entre otherkin/thérianthrope et xénogenre

     

    Je vois pas mal de personnes qui mélangent otherkin et xénogenre, il est donc temps que j’explique tout cela. Je me suis moi-même déjà emmêlé les pinceaux par le passé, mais j’ai bien potassé le sujet, et c’est le moment de le coucher sur papier ! Je n’entrerai pas en détail dans la complexité des identités otherkin, car cela ne relève pas de ma compétence. Je me contenterai donc d’expliquer les bases et les principales différences avec les xénogenres. C’est parti pour le tour d’horizon !

     

    1.    Définitions de base

     

    Pour commencer, je vous rappelle la définition des xénogenres. Ce sont des genres non-binaires, et à ce titre, les personnes concernées peuvent se définir transgenres. Il s’agit de genres complexes se définissant en dehors des concepts de masculinité et de féminité ; dans le but de combler un vide lexical ne permettant pas de décrire leurs expériences, les personnes concernées ont recours à des métaphores et analogies impliquant d’autres moyens de classification (nature, animaux, espace, temps, choses, chiffres, sentiments, sensations, couleurs…) Pour plus de détails, référez-vous aux autres articles de la rubrique consacrée ! ;)

     

    A présent, plongeons-nous dans la question otherkin. Ce mot signifie « autre lignée » en anglais (une lignée en biologie est une population d’individus descendants d’un même ancêtre commun). Les personnes otherkins sont donc des personnes ayant une (ou des) identité(s) non-humaine(s). Par exemples, une personne peut s’identifier à un elfe, un dragon, un ange, etc.

    Les personnes qui s’identifient à des animaux réels préfèrent parfois utiliser le terme thérianthrope (ou thérian) – les canins et félins étant assez communs dans la communauté thérian, mais il peut s’agir évidemment d’autres animaux non-humains.

    Certaines personnes otherkins préfèrent encore se définir comme « trans-espèce », le terme étant assez controversé aujourd’hui, à cause d’une possible appropriation des enjeux transgenres (un lien pour en savoir plus). J’ai également lu le terme « personne animale » assez souvent durant mes recherches.

    La lignée/l’espèce à laquelle s’identifie la personne otherkin s’appelle le kintype (« type de lignée »).

        Les personnes concernées décrivent souvent la présence de membres fantômes (c’est à dire le fait de sentir un membre qui n’est pas physiquement présent, comme par exemple une queue, des ailes, etc.) Elles décrivent aussi vivre des shifts, c’est à dire un instant où l'identité non-humaine prend le pas sur l'identité humaine. Cela produit une différence de perceptions sensorielles, de pensée et d'actions. Pour plus d’infos sur les shifts : "Les différents types de shifts" (des licornes et des hommes) et "Méfie toi du loup qui dort - les shifts" 

     

    Premier bilan :

    -       les xénogenres sont des identités de genres ;

    -       les identités otherkin sont des identités non-humaines globales (identités d’espèce/de lignée).

     

    On voit donc très clairement qu’il ne s’agit pas de la même notion. Les personnes xénogenres ne sont pas forcément otherkin et vice-versa. Mais ne vous inquiétez pas, je vais revenir dessus plus en détail.

     

    2.    Comment les personnes otherkin expliquent-elles leur identité ?

     

    Lorsqu’on n’a jamais entendu parler de ces identités, cela peut paraître un peu étrange au premier abord. Mais on ne va pas s’arrêter là et chercher à décortiquer le sujet ! Alors, qu’est-ce qui fait qu’une personne a une identité non-humaine ?

    Tout d’abord, certain-e-s l’expliquent par diverses croyances : iels se définissent comme l’esprit d’un animal réincarné ou croient à l’existence de mondes parallèles dans lesquelles elles sont leur kintype etc.

    D’autres personnes l’expliquent comme étant un mécanisme d’adaptation au fait d’être neuroatypique dans une société humaine où tout est calibré pour les personnes neurotypiques. Certain-e-s se reconnaîtront ainsi plus facilement dans la manière d’être d’un animal non-humain et s’y identifieront naturellement. (Attention : toutes les personnes neuroatypiques ne sont pas otherkin).

     

    3.    Les genres des personnes otherkins

     

    Les personnes otherkins peuvent avoir n’importe quel genre, tout comme les personnes non-otherkins. On peut être otherkin et être une fille (cis ou trans), un garçon (cis ou trans) ou non-binaire.

    Cependant, il arrive que l’identité otherkin influe sur la construction de l’identité de genre. De fait, beaucoup d’otherkins ne sont pas cis. Je vais inventer un exemple pour vous aider à saisir l’idée : admettons qu’une personne s’identifie à un dragon et que ce type de dragon soit une espèce sans notion de genre, il se peut alors que la personne otherkin soit agenre en conséquence. Là où les xénogenres entrent en scène, c’est que ce sont des genres permettant une incroyable diversité, avec des méthodes de classification non-habituelles, là où il y avait un énorme vide lexical auparavant. Certain-e-s otherkins vont donc plus naturellement exprimer leur ressenti de genre en passant par des xénogenres. De fait, il existe un certain nombre de xénogenres réservés aux otherkins, dont voici quelques exemples (source : wiki nonbinary otherkin) :

     

    Adeptogenre (inventé par Mercurykid) : lorsque ton état de genre a été obtenu à travers la réalisation de ta lignée (ton moi-otherkin), lorsque la découverte de ta lignée a stimulé la découverte de ton genre (note : la lignée et le genre ne doivent pas nécessairement être corrélés).

     

    Aliengenre (inventé par genderdhoul) : un genre qui est une interprétation d’un (ou des) genre(s) d’un point de vue non-humain. Peut ou non se conformer à un genre ou adopter un genre, mais à la manière d’un « alien essayant le genre d’une autre espèce ». Par exemple : alien-garçon, alien-fille, alien-non-binaire.

     

    Fictigenre : 1. Lorsque ton genre est connecté au(x) personnage(s) fictifs ou l’espèce fictive auxquelles tu t’identifies. 2. Lorsque tu sens que les genres du monde réel ne s’appliquent pas à toi parce que tu t’identifies à un personnage fictif ou une espèce fictive. Note : ce genre est uniquement pour les fictionkin (personnes dont le kintype est fictif).

     

    Genre-mer : comme le genre-vide, mais relié à l’océan. Ton genre est une vaste mer d’abysses et de profondeurs qui restent encore à découvrir. Ce genre peut être utilisé par toustes mais a été crée en ayant en tête les otherkins dont l’identité est relié à l’océan et aux créatures marines.

     

    Kingenre (inventé par aroacehaxkeye) : un terme parapluie pour tous les individus dont le genre est très relié à leur kintype.

     

    Ainsi, le genre d’un-e otherkin peut être relié ou non son kintype. Comme on vient de le voir, son identité de genre peut même être indissociable de son kintype.

     

    4.    En conclusion

     

    En conclusion, les xénogenres sont identités de genres non-binaires alors que les identités otherkins sont des identités de lignée non-humaine (il y a beaucoup trop de fois le mot « identité » dans cette phrase !) Une personne xénogenre n’est pas forcément otherkin et vice-versa. Certain-e-s personnes sont les deux à la fois, et parfois le kintype influence ou est très relié au genre de la personne. Certains xénogenres sont donc réservés spécifiquement aux personnes otherkins.

    Les différences entre otherkin/thérianthrope et xénogenre

     

    J’ajouterais un petit aparté sur le fait que je vois souvent les xénogenres définis comme « des identités de genres non-humaines ». A mon sens, cette définition n’est pas correcte, car on l’a vu, il y a des personnes xénogenres qui s’identifient à des humain-e-s et ne sont pas otherkins et seulement une petite partie des xénogenres est réservée aux otherkins. Donc même si cette définition est en partie vraie, elle n’est pas totalement inclusive et exacte. Parfois, les personnes qui emploient cette expression ne font pas références aux otherkins mais plutôt aux moyens de classification des genres inhabituels impliquées par les xénogenres (auquel cas, je crois qu’il vaut mieux s’y référer tel quel, pour ne pas induire en erreur).

     

    Voilà, nous arrivons au bout de cet article, j’espère qu’il vous aura éclairé-e-s ! Je tiens à remercier toutes les personnes du groupe « Otherkins, Fictionkins, Thérians francophones » qui ont répondu à mes questions pour m’aider dans la rédaction de cet article J

     

    - UESG

     

    Ressources écrites par des personnes concernées pour aller plus loin :

    Des licornes et des hommes

    Le brouillon de mes pensées

    L'emprunte blanche

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Fay
    Mercredi 11 Mai 2016 à 21:06
    Encore une fois je n'avais aucune idée de tout ça j'ai un peu de mal à compre'dre d'où ça vient par contre je vais me renseigner :) à ferait u'e bo'ne histoire aussi
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :