• Petit dico de français neutre/inclusif

     

    … ou le chantier expérimental d'UESG

     

    Note : certaines idées sont les miennes, d’autres non. Beaucoup de réflexions ont notamment été menées avec l’autrim* de ce blog. *neutre d'auteur/autrice utilisé par la personne concernée

    Je ne fais que des propositions, que vous êtes libres d'utiliser, sachant qu'il existe aussi probablement d'autres alternatives. A terme, c'est l'usage qui consacrera.

     

    1.    La différence entre le neutre grammatical et l’inclusif

     

    ·      Le neutre grammatical sert à désigner une personne non-binaire, ce genre est exclusif aux personnes non-binaires.

     

    ·      L’inclusif est une forme non-genrée qui permet de désigner une ou des personne(s) de genre(s) inconnu(s), un groupe de personnes de genres différents (la dominance du masculin prend ainsi fin), ou une personne non-binaire qui souhaite utiliser l’inclusif (pour ne pas se genrer, parce qu’elle a plusieurs genres, etc.)

     

    Attention : le neutre grammatical n’est pas la même chose que le genre neutre ou neutrois. On peut par exemple être agenre, maverique, demi-garçon, demi-fille, bigenre, genre-fluide, etc. et utiliser le neutre grammatical pour se désigner.

     

    Il est important de faire une distinction entre neutre et inclusif (en règle générale, si quelques mots se confondent au neutre et à l’inclusif, comme « heureuxe » par exemple, ça ne fait rien). Ainsi, dans cet article, je soulignais l’importance du mot fim. En effet, le neutre est une façon de se réapproprier le genre grammatical en se genrant, cela donne de l’existence et du pouvoir. Au contraire, certaines personnes trouveront du pouvoir dans le fait de ne pas se genrer, et l’inclusif est aussi utile pour mettre fin à la dominance du masculin et genrer quelqu’un dont on ne connaît pas le genre.

     

     

    2.    Quelques règles pour commencer

     

    ·      En règle générale, le s ou le m marqueront le neutre (ce sont des choix principalement phonétiques pour le s, et le m rappelait la terminaison « um » du latin ; en effet, j’ai déjà vu des mots comme « amourum »).

    Note : Je suis pour la simplification orthographique. Ainsi pour « content / contente », le neutre sera « contens » et se lira « contensse » (on pourra cependant écrire « confusse » pour ne pas confondre avec le masculin « confus » dans ce cas précis). En outre, « sse » est déjà une terminaison connotée féminin, donc autant changer l’orthographe. Au pluriel, contens est donc invariable (« illes sont contens »). Le « sont » marque déjà le pluriel, et de toute manière le « s » du pluriel est toujours muet ! (On pourrait très bien écrire « les chat » sans problème de sens puis que « les » marque déjà le pluriel et le « s » serait muet).

     

     

     ·      L'inclusif se forme habituellement avec un tiret, un point (.), un point spécial (•), une apostrophe entre le masculin et le féminin ou bien avec le E du féminin en majuscule (content-e, content.e, content•e, content'e, contentE). Le désavantage de ces formes est qu'elles fonctionnent bien à l'écrit mais c'est plus compliqué à l'oral. De plus, à titre personnel, je n'aime pas non plus l'idée d'être "des bouts de mots" avec des tirets/points/apostrophes et souhaite donc l'existence de mots à part entière mais ça n'engage que moi évidemment (et plusieurs formes peuvent coexister).

    Note : Pour toutes ces raisons, je vais proposer un inclusif alternatif à ces formes dans les paragraphes qui suivent.

     

    Quand c'est possible, on peut également utiliser des contractions du féminin et du masculin (brefve, heureuxse) ou des mots valises (nouveau/nouvelle devient nouvelleau), ces derniers étant plutôt facile d'utilisation notamment à l'oral.

    Note : Ces mots valises sont assez faciles d’usage et sonnent bien, mais le problème est qu’ils viennent d’un assemblage du féminin et du masculin, alors que l’inclusif est censé inclure tous les genres grammaticaux (donc le neutre aussi). Ainsi, ces mots ne vont pas dans le sens souhaité. Je ne vois pas d’inconvénients à ce qu’ils soient utilisés bien sûr (et c’est évidemment l’usage qui va consacrer) mais c’est pour cela que je propose aussi une forme alternative. (D'ailleurs, iel est aussi une contraction du féminin et du masculin et c’est quand même le pronom qui va être conservé en inclusif je pense, donc les mots valises ne sont pas non plus forcément à écarter comme je disais.)

     

    ·      En règle générale, pour la forme alternative de l'inclusif que je vais donc proposer, le x marquera la terminaison (il se trouve que la contraction de heureux et heureuse donnait justement heureuxe, donc autant garder la même lettre ; de plus le x se place bien en fin de mots, il est parfois considéré comme une marque de l’inconnu, et est déjà utilisé comme inclusif en espagnol :p)

     

    ·      « La règle de la racine » : la particularité de l’inclusif, c’est que c’est une forme non-genrée. Donc je me suis dit qu’il serait logique de prendre la racine du mot et de retirer la terminaison genrée pour obtenir un inclusif. Ca ne marche pas dans tous les cas évidemment, mais ça peut fournir de bons tuyaux pour un paquet de mots ! Donc par exemple, on a « jardinier / jardinière » qui devient « jardini ». « Joueur / joueuse » qui devient « joueu » (pour être plus exact, la racine est plutôt "jou" avec les suffixes "eur/euse" et le suffixe de l'inclusif devient donc "eu"). Etc.

      

     

    3.    Entrons dans le vif du sujet

     

    ·      Mot épicènes : ce sont des mots qui sont identiques à tous les genres grammaticaux. Par exemple, le mot « journaliste » est le même au masculin et au féminin. Il est donc logique qu’il soit également identique au neutre et à l’inclusif. On garde donc « journaliste » dans tous les cas.

     

    ·      Mots épicènes à l’oral ayant une variation orthographique : par exemple, « ami / amie ». Je suis pour la simplification orthographique du français, et à mon sens il n’est pas nécessaire de faire une distinction à l’écrit, là où elle n’existe pas à l’oral. Je suis donc pour conserver « ami » comme épicène. Néanmoins, si vous y tenez, on peut tout de même proposer d’autres variations orthographiques : amië pour le neutre et ami’e pour l’inclusif. Idem pour les participes passés : garder maquillé pour tout les genres, ou des variantes orthographiques (maquillæ / maquilléë pour le neutre et maquillé'e pour l'inclusif).

     

    ·      Les déterminants, articles et pronoms :

     

    Les crochets indiquent la lecture phonétique (par exemple : unæ se lira un + le son "n".)

    Entre parenthèse, il s'agit de formes orthographiques alternatives (par exemple, iel peut aussi s'écrire yel).

    Petit dico de français neutre/inclusif

    A mon sens, deux pronoms devraient rentrer dans le dictionnaire : iel pour l’inclusif car l’usage l’a déjà consacré et ille pour le neutre. Pourquoi ille plutôt qu’un autre ? Il me semble simplement que c’est le pronom neutre que j'ai vu le plus employé (mais je peux me tromper). On le voyait pas mal dans les planches de Sophie, au début c’était le pronom de Ciel ! (Maintenant c’est iel). (Vous remarquez que je ne prêche même pas pour mon propre pronom qui est im :p) 

     

    ·      Mots groupés par sorte de terminaison

    Petit dico de français neutre/inclusif

      

    Note : j'ai aussi mis heureuxe et joyeuxe pour le neutre car j'ai vu pas mal de personnes les employer en tant que neutre et ces formes semblent avoir pas mal de succès ; comme je le disais précédemment, ça ne fait rien si le neutre et l'inclusif se confondent de temps en temps.

    Note 2 : pour "mignonsse" j'ai mis "sse" pour ne pas confondre avec le "mignons" du masculin au pluriel, mais je ne vois pas d'inconvénient à l'écrire "mignons" sinon.

    Note 3 : il est tout à fait possible que j'ai omis certaines terminaisons. Je crois néanmoins qu'on peut déduire aisément de ce tableau celles qui manquent (par exemple français / française devient françaisse au neutre et françaixe à l'inclusif. Je sais qu'on entend "franc sexe" mais tout le monde n'a peut-être pas l'esprit aussi mal tourné que toi, nan mais ! ^^) Si toutefois j'avais oublié des terminaisons dont on ne pourrait déduire le neutre et l'inclusif depuis ce tableau, laisse-moi un commentaire :)

    Note 4 : j'ajoute eil ou eille en pronom (prononcer èye) mais je n'ai pas encore eu le temps de le rajouter dans le tableau

    Note 5 : on peut imaginer une terminaison neutre ou inclusif en "an" pour les mots en "on/onne" => mignan, compagnan, ... On peut même faire une variante en "un" si on veut distinguer neutre de inclusif => mignun, compagnun... 

     

    ·      Mots spécifiques

     

    Petit dico de français neutre/inclusif

     

    4.    On passe à la pratique !  

     

    Exemples :

    ð Masculin : c’est le fils du boulanger

     

    ð Féminin : c’est la fille de la boulangère

     

    ð Neutre : c’est lo fim do boulangér => les personnes dont on parle sont non-binaires

     

    ð Inclusif : c’est li fi di boulanges => on ne sait pas le genre des personnes dont on parle ou elles sont non-binaires

     

    ð Plusieurs genres dans la même phrase : c’est lo fim de la boulangère => la boulangère se genre au féminin et son enfant est non-binaire (je dis se genre au féminin, car certaines personnes non-binaires se genrent aussi au féminin).

     

    Plusieurs autres exemples :

     

    Petit dico de français neutre/inclusif

     

     

    Voilà, maintenant à vous de jouer ! :D

    - UESG

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Nathael
    Jeudi 4 Février 2016 à 21:57

    En vérité, "ille" se prononce "iye" donc ça s'entend bien à l'oral, mais on peut confondre "ille a" et "il y a". Il a l'air d'être plus populaire au Canada quand le iel est préféré en France.

    Autrement je ne savais pas pour les maon/taon/saon, j'aime bien, ça passe bien.

      • Jeudi 4 Février 2016 à 22:19

        En fait il existe deux façons de prononcer ille, je connais des gens qui le prononcent comme il et j'ai en effet appris récemment qu'on pouvait le prononcer comme dans fille. Merci de me le signaler, je vais faire la modif :)

    2
    Kris
    Jeudi 10 Mars 2016 à 17:12

     

    Beau travail. Le plus exhaustif que j'ai vu à ce jour. Merci.

     

    Du coup, ça permet d'avoir une meilleure vue d'ensemble. Il me semble que pour que la forme neutre ou inclusive soit acceptée et utilisée, il faut que ce soit le plus simple possible ; c'est à dire que ça se base sur un minimum de règle. Si c'est du cas par cas, ça ne marchera pas.

     

    Ainsi, je verrais bien pour les déterminants et pronoms, utiliser toujours le O. Idem pour l'accord avec E. Utiliser au maximum la même règle. Pour les professions, adjectifs utiliser au maximum le X.

     

    Ça deviendra plus facilement un réflexe si ça s'adapte facilement au maximum de cas.

     

    Pour les næ, on pourrait aussi l'écrire n-e simplement, du moins dans un premier temps. Le problème c'est que prononcer une voyelle nasale suivie d'un N n'est pas naturel en français. On tellement l'habitude de séparer la voyelle du N en féminisant qu'on en vient à penser que le son IN et un I nasal (c'est un é !), ou UN un U (c'est le son eu). Donc on n'est pas habitué à le prononcer, ni à l'entendre. Ce ne serait peut-être pas un mal de s'y mettre, mais ça va être dur au début. On va avoir tendance à interpréter à l'oral "champion-ne" soit comme champion, soit comme championne. De même, qu'on perçoit comme une de nos voyelles, celle intermédiaire d'une autre langue (cf langues chinoises ou scandinaves). Mais ça passe à l'écrit, et plus on s'y mettra, plus ce sera correctement interprété.

     



     

    Pour maon / taon / saon, je l'ai aussi vu écrit man / tan / san. Ça me semble plus facile à adopter et plus simple.

     



     

    Je voulais aussi dire que le neutre et l'inclusif ne sont pas tout à fait la même chose. On pourrait d'ailleurs avoir les 2 (4 genres grammaticaux donc). Mais vu le mal à simplement en ajouter 1...

     

    L'inclusif c'est en fait indéfini. Cela permet de parler d'une personne sans connaître son sexe ou son genre. Ou de ne pas préciser, ce qui n'apporte rien à la discussion. Ou inclure tous genres possibles dans un groupe : "Chèros confrœurs" "Mespersonnes". L'inclusif pourrait aussi être utiliser pour désigner les objets, les espèces animales, les concepts, etc.

     

    Le neutre c'est plutôt pour désigner une personne non-binaire de genre, qui n'est pas (pleinement et exclusivement) elle ou il. Ce que tu appelle "neutre indépendant" est alors bien-venu, surtout pour les agenres. Un tout 2spirit en revanche pourrait apprécier l'aspect addition des formes féminine et masculine.

     



     



     

      • Samedi 12 Mars 2016 à 23:51

        Merci ! C'est sûr qu'il faudra une règle un moment donné mais c'est l'usage qui consacrera. Et tu fais bien de le dire pour man tan san, autant simplifier l'orthographe. Pour champion-ne par contre, je préfère un mot d'un seul tenant (championae). J'ai envie d'avoir un mot "plein" pour pouvoir me désigner et pas des bouts de mots collés par des tirets (je sais pas si je suis clair… ^^)

        Quant à la différence neutre/inclusif, tu fais bien de le préciser. Là encore l'usage décidera des formes qui serviront pour l'inclusif et le neutre, du coup j'ai un peu tout mélangé sans vraiment faire de distinction. Même si par exemple les tirets sont déjà plutôt utilisés pour l'inclusif. (Sachant qu'il y a des personnes non-binaires qui se genrent uniquement en inclusif).

      • scarabée
        Lundi 24 Juillet à 21:29
        Quelle horreur
    3
    Mercredi 16 Mars 2016 à 18:24
    Yooiou

    Beau travail ! Reste "plus qu'à" le faire adopter à son entourage >< Ma famille refuse d'utiliser "froeur" (que j'aime bien) par exemple.

    4
    Vivyane de Thelle
    Jeudi 17 Mars 2016 à 19:57

    Copaine :P !!! yes

    5
    Pouyou
    Jeudi 17 Mars 2016 à 21:45

    «Les mots dont le masculin se termine par un x => xe 

      ð Nouveauxe, ceuxe, beauxe, amoureuxe...»

    Euh… non. Vraiment. C'est une hérésie d'un point de vue linguistique. Le x étant une aberration orthographique (n'étaient les conservateurs de l'orthographe, il devrait être remplacé immédiatement par un s), il est hors de question de le placer au milieu d'un mot. Le x est une ancienne abréviation remplaçant -us et ne saurait donc se prononcer, en aucun cas ks. Donc désolé, mais faudra trouver autre chose.

    Pour Ya, ou yè, ces formes n'ont pas lieu d'être proposée. J'explique : «elle» se dit a au Québec et è en France. Il est donc logique que yel ou yelle se dise ya au Québec et yè en France, nul besoin de trouver d'autres formes issues de la version orale.

    Après, il y a quelques trucs bien moches, il ne serait peut-être pas inutile de proposer autre chose, mais bon, au moins, il y a une démarche structurée qui a le mérite d'exister.

      • Jeudi 17 Mars 2016 à 21:54

        Mais on s'en fiche en fait que tu trouves ça moche ou une hérésie orthographique ! Voilà. Bonne soirée. 

      • GG
        Samedi 12 Août à 17:02
          • Mais on s'en fiche en fait que tu trouves ça moche ou une hérésie orthographique ! Voilà. Bonne soirée. 

        Wow quelle ouverture d'esprit !
        La personne fait un effort d'argumentation et voila comment on la remercie ? 
        Bravo, vraiment de la part de l'autrice de ce blog, en plus, blog qui prône l'ouverture d'esprit.
        C'est admirable.

        Effectivement le language est important et structure nos pensées.

        Et si tu veux un jour changer les choses, ce n'est pas en envoyant chier les personnes qui essayent aussi de prendre part aux débats que ça marchera.

        Et pour information : "Nouveauxe, ceuxe, beauxe, amoureuxe" sont des mots totalement imprononçable à l'oral faut arrêter de se voilé la face. Quand on voit la difficulté que les gens ont à enlever le "i" à ognon ou le "ph" à nénufar. Tu pense que cette prononciation a une chance d'être adopté ?
        Du coup c'est quoi la démarche ? Se dire que tous les gens qui ne s'adapterons pas pour tout un tas de raison, seront des sombres connards ?

        On peux juste pas écouter les propositions de tout le monde et essayer de faire un truc plus universel ?

        Si on pouvait éviter de passer un bac + 28 pour parler aux personne qui nous sont chère je suis prenneur.

        Ce n'est pas parce qu'un mot est aujourd'hui masculin ou féminin qu'un jour il ne pourra pas passer neutre. On s'en fou du passé des mots non ? Par exemple le mot "auteur" pourrais très bien servir pour parler d'une personne avec un genre non-binaire ou neutre (pardon si j'ai mal compris quelque chose, je suis cisgenre) non ? Si l'on en change tout simplement la définition, en supprimant toute connotation du masculin.
        Au final le changement se ferait en douceur, comme il va se faire pour le reste de la langue française. Et les gens l'utiliseront sans même s'en rendre compte, meme ceux qui sont contre. Bien sûr ce raisonnement ne pourrait pas s'appliquer à tout les mots. Et il important de ce constituer un ensemble de pronoms et de mots avec lesquels nous pouvons tous être à l'aise et se sentir bien.

    6
    Morgan
    Lundi 18 Avril 2016 à 20:17

    Cela fait peu de temps que j'accepte vraiment ma trans-identité alors quand on m'a demandé c'était quoi mes pronoms j'étais un peu à l'ouest car étant non binaire je préférerais qu'on utilise ni le il ni le elle mais je trouve ça dur de faire comprendre toute ces nouvelles règles de langage à mon entourage alors que moi même je n'arriverai pas a tout bien retenir. Je pense que ce serait bien d'avoir des moyens de diffusions sur ce genre de sujet car ça ne doit pas être évident pour expliquer cela à chaque personne qui nous entoure...
    Et puis j'avouerais ne pas avoir tout compris :$. Mais merci pour ce post en tout cas.

      • Lundi 18 Avril 2016 à 20:22

        De rien :) C'est vrai que les cis se trouvent souvent des excuses pour foirer nos pronoms (alors que finalement apprendre un nouveau pronom, ça revient au même qu'apprendre le prénom de quelqu'un puisque le pronom remplace le prénom, les barrières sont plus psychologiques qu'autre chose quand iels ne veulent pas faire l'effort d'essayer). Il est aussi normal de se tromper au début :) Les accords neutres c'est une autre histoire... J'espère que tu trouveras un prénom qui t'honore :D Qu'est-ce que tu n'as pas compris ? (si je peux y répondre)

      • Morgan
        Mardi 31 Mai 2016 à 21:59

        Je ne pense pas que les cis qui disent que c'est durs ne se trouvent pas forcément d'excuses car je trouve moi même cela dur de tout retenir et de faire la différence entre inclusif/neutre ou de bien choisir quel pronom utilisé parmi tous ceux possibles. Personnellement je suis dyslexique et essayer de retenir de nouveau pronoms et terminaisons c'est un vrai casse tête et tout s'embrouille dans ma tête. Ce que je n'ai pas compris c'est surtout les prononciation x). Car à l'écrit (même si je suis pas out j'essaye d'utiliser petit à petit des mots neutre ou non genrés) c'est faciles grâce a la techniques des points ou des tirets mais à l'oral je serais impossible de m'exprimer de manière neutre. Et encore moins l'expliquer à des cis (donc je me fais constamment mégenrer, et encore j'ai de la chance d'avoir un prénom "neutre"). J'espère que plus tard à l'école les enfants apprendrons à utilisé ce genre de pronoms...

      • Mercredi 1er Juin 2016 à 15:24

        C'est pour ça que j'ai juste parlé des pronoms :p Par contre, il est indécent que les cis se plaignent quand c'est nous qui sommes mégenrés.

    7
    Pandanas
    Vendredi 22 Avril 2016 à 01:25

    Existe-t-il un équivalent de "ellui" pour ael/ol/ul... bref, pour le neutre indépendant ?

      • Krissounette
        Vendredi 22 Avril 2016 à 14:05

        Pour ael/ol/ul, c'est comme pour elle : à savoir que lo forme à lo datif est lo même qu'à lo nominatif, contrairement à il (lui à lo datif).

        Reprenons :

        il / ils - lui / eux - celui / ceux

        elle / elles - elle / elles - celle / celles (beaucoup plus simple !)

        donc :

        ol / ols - ol / ols - çol / çols (tout simplement)

        On parle à ol. Oui çol-là.

        idem pour ael ou ul

        Après, perso, je recommande de faire de même pour iel. De 1 : Autant faire simple. De 2 : ça fait moins féminin + masculin. De 3 : ça évite les formes trop ressemblanths à lo masculin : celui & cellui en particulier.

    8
    Mardi 21 Juin 2016 à 20:51

    Wah, c'est très complexe :D Je suis loin d'être savante dans ces grammaires, et je doute de parvenir un jour à les maîtriser parfaitement, mais ça m'intéresse beaucoup et je garde cet article dans un coin en cas de besoin. Beau travail !

      • Mercredi 22 Juin 2016 à 12:06

        Merci :)

    9
    Mira
    Jeudi 14 Juillet 2016 à 21:28

    Déjà, merci beaucoup pour cet excellent travail ! Ce tableau m'aide beaucoup à me construire par rapport au langage et à trouver les formes qui me conviennent le mieux, et pour ça merci infiniment.

    Ensuite, pour les mots spécifiques, pourquoi ne pas utiliser les mots qui se trouvent déjà dans la langue ? Au neutre au moins, "enfant" remplace déjà fils/fille et "personne" homme/femme. On en a déjà peu alors autant en profiter !
    J'aime beaucoup adelphe d'ailleurs, ça sonne bien et c'est indépendant d'un mélange masculin/féminin ^^

    Bref, merci de passer du temps sur ce blog parce que c'est une vraie mine d'or pour moi et mes questionnements. Bonne journée !

    10
    Mercredi 20 Juillet 2016 à 09:26

    Merci beaucoup :) En effet, "enfant" et "personne" sont des très bons inclusifs, mais pour le neutre en ce qui me concerne je préfère trouver un mot différent. ^^

    11
    Dardrun Blades
    Dimanche 31 Juillet 2016 à 05:07

    Et les adjectifs en participes passés ? ( Maquillé.e , Cassé.e, Fatigué.e... ) Comment les accorder au neutre et à l'inclusif ? Milles excuses si j'ai raté l'explication dans la page ^^

    (Oui mes exemples sont nuls mais il est 5:07 et je suis fatiguée ! )

      • Dimanche 31 Juillet 2016 à 11:15

        Perso je suis pour simplifier l'orthographe donc écrire phonétiquement la fin (donc pas accorder, quelque soit le genre). 

        Sinon, il y a plusieurs variantes d'orthographes possibles : maquillæ, maquilléë ...

    12
    Dardrun Blades
    Lundi 1er Août 2016 à 00:34
    C'est vrai mais dans ce cas, pourquoi ne pas abolir les genres grammaticaux tout simplement ? Toute chose et toute personne désigné.es à l'inclusif pour qu'aucun genre n'ait le dessus ^^

    De toute façon je ne vois pas en quoi une table est féminine, et je ne vois pas non plus l'intérêt de préciser le genre de quelqu'un lorsqu'on parle d'ellui !
    En plus les genres grammaticaux binaires des objets renforcent d'une certaine manière l'idée que la binarité est le modèle "normal" de l'identité de genre, ce qui est faux !
      • Lundi 15 Août 2016 à 17:12

        Dans l'absolu tu as raison mais maintenant que la langue a été construite avec le masculin et le féminin, il faut faire avec :/ Peut être que dans plusieurs siècles, seul l'inclusif persistera, qui sait ? En attendant, ça ne serait pas possible ni juste de n'utiliser que l'inclusif pour tout le monde. Le féminin et le masculin sont par exemple très important pour les personnes trans qui utilisent ces genres grammaticaux. Le féminin est important pour la lutte féministe aussi. La langue est un outil qui reflète notre pensée, on ne peut pas passer du jour au lendemain de la binarité à l'inclusivité, il faut une période de transition, tu me suis ? ^^

    13
    thelion
    Lundi 14 Novembre 2016 à 22:27

    Tu devrais lire cet article : http://www.implications-philosophiques.org/actualite/une/masculin-feminin-et-le-neutre/

    14
    Max
    Lundi 2 Janvier à 22:13

    Bonjour, 

    Je n'ai pas encore d'identité définie mais je me genre neutre et m'appelle Max. Je suis né.e de sexe féminin, et récemment j'ai appris que mon frère allait avoir un enfant. J'ai donc dis naturellement à mes ami.e.s à qui je n'ai pas fait de co pour le moment "je vais être tata" mais je voulais savoir si un mot neutre, existait pour cela ?

    Merci de votre réponse!

      • Lundi 2 Janvier à 23:19

        Bonsoir, 

        je suggère "tantan", sinon des mots "hybrides" du style taton ? Il n'y a pas de mots officiels ni même qui fasse un peu consensus encore, donc c'est à toi de voir :) 

      • yooiou
        Mardi 3 Janvier à 16:42

        Ma nièce m'appelle Taton :)

      • CISGenre
        Lundi 14 Août à 17:20
        Pourquoi pas Taton ? Ou alors, je te propose le suicide.
    15
    Sacha S
    Jeudi 29 Juin à 01:16

    Bonjour,

    et d'abord merci pour ce travail, j'en ai beaucoup appris! Ensuite, je suis en train de traduire un article de l'anglais au francais sur Alok Vaid-Menon, qui est non-conforme du genre.

    Ce n'est pas une mince affaire puisqu'en anglais rien n'est genré, alors qu'en francais...... bref, j'ai utilisé tan article pour m'aider, et je voulais donc avoir tan autorisation pour le citer comme reference, que les gens aient une base qui les aideraient a comprendre mes articles "bizarres" et mes terminaisons "etranges".

    Voila, merci!

      • Jeudi 29 Juin à 12:35

        Merci ! Oui pas de soucis.

    16
    Draft
    Vendredi 30 Juin à 03:05

    Hey !

    Merci pour ce magnifique travail !

    Je me présente je m'appelle Draft et je suis agenré depuis peu. J'aime beaucoup les alternatives neutres que tu proposes. Je fais partie d'un collectif : les Pixels Humains ; qui a pour but de créer du lien les personnes entre elles au sein de leur localité. Pour ce faire on est en train de développer (ça fait maintenant 4 ans) communecter qui est une plateforme pour permettre de construire en commun le futur de nos territoires.

    Je suis vraiment intéressé par le travail collaboratif, et je pense que le temps que tu as consacré sur l'écriture de ton article peut servir à plein d'autres personnes !

    J'aurais deux questions :

    1. Puis-je utiliser ton travail pour faire basiquement un copié collé sur wikipédia, le but étant de commencer le travail collaboratif sur la création d'une réelle alternative au langage conventionnel via l'outil wiki. Ce qui permettrait de créer un consensus autour du langage épicène, qu'on pourrait ensuite tou-te-s utiliser !
    2. J'aimerais utiliser un langage épicène et dans la plateforme communecter et dans la documentation de cette dernière (et plus largement au sein de tous les documents du collectif). Pour cela j'aurais besoin de créer un guide de traduction langage épicène - langage conventionnel. Aurais tu envie de m'aider ?

    Si tu es d'accord et que tu as du temps à m'accorder, ça me ferait grand plaisir d'échanger avec toi sur ces sujets :

    • Travailler collaborativement autour du langage épicène
    • Créer une communauté qui contribuerait autour de cette ressource qu'est ce nouveau langage
    • Faire en sorte que ce langage soit de plus en plus usité et rentre dans les moeurs
    • Prendre communecter comme un terrain d'expérimentation
    • Allier la communauté de communecter à la communauté féministe / LGBT+ et faire de communecter une référence pour cette communauté

    On peut au choix :

    • Échanger dans un chat qui se veut être un environnement de travail et de mise en lien pour la communauté des communs (qui prône une autre manières de gérer les ressources de notre planète (qu'elles soient naturelles, matérielles ou immatérielles) pour arrêter de faire en sorte qu'une poignée décide pour tout le monde). Une communauté très proche des valeurs d'équité, de tolérance et de bienveillance et qui voit d'un mauvais oeil les rapports de domination. Si oui voici le lien où tu peux me joindre : https://chat.lescommuns.org/direct/draft_world
    • Se faire une visio via un outil quelconque (prenons par exemple skype).

    Dis moi ou viens me parler directement dans le chat si tout ceci t'intéresse ;)

    A plus !

      • Vendredi 30 Juin à 16:36

        Salut ! Cela me semble de jolis projets. Peux-tu commencer par me contacter en message privé sur ma page Facebook pour affiner la discussion ? https://www.facebook.com/Unique-en-son-genre-413517875523300/

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    17
    Mercredi 12 Juillet à 00:11
    Pixelia

    C'est vraiment super.

    Malheureusement, ça n'est pas officiel, donc très peu de gens connaissent.

    Si je le mes à parler au neutre comme je le souhaiterais, ce sera carrément incompréhensible pour mes interlocuteurs.

    Mais j'aimerais tellement que ma sœur m'appelle "frœur" !

    Ce serait vraiment intéressant si ça venait à se faire connaître...

      • Mercredi 12 Juillet à 00:12
        Pixelia

        Si je me mets*

      • Mercredi 12 Juillet à 00:38
        Pixelia

        Par contre en possessif tu as mis "mien" et "mienne", mais ne serait-ce pas plutôt "sien" et "sienne" ?

      • Mardi 25 Juillet à 15:59

        J'espère qu'un jour ta soeur pourra t'appeler froeur ! :)

        Euh les deux sont possessifs je pense ? 

    18
    cris
    Jeudi 27 Juillet à 23:03

    > Mais on s'en fiche en fait que tu trouves ça moche ou une hérésie orthographique !

    j'avais tout lu jusque là. Et là, vraiment j'ai été choqué. Tu dis en long, en large et en travers dans la FAQ que tu prônes une discussion respectueuse et constructive et puis.... ça.

    J'ai pourtant trouvé que le commentaire de cette personne était très intéressant, et justement respectueux et constructif. Et personnellement j'adore les langues et la linguistique donc voilà j'étais curieux de voir où pouvait aller cette discussion. 

    Et là bam... Le drame... 

    Franchement je t'ai trouvé très agressis sur le coup (eh, t'as vu, je pige quand même).

    Bref, ça décrédibilise 

    Je sais, personne n'est parfait, tout ça. Mais tant d'agressivité pour rien ça donne envie de partir du coup.

    (oui parce que je débarque ici par hasard - j'ai vu un iel quelque part sur twitter et je ne comprenais pas ce que c'était, google, tout ça, et bim me voilà)

    Et ça donne une image désastreuse des personnes essayant de promouvoir un langage neutre et/ou inclusif. On se dit qu'elles sont intolérantes, agressives, fermées, etc.

    c'est dommage

    Je sais je suis sûrement hypersensible, et je sur-réagis, mais on a tous notre spécificité n'est-ce pas. Moi c'est l'hypersensibilité.

    Bises quand même,

    Cris

      • Vendredi 28 Juillet à 14:27

        Remet-le dans le contexte où tout le monde vient nous dire constamment que les mots qu'on utilise n'existent pas et n'ont donc selon elleux aucune légitimité, sont moches, ne devraient pas être employés etc. Au bout d'un moment quand tu essayes désespérément d'exister comme tu peux avec les outils que tu as, quand t'es tout le temps mégenré entre le masculin et le féminin, et qu'une énième personne non-concernée vient te dire que c'est moche et une hérésie orthographique, c'est possible de perdre son calme. Honnêtement je ne sais plus quand j'ai dis ça ni à quel commentaire je répondais (je suis pas remonté tout lire, le temps me manque). Donc oui, je suis pas quelqu'un de parfait, et il m'arrive de pas répondre à tout le monde en mode bisounours car il y a des jours où la goute d'eau fait déborder le vase si je puis dire. Je pense que tu peux le comprendre :)

    19
    Parp
    Samedi 12 Août à 16:12

    Le problème c'est que ce dico est censé s'adresser à qui? Aux gens qui côtoient des trans / gens non genrés etc, ou aux gens non génrés eux même? Parce que je ne me vois pas apprendre et utiliser à bon escient des constructions qui n'ont aucune logique étymologiques (et qui ne font donc pas sens / n'ont aucune logique pour certaines), sachant que je n'ai jamais rencontré de personnes non genrées de ma vie, autrement que sur internet, et pourtant j'ai pas mal voyagé. En gros, j'ai l'impression d'être face à de l'esperanto: ça part d'une attention louable, mais personne ne va se casser la tête à utiliser un truc pareil. Si vous voulez faire simple, utiliser des mots qui existent déjà. 

    http://access42.net/langage-non-genre-accessibilite

    Cela résume bien la phrase en exemple de la boulangère: je n'ai rien compris dans la dernière version.

    Après je pense que pour beaucoup de gens, ça représente aussi un non problème. C'est un peu comme si tu disais: je suis daltonien, donc quand vous faites une oeuvre d'art, je vous oblige à la faire avec des couleurs criardes que vous n'utiliseriez pas normalement, alors qu'en soit, quand on utilise des couleurs habituelles, ce n'est pas "par mépris" pour les daltoniens, c'est juste qu'on utilise les couleurs que l'on aime. La c'est pareil, on a notre langue avec ses racines, sa logique, son histoire, et il faudrait la changer assez fondamentalement pour accommoder un groupe qui reste réduit en taille. Je trouve que c'est beaucoup demandé, et pourtant je suis plutôt tolérant je pense (j'ai deux enfants en bas âge et j'ai déjà parlé d'homosexualité.

    Je suis d'accord que certaines règles d'orthographes sont un peu machistes, mais au final, je ne pense pas que ça influence notre perception des hommes / femmes. Traiter quelqu'un de tapette / pleurnicher comme une fille etc, ce genre de remarques sont bien plus désobligeantes que le masculin qui l'emporte sur le féminin quand on parle d'un groupe de personnes par exemple.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :