• Ne vous appropriez pas les identités trans et non-binaires

    (Avertissement : mention de cissexisme, transphobie, dysphorie, suicide, meurtre) 

     

    Bonjour, bonsoir !

    Cet article m’a été inspiré par la planche de la BD Assignée Garçon de Sophie Labelle (je conseille d'aller la lire avant de continuer). Je souhaitais en effet développer le sujet, qui me paraît intéressant. Je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui s’approprie une identité trans ou non-binaire sans l’être mais l’existence de cette planche soulève la question. Est-ce que, par choix politique, dans une volonté de déconstruire le concept du genre et l’oppression binaire, on peut s’identifier au terme agenre, neutrois, ou un autre terme NB/trans ? La réponse est évidemment NON. Mais tachons de développer un peu. Je vais continuer sur l’exemple d’agenre, mais ce que je vais dire est valable aussi pour le reste des identités NB/trans, bien sûr.

     

    1.    Agenre est une réelle identité, au delà de sa portée politique

     

    On ne choisit pas son genre, premièrement. C’est une identité qui se construit sans que l’on ait un contrôle dessus. On ne peut pas dire du jour au lendemain, « tiens, je deviendrais bien agenre moi, où est la baguette magique du genre ? » Non, ça ne marche juste pas comme ça.  

    Agenre est une identité de genre, une vraie identité, que les gens ressentent dans leur cœur. Les gens choisissent cette étiquette car elle traduit un ressenti profond. Cette étiquette a certes une portée politique dans le cadre de la lutte pour la tolérance et l’égalité, mais c’est avant toute chose une identité !

    Donc, quelque soit l’identité trans ou non-binaire, si ce n’est pas ce que vous ressentez au fond de vous, n’utilisez pas cette étiquette.

     

    2.    Etre agenre, cela signifie souffrir des discriminations, du cissexisme, d’invisibilisation de son identité, de transphobie, voire de dysphorie de genre.

     

    On ne choisit pas d’être agenre pour être en contradiction avec le système de genre binaire, ou un.e défenseureuse de la cause trans/NB, et encore moins pour être un.e rebelle, un.e original.e. On s’en passerait bien de tous les problèmes qui viennent avec le fait de ne pas être cis dans cette société. Parce que c’est loin d’être facile tous les jours. Le cissexisme est partout, tout le temps, sans arrêt. Agenre (et les autres genres NB) est une identité invisible, inconnue. On peut même être confronté.es à des cas de transphobie, à de la violence. Et avec nos identités trans peut survenir de la dysphorie de genre, c’est une sorte de dépression du fait de ne pas pouvoir vivre dans son vrai genre. Le taux de suicide dans la communauté trans est particulièrement élevé. Il y a même des personnes trans qui se font assassiner. Alors, non, s’approprier nos identités alors que vous n’en vivez pas les difficultés, les épreuves, les discriminations quotidiennes, ça n’est pas correct pour nous.

     

    3.    Etre une femme ou un homme n’est pas le problème

     

    Les identités de genre femme et homme ne sont pas la source du problème. Ce sont des identités tout aussi valides que les autres et il n’y a aucun problème à s’identifier en tant que femme ou homme. La source du problème, c’est l’assignation forcée à la naissance, les entraves à l’auto-détermination, le non-accès au changement d’état civil libre et gratuit, le manque de reconnaissance, et j’en passe. Le problème c’est le cissexisme et la transphobie. Le problème c’est les mentalités. Pas les femmes et les hommes.

    Et j’ajoute que penser que être femme ou homme est le problème entraîne l’invalidation des femmes trans et hommes trans, comme le soulève si bien Stéphie dans la BD.

     

    4.    Nous ne voulons pas éradiquer le genre, nous voulons que nos genres soient reconnus.

     

    Quand je dis « nous » je ne peux pas parler pas au nom de toute la communauté trans, m’enfin... Nous sommes beaucoup à être attaché.es à nos identités, d'après les conversations que j'ai eu avec d'autres personnes trans/NB, et je le suis moi aussi. Nous ne voulons pas virer toute notion de genre, la pulvériser et l’envoyer dans le néant des oubliettes du vide intergalactique ; juste être libres de s’autodéterminer, être reconnu.es et accepté.es pour ce que nous sommes.

     

    Conclusion :

    Si vous ne ressentez pas tel genre, n’utilisez pas cette étiquette qui par conséquent ne vous appartient pas.

    Si vous voulez soutenir la cause trans et non-binaire, soyez plutôt un.e allié.e ! Et ça, ce serait vraiment chouette. J

    Je finirai par vous mettre le lien d'une autre planche de la BD : ici, qui conclut parfaitement cet article. ;)  

     

    Bonne journée/soirée

    UESG

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Al'
    Jeudi 2 Juin 2016 à 22:22

    Bonjour, je te remercie temps pour cela, les étiquette ne sont pas coller a vie, mais on ne choisie pas son identité de genre ni son orientation sexuel pour être différent(e)s, en ignorent les contraintes que "nous" pouvons subir. Même pas nos ami(e)s, invonlontaire .

    Bref, merci

    AL' 

    2
    Encorepire
    Vendredi 15 Juillet 2016 à 21:13

    Je partage pleinement la pression du cissexisme, et de ce fait je compatis depuis toujours :o)

    En revanche je suis en désaccord avec ta vision de l'étiquette agenre comme identité qu'on ne doit ne pas nous prendre...

    D'abord, je suis agenre, mais ce n'est pas mon identité. Mon identité au sens strict, c'est mon corps et ce qui l'habite. Mon identité en tant que personnalité, elle est multifactorielle, changeante, mais elle n'inclue justement pas de genre. C'est parce que le genre ne fait pas partie de ce qui pour moi est constitutif de ma personne, que je me définis comme agenre.

    J'utilise cette étiquette, parce que c'est un sujet qui passionne la quasi totalité de l'humanité, mais c'est uniquement par obligation par rapport à cette attente permanente de la société, que je m'y suis intéressée suffisamment pour trouver une étiquette. Sans ça, le genre, je m'en contrefous! Etre agrenre, c'est SANS genre, ce n'est pas un 3e genre.

    Choisir un 3e genre, c'est comme dire "je suis supporter, mais d'aucune équipe pcq je peux pas sacquer le foot télévisuel", c'est un paradoxe. Moi non, je ne suis pas supporter, ça ne m'intéresse pas, et si on m'enquiquinait tous les ours avec ça j'aurais aussi trouvé un nom pour l'étiquette qui dit que je m'en fous.

    Maintenant si certains donnent un autre sens à cette étiquette, ça ne m'enlève rien, je me ficherai autant du genre quelque soit le sens qu'on donne à cette étiquette... J'adopterai peut-être une autre étiquette pour clarifier les choses, mais ça ne touchera jamais qui je suis, uniquement le mot pour l'expliquer à tous ceux qui croient qu'on ne peut pas vivre sans subir ou choisir un genre.

    Pour ce qui est de l'éradiquer.... Franchement, il ne me dérange pas, le genre! Comme le foot télévisuel, ça ne me dérange que quand on me l'impose. Quand on se moque de moi parce que je ne rentre pas bien dans la case qu'on a conçue pour moi, quand on exige que je porte une tenue moins confortable et plus chère parce que mon sexe a été assigné au genre dominé, quand on me discrimine, quand on m'insulte. Mais je ne me laisserai pas faire, on ne me forcera pas à choisir un genre, fusse-t-il alternatif!

    3
    Mercredi 20 Juillet 2016 à 09:22

    Merci pour ton témoignage :) Il existe en effet plusieurs définitions/ressentis correspondant à agenre et façon de l'exprimer, ça dépend des gens.

    4
    Mjoern
    Hier à 00:53

    Mais donc qu'en est-il des gens qui ne ressentent aucun genre?

    Agenre n'est pas une identité de genre, c'est le manque d'identité de genre..

    Agenre c'est quand on nous explique ce qu'est le genre et qu'on ne se retrouve pas dans la notion même. que ça nous parle pas.

    Si on ressent quelque chose mais qu'on sait pas ce que c'est ou qu'on sait ce que c'est mais on a pas envie de le dire pour pas se faire moquer et rejeté, alors on est non-binaire.. Sinon, c'est agenre..

    A-genre, A-théiste, A-ssexuel.. ça veut dire PAS de [x]

     

    Moi, je suis non-binaire parce que je ne veux pas qu'on se moque de mon identité parce qu'elle n'a rien à voir avec homme, femme ou un quelconque mix..

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :