• Perception de l’âge et transidentité

     

    Beaucoup de personnes non-binaires et d’hommes trans ayant une expression de genre neutre à masculine ont l’air beaucoup plus jeunes s’iels ne sont pas sous T ou en début de T (T = testostérone). Et c’est de ça dont je veux parler aujourd’hui. 

     

    1.    J’ai l’air d’avoir 11 ans…

     

    Personnellement, je m’étais coupé les cheveux courts l’année dernière dans l’espoir d’être plus souvent perçu comme un mec (bien qu’étant non-binaire car être pris pour une fille H24 me pèse beaucoup). Le résultat c’est que j’avais l’air beaucoup, beaucoup plus jeune que je ne le suis. J’avais 22 ans et franchement la même tête que mon frère de 11 ans à l’époque (en plus on se ressemble). Ajoutons à cela que je mesure moins d’1 mètre 55, du coup mon frère faisait la même taille que moi. Le malaise quoi… Je veux bien faire un peu plus jeune mais j’aurais aimé au moins avoir l’air d’un jeune homme pas d’un garçon pré-pubère…

     

    Du coup, j’ai préféré me laisser repousser les cheveux pour me vieillir un peu. Malgré tout, je suis toujours très souvent perçu comme étant plus jeune que mes 23 ans – et ce même si les gens me mettent dans le panier « fille » d’ailleurs. J’ai  l’air d’autant plus jeune quand je suis à côté de mon frère (maintenant plus grand que moi et en pleine puberté). Les gens sont capables de penser qu’il est l’ainé… Oh joie -_-

     

    Par contre, si je me maquille et mets des vêtements « féminins » (ce qui arrive une fois toutes les calendes grecques autant dire plus jamais même si ça m’est arrivé par le passé), là je fais mon âge. Pourtant je suis la même personne, j’ai exactement la même tête et le même corps. Alors pourquoi ce changement de perception ? On va y revenir par la suite.

     

    Mais avant j’aimerais aborder quelques problèmes liés au fait d’avoir l’air beaucoup plus jeune. Les gens sont suspicieux et veulent vérifier nos cartes d’identité. Le contrôle d’identité quand t’es trans, ça craint. Quand tout tes ami-e-s sont entré-e-s dans la boîte sans problème, tu dois t’outer au vigile en montrant ta carte pour prouver que t’es majeur par exemple. Quand ça m’est arrivé, heureusement il ne s’est rien passé de grave, il m’a laissé passé après m’avoir regardé bizarrement, mais j’étais hyper mal à l’aise. Certaines personnes peuvent se retrouver dans des situations où elles ont moins de chance que sur ce coup là et être potentiellement en danger. 

     

    2.    La perception de l’âge est un construit social

     

    Même si nos corps vieillissent et changent de manière objective au cours du temps, la perception de l’âge est, elle, construite socialement. C’est à dire que nous utilisons des traits physiques en tant que marqueurs pour évaluer l’âge de quelqu’un quand on le regarde – mais ces traits ne sont pas toujours des évaluateurs fiables. Par exemple, une personne ayant les cheveux blancs fait âgée, car les cheveux blancs sont un marqueur social de la vieillesse – en effet, en moyenne les gens ayant des cheveux blancs sont plus âgés. Sauf que c’est pas une généralité, il y a plusieurs raisons pour lesquelles les gens peuvent avoir des cheveux blancs jeunes (stress, génétique, etc.) et il y a des gens qui ont des cheveux blancs plus tard que la moyenne. On peut aussi se teindre les cheveux d’ailleurs. La perception de l’âge peut également être influencée par des traits comportementaux mais l’analyse devient plus complexe à ce niveau et je vais me contenter de parler des traits physiques.

     

    3.    La perception du genre est un construit social

     

    La perception du genre est aussi un construit social. Cette perception est très complexe et je ne vais discuter que des traits physiques dans cet article puisque je vais les analyser en correspondance avec la perception de l’âge. Mais notez bien que le comportement, la socialisation et d’autres facteurs interviennent dans la perception du genre de quelqu’un, il n’y a pas que l’apparence physique, pas que le « visuel ». On peut avoir « l’air visuellement d’un mec (selon les conventions sociales) » tout en étant perçu-e comme non-conforme dans le genre (et c’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles les femmes trans et personnes non-binaires assignées garçons n’ont pas de privilège masculin). 

     

    Qu’entend-je exactement par « la perception du genre est un construit social » ? C’est très simple : nous associons à un genre certains traits physiques (le plus souvent ce sont des caractéristiques sexuelles secondaires et c’est surtout cela que nous allons aborder ici). Ainsi, la voix grave sera associée au genre masculin, et en moyenne les hommes cis ont la voix plus grave. Pourtant, des femmes cis ont la voix grave et des hommes cis ont la voix aigue. Ce n’est donc pas une généralité, tout comme c’est le cas pour l’ensemble des caractéristiques sexuelles : il y a des humains plus ou moins grands, poilus, etc. mais on a tendance à les séparer en deux catégories distinctes (masculin vs féminin) malgré que ces deux catégories se recoupent de façon non négligeable. Les moyennes ne voulant rien dire au niveau individuel, si je regarde un humain grand, cela ne dit rien sur son genre à lui, même si en moyenne les hommes sont plus grands. Pour résoudre ce problème, on va se baser sur un ensemble de traits pour évaluer le genre d’autrui. Ainsi, si je regarde un humain grand, barbu à la voix grave, la probabilité que ça soit un homme est assez élevée. Mais encore une fois, ce n’est pas une généralité parce que les hommes petits, pas barbus et à la voix aigue existent. L’expression de genre peut alors aider en plus de l’ensemble des caractéristiques sexuelles secondaires à évaluer le genre d’autrui : Cheveux courts ? Vêtements ? Maquillage ? Etc.

    La cisnormativité fait qu’en se basant sur un ensemble de critères physiques et sociaux, tels que les caractéristiques sexuelles secondaires et l’expression de genre, on impose notre perception du genre d’autrui à cellui-ci. On ne lui demande pas son genre, on l’évalue en le regardant et on l’appelle « monsieur » ou « madame » en accord avec notre perception personnelle. Notez encore une fois que c’est souvent plus compliqué que ça pour les personnes trans, car elles peuvent se faire appeler « madame » ou « monsieur » tout en étant perçu-e-s comme non-conformes à ce genre imposé, car la cisnormativité ne sait souvent pas quoi faire de nous et/ou insiste à nous imposer ce genre. 

     

    4.    La perception de l’âge est entremêlée à la perception du genre

     

    La perception de l’âge va s’appuyer sur la perception du genre. Certains marqueurs de genre sont réutilisés comme marqueurs de l'âge, ces marqueurs d'âge sont alors des marqueurs d'âge genrés

     

    Les enfants n’ont pas de caractéristiques sexuelles secondaires donc seuls des éléments d’expression de genre (habits, coiffure, etc.) les différencient en terme d’aspect physique (parce qu’on voit pas les organes génitaux des gens, n’est-ce pas). En revanche, à la puberté des caractéristiques sexuelles secondaires apparaissent de sorte que cette classification binaire ne repose plus uniquement sur l’expression de genre. Au cours du temps, certains humains acquièrent certaines caractéristiques physiques liées à la puberté. Une barbe complète sera atteinte à partir d’un certain âge (variable évidemment mais il y a une moyenne). La présence d’une barbe complète fait donc plus « mature », « vieilli » et le rasage fait parfois que la personne a l’air plus jeune (pourtant cette personne a le même âge avant et après s’être rasée donc on parle bien de perception pure). De plus, on attend des jeunes femmes et femmes adultes qu’elles soient désirables sexuellement pour les hommes, et donc qu’elles mettent en avant leur caractéristiques sexuelles secondaires et qu’elles se maquillent, etc. 

    Ce qui fait que quand je suis habillé selon ces normes féminines, je suis perçu comme ayant mon âge. Mais si je suis habillé de façon neutre/masculine et que je suis mis dans le panier « fille », couplé à ma petite taille, j’ai l’air plus jeune. Car les femmes de 23 ans sont en général féminines, maquillées, etc. et pas moi.

    D’autre part, si je suis mis dans le panier « garçon », comme je n’ai pas de voix grave, pas de mâchoire carré, pas de barbe ni une grande taille, éléments qui sont associés aux hommes adultes, je suis perçu comme étant un jeune garçon.

     

    Je trouve cela « intéressant » qu’une même personne puisse être tantôt perçue visuellement comme une femme de 23 ans en suivant les normes d’expression de genre féminines, tantôt perçue visuellement comme un garçon pré-pubère en suivant les normes d’expression de genre masculines. 

     

    5.    Perception de l’âge et standards de beauté cisnormés

     

    De ce fait, si je suis perçu comme un jeune garçon, je serai aussi considéré comme moins séduisant qu’un homme cis de mon âge. Même si les gens connaissent ton véritable âge, si t’as l’air d’un enfant pré-pubère, t’es automatiquement désexualisé (conséquence logique). De plus, les caractéristiques sexuelles secondaires peuvent faire partie de ce qui forme l’attirance qu’on éprouve pour une personne. Or, si je suis perçu comme un garçon, les caractéristiques sexuelles secondaires que l’on cherche habituellement chez un homme sont « absentes » puisque pas de barbe, pas de voix grave, etc. (je précise que dans ces cas-là je porte un binder sinon mon torse me met bien sûr tout de suite dans la catégorie « fille »). 

     

    Personnellement, à force d’être exposé à plein de personnes trans de toutes sortes d’apparence, les standards de beauté cisnormés m’imprègnent de moins en moins – même si c’est un long chemin. J’ai moins tendance à trouver que les mecs trans et personnes non-binaires pas sous T ont l’air particulièrement jeunes parce que je suis tout simplement habitué à voir des adultes avec cette apparence et que mon cerveau associe moins l’idée qu’avoir visage carré et de la barbe serait un marqueur de l’âge adulte chez les personnes masculines. La perception n’est pas figée dans le marbre : ça s’éduque et ça évolue. 

     

    6.    Non-binarité et standards de beauté cisnormés

     

    Vous avez remarqué que jusque là je n’ai traité que le cas où mon physique est évalué à travers le prise d’un standard féminin ou d’un standard masculin. Etant non-binaire, assigné fille et assez dysphorique par rapport à cette assignation et puisque nous vivons dans un monde binaire, je préfère être évalué sous l’angle masculin que féminin. Malheureusement ce standard masculin est totalement inaccessible pour moi comme vous pouvez le constater. A moins d’être sous T et d’avoir une barbe complète (ce que je ne souhaite pas), je serai coincé entre avoir l’air d’un très jeune garçon, une très jeune fille butch ou éventuellement une femme lesbienne butch si on évalue mon âge correctement. Par contre, par dessus cette perception purement visuelle de prime abord de mon apparence physique, il y a d’autres facteurs qui ajoutent une couche où les gens sentent bien que j’entre pas dans la binarité – ma non-binarité est une réalité.

    D’un autre côté, quand je dis « ce standard est malheureusement inaccessible », c’est peut-être « heureusement » en fait. A court terme, ce standard me soulagerait temporairement de ma dysphorie associée au fait d’être mis dans le panier « femme » mais il implique aussi que je m’assimile à la binarité, chose qui n’est pas souhaitable pour moi sur le long terme, car ce n’est pas ce que je suis authentiquement. J'aimerais pouvoir être évalué au travers aucun prisme masculin ou féminin et incarner ma propre beauté non-binaire. Franchement quel merdier c’est d’exister en tant que non-binaire au milieu de toutes ces considérations de perception d’âge, de perception de genre et de standards de beauté cisnormés. On remercie ma taille au passage, qui n'arrange rien - j'aimais pas la soupe que voulez-vous.

     

    Conclusion :

    La perception de l’âge et du genre sont des construits sociaux et les deux s’entrecroisent car la perception de l’âge utilise certains marqueurs utilisés pour la perception du genre. Ainsi, la perception de l'âge est genrée. 

    Aussi bien la perception de l’âge et du genre s’éduquent et sont susceptibles d’évoluer.

    En tant que personnes trans, notre âge et le genre qui nous est visuellement assigné sont évalués à travers les prismes des standards féminins ou masculins. En tant que personnes non-binaires, il est particulièrement compliqué d’exister face à ces standards. Il est donc primordial de déconstruire les standards de beauté binaire et cisnormatifs et célébrer les corps trans et non-binaires.

        

     

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Lilu
    Dimanche 6 Août à 12:41

    J'avoue que c'est pénible d'être considérée comme non-binaire et respecté-e (je suis moi-même non-binaire) dans une société oppressive hétéro-cis normée.

    Mais j'aime beaucoup tes articles car ils me permettent d'en savoir plus et je t'en remercie énormément. happy

      • Samedi 19 Août à 02:14

        Merci à toi :)

    2
    Jiro
    Lundi 4 Septembre à 16:18

    Je suis un mec trans et suis pas sous  T et j'ai pas ce problème . On me dit plus agé que mon age véritatble , parce que je serais très mature . Mais sinon je suis plutôt d'accord avec ton article , faut décloisonner les clichés de la morphologie  , des normes corporels ainsi montrer que la diversité des corps n'est pas un défaut . En tout cas  , merci  pour ton travail et bonne continuation ! 

      • Jeudi 7 Septembre à 18:17

        Merci pour ton retour d'expérience!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :