• Les personnes en dehors du spectre sont-elles transgenres non-binaires ?

    Note de vocabulaire 1 :

    Les genres en dehors des concepts de masculinité et féminité sont : 

     

    -         agenre : l’absence de genre

    -       neutre : un genre neutre, selon les définitions il peut être considéré comme le milieu du spectre masculin-féminin (donc pas en dehors des concepts de féminité ou masculinité) ou en dehors (c’est donc cette deuxième définition que j’inclus dans mon discours ici) 

    -       maverique et autres aporagenres : des genres ni masculins, ni féminins, ni neutres, ni agenres mais pourtant caractérisés ; ils sont en quelque sorte ce que le jaune est au bleu et au rouge (une troisième couleur primaire). [maverique est un genre précis alors qu’aporagenre est un terme parapluie, c’est la seule différence entre les deux]

    -       xénogenres (incluant les neurogenres) : des genres se définissant en dehors des concepts de masculinité et féminité en utilisant des moyens de classifications peu habituels. Il est plus naturel pour les personnes concernées d’utiliser d’autres concepts comme par exemple les couleurs, la nature, des sensations synesthésiques, etc. 

    -     neurogenres (inclus dans les xénogenres) : des genres qui se définissent en lien avec une neuroatypie (autisme, bipolarité, etc.)

     

    Je vais m’y référer souvent comme « les genres en dehors du spectre » (sous entendu féminin-masculin) ou « personnes en dehors du spectre » si je parles des gens.

     

    Note de vocabulaire 2 : 

    Pour certaines personnes, agenre et neutre (définition en dehors du spectre) se définissent par rapport au spectre masculin-féminin (car respectivement absence de genre et neutralité de genre) et ne considèreraient pas qu’il s’agisse de genres complètement en dehors des concepts binaires comme peuvent l’être les xénogenres par exemple. 

     

    Dans ma logique, ce sont tout de même des genres sans masculinité ni féminité. De plus, certaines formes d’agenres et de neutres se définissent par des classifications peu habituelles et font donc partie des xénogenres (genre-vide = une absence de genre qui se ressent comme le vide ;  dryagenre = une forme d’agenre qui se décrit mieux en faisant appel à la métaphore d’une forêt vide…)

     

    Les deux façons de voir se valent et ça dépendra surtout de l’autodéfinition des personnes concernées. Quand je parle de genres en dehors des concepts de féminité et masculinité, j’inclus donc les personnes agenres et neutres qui se sentent concernées, tout simplement.

     

     

    ---

     

    Les genres en dehors du spectre SONT des identités de GENRES. (Donc évidemment que leur analyse s’inscrit dans la grille d’analyse du patriarcat.) Les genres de types en dehors du spectre SONT des (a)genres NON-BINAIRES (ni homme ni femme) ; les personnes concernées ne sont ni exclusivement homme, ni exclusivement femmes et à ce titre elles sont TRANS NON-BINAIRES. Elles ne sont pas exclusivement du genre assigné (elles peuvent être fluides ou polygenres, d’où la présence du terme « exclusivement »). Ainsi, elles subissent tout autant la transphobie que les autres personnes trans.

     

    On va se faire un petit dessin pour mieux comprendre. Imaginer que chaque genre soit un point sur un graphique (cf. dessin ci-dessous). Ainsi, à un genre on associe des coordonnées dans le repère (x, y). Par exemple, le genre femme est sur l’axe x à 5 unités de hauteur par rapport à l’axe y, donc ses coordonnées sont (0, 5). Les coordonnées du genre homme sont (5,0). Le spectre masculin-féminin est alors représenté par la droite entre les points homme et femme (droite violette). On y retrouve les genres partiellement féminins, partiellement masculins, et les genres issus d’une combinaison entre homme/femme ou masculin/feminin. L’absence de genre peut être représentée soit par un point de coordonnées (0,0) soit par une absence totale de point. 

     

    Un genre qui se trouve pas sur le spectre féminin-masculin peut être n’importe quel point qui ne se trouve pas sur cette droite violette.

    A présent, observons un exemple. Prenons maverique mais l’exemple marche avec les autres genres en dehors du spectre. Le point jaune sur le graphique représente le genre maverique. C’est un point de coordonnées (7,7). Si la personne a été assignée femme à la naissance (ou respectivement homme), on voit bien que son genre n’est pas au point de coordonnées (0,5) (resp. (5,0) ) donc différent de femme (resp. homme). Cette personne est donc bien trans. De plus, son genre n’est ni uniquement sur le point femme (0,5), ni uniquement sur le point homme (5,0) (en fait dans cet exemple, son genre n’y est même pas du tout) : cette personne est donc bien non-binaire. Conclusion : cette personne est transgenre non-binaire et a bien un genre en dehors du spectre masculin-féminin (exogenre) : maverique.

    On va recommencer le raisonnement avec un autre genre pour s’imprégner de l’idée. Je prends l’exemple du genre vert, c’est un xénogenre de type genre-couleur. C’est à dire qu’au lieu de décrire son genre en terme de masculinité et de féminité, on emprunte au champ lexical des couleurs et on le décrit en terme de couleurs. Cette association genre ó couleur fait souvent appel au concept de synesthésie (association neurologique involontaire de plusieurs sens). La notion de vert n’est ni masculin, ni féminin, le genre décrit par cette notion est donc en dehors de ce spectre féminin-masculin. Je peux donc le placer n’importe où en dehors de la droite violette sur le graphique. On a donc bien une personne dont le genre n’est ni exclusivement homme, ni exclusivement femme = transgenre non-binaire.

    Je continue avec un exemple plus compliqué de xénogenre (le champ lexical des couleurs est souvent utilisé dans pas mal d’analogies donc ça me paraît plus facile à comprendre que d’autres xénogenres). Par exemple, genre-glacé : un genre froid et très neigeux. On a ici un genre décrit par des sensations synesthésiques : la perception de son propre genre est lié à la sensation de froid et neige. Bon, on a un genre qui ne se définit ni en termes de masculinité, ni en termes de féminité, donc vous connaissez la chanson : on le place en dehors de la droite violette, la personne a bien un genre qui n’est pas celui assigné et qui est ni homme ni femme, la personne concernée est donc transgenre non-binaire. 

    Les personnes en dehors du spectre sont-elles transgenres non-binaires ?

     

     

    Bon conclusion de toute ma petite histoire avec le graphique : les personnes ayant un genre en dehors du spectre sont bien transgenres non-binaires et s’insèrent donc dans la lutte transgenre non-binaire. D’ailleurs… il me semble que personne n’a remis en cause cela pour les personnes agenres ou neutres, ça visait comme d’habitude les xénogenres (tiens, c’est étonnant #ironie). Pourtant agenre n’est pas sur la droite violette du tout !

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Kris
    Vendredi 21 Octobre 2016 à 18:29

    Titre à rallonge pour une réponse qui pourrait tenir en un mot : "oui". 

    Est-ce vraiment nécessaire d'en faire tout un article ? Je crains de connaître la réponde (la même d'ailleurs)

     

      • Vendredi 21 Octobre 2016 à 18:48

        Oui c'est pas faux, surtout que j'ai l'impression d'avoir plus ou moins déjà dit tout ça dans d'autres articles, mais bon, comme ça a l'air pas clair pour tout le monde c'était pas une mauvaise idée de refaire une synthèse de tout ça ;)

    2
    Kris
    Vendredi 21 Octobre 2016 à 18:41

    Comme Alice, va falloir revoir les couleurs primaires.

     

    Sinon ton graphique, je ne sais pas si ça aide vraiment. Déjà en 2D pour inclure les aporagenres/xénogenres... Et puis le spectre binaire représenté par une droite (enfin un trait pour être exact), ce serait plutôt un fuseau. On peut être un peu femme et un peu homme, ou ~83,65% de chaque. Mais pas 0/0 = agenre (ni 100/100% ?)

      • Vendredi 21 Octobre 2016 à 18:51

        On peut être plusieurs points sur le graphiques ou fluctuer. Mais l'image n'était pas censée vraiment être une représentation exacte mais plutôt un représentation approximative simplifiée juste pour comprendre l'idée générale (l'idée que je voulais faire passer c'est que genre en dehors du spectre ≠ personne cis). Pour ça qu'au final je l'ai mis à part (au début c'était dans le corps de l'article sur le patriarcat et les genres en dehors du spectre en fait - d'ailleurs cet article ci n'a pas été posté sur ma page fb directement). 

        Qu'est-ce qu'elles ont mes couleurs primaires ? x)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :