• Bienvenue sur mon blog !

     

       J’ai 23 ans et je fais des études de biologie. J’aime, entre autres : le judo, la randonnée, le groupe Within Temptation, les jeux de rôle, et écrire !

       Tu dois te demander si je suis une fille ou un garçon. La réponse est : ni l’un, ni l’autre ! Et c’est précisément le sujet de ce blog. J J’ai été assigné fille à la naissance mais je ne m’identifie pas comme tel. Je suis donc une personne transgenre. Et comme je ne m’identifie pas non plus comme un garçon, je suis une personne non-binaire. Je reviens plus en détail sur ce que ça signifie dans un article dédié.

       Je parle donc ici de mon expérience dans ce monde en tant que personne transgenre non-binaire ; j’aborde de manière éducative divers sujets concernant les transidentités et je parle également d’autres sujets comme l’orientation sexuelle et romantique.

       Alors, que tu sois une personne transgenre, une personne en questionnement, un allié, ou tout simplement une personne qui cherche à en apprendre plus sur le sujet, je t’invite à participer aux discussions via les commentaires. N’hésite pas à poser des questions ! J

     

     

       Attention :

    •        Je ne représente pas la diversité de la communauté trans ; je ne peux que relayer ma propre expérience.
    •       Je fournis ma documentation en bas de chaque article si possible ; ce sont généralement des vidéos youtube ou des articles en anglais car je trouve plus facilement des infos en anglais.
    •      De plus, si tu constates que quelque chose est inexact, inapproprié ou manquant, sache qu’il s’agit d’une simple erreur et non de malveillance, et je t’invite à m’en informer via le formulaire de contact.
    •     Je souhaite que cet espace soit sécurisant pour les personnes transgenres et que les échanges y soient respectueux et tolérants. Je me réserve le droit d’effacer tout commentaire haineux ou transphobe.
    Partager via Gmail

    5 commentaires
  • Cet article a été entièrement édité le 31 août 2016

     

    [Avertissement : utilisation d’un langage faisant référence au sexe]

     

    Bonjour tout le monde ! 

    Dans un premier temps, nous allons nous attaquer grâce à une série d’articles à un certain nombre de concepts de base. Il est essentiel de bien comprendre toutes ces notions. Cependant, si cela vous semble un peu difficile au début, ne vous en faites pas ! Ca viendra avec le temps. Plus on parle de ces sujets, plus on se familiarise avec. J

    Dans cet article, je vais expliquer ce qu’est le sexe et le genre. C’est parti !

     

     

    1.    Le sexe

     

    Lorsqu’on parle de sexe, on peut faire référence à trois choses : un rapport sexuel et mais n’est pas le sens qui nous préoccupe aujourd’hui, les organes génitaux au sens retreint, et enfin l’état d’être mâle ou femelle au sens large. Le sens restreint (organes génitaux) est plutôt un abus de langage et c’est le sens large qui nous intéresse donc.

    La notion sexe réunit les éléments suivants : les organes génitaux (caractères sexuels primaires), les caractères sexuels secondaires (barbe, poitrine, voix…), les chromosomes sexuels (X et Y) et les hormones (testostérone, œstrogènes…). Mais en pratique, très peu de gens connaissent leurs chromosomes ou leurs taux hormonaux, voire leurs organes génitaux internes. A la naissance on assigne à l’enfant un sexe en se basant sur ses organes génitaux apparents (vulve ou pénis). Si un bébé nait avec un pénis, on l’assigne au « sexe masculin » ; si le bébé nait avec une vulve, on l’assigne au « sexe féminin ». On suppose alors qu’un bébé avec un pénis est conforme à l’idée qu’on se fait d’un mâle (comme le fait de posséder des chromosomes XY par exemple) et qu’un bébé avec une vulve est conforme à l’idée qu’on se fait d’une femelle (comme le fait de posséder des chromosomes XX).  

    Cependant 1 personne sur 50 ne rentre pas dans cette norme mâle/femelle (source), que ce soit au niveau de ses chromosomes, ses taux hormonaux et/ou ses organes génitaux. On dit que la personne est intersexe. Par exemple, certaines personnes ont des chromosomes XY mais une vulve. Il arrive aussi qu’un enfant naisse avec des organes génitaux dits « ambigus » ; en France et dans plein d'autres pays, on pratique alors une opération chirurgicale non-consentie pour des raisons purement esthétiques afin de « normaliser » le sexe et pouvoir assigner un des deux sexes. Cette pratique laisse un profond traumatisme à ces personnes et a été condamnée comme une violation des droits humains par l’ONU (témoignage à lire).

    A présent que nous sommes tous-tes à la même page et que vous connaissez l’existence des personnes intersexes, je vais pouvoir corriger ma définition de sexe : c’est l’état d’être femelle, intersexe ou mâle. Mais les limites femelle-intersexe et intersexe-mâle sont floues et la vérité, c’est que le sexe chez l’être humain n’est pas constitué de catégories bien délimitées comme on voudrait le croire. Ce n’est pas une donnée binaire : les caractéristiques attribuées au sexe existent le long d’un continuum. La classification en mâle et femelle est donc sociale et légale. On aura l’occasion de s’étendre sur le sujet du sexe bien plus en détail à l’occasion d’un autre article, ne vous en faites pas si ce n’est pas encore très clair pour vous.

      

    Retenez pour l’instant que :

    -             les personnes intersexes existent ;

    -             les caractéristiques sexuelles sont en réalité un continuum ;

    -            une classification en catégories délimitées telles que mâle et femelle ne reflète donc pas la réalité ;

    -             une telle classification est en fait légale et sociale.

     

     

    2.    L’identité de genre

     

    De cette classification sociale en catégories de sexes résulte l’exitence de groupes sociaux. On élève alors chaque enfant en accord avec son assignation de sexe à la naissance : les bébés possédant un pénis sont élevés en tant que garçons et les bébés possédants des vulves sont elevés en tant que filles. Pour les premier-e-s, on utilisera l’acronyme AGAN (assigné-e garçon à la naissance) et pour les second-e-s AFAN (assigné-e fille à la naissance). Vous verrez sûrement aussi les acronymes en anglais AMAB (assigned male at birth) et AFAB (assigned female at birth).

    Ces enfants se construisent alors – indépendamment de leur volonté - une identité correspondant au sentiment d’appartenance à tel ou tel groupe. On appelle cela l’identité de genre. Femme et homme sont donc des genres. Le genre est une conscience de soi en tant qu’être social, une identité intrinsèque. Il n’est pas déterminé par les organes génitaux, les hormones ou les chromosomes. On ne nait pas homme ou femme, on le devient au cours de notre vie. Certains enfants expriment leur identité de genre dès qu’ils savent parler, pour d’autres cela viendra plus tard, chacun-e son rythme. Il est important de noter qu’on ne choisit pas son genre puisque cette construction identitaire ne peut être influencée par la volonté.

     

     

    3.    Le système de genre binaire

     

    Dans notre société, vous aurez compris que l’assignation d’un sexe/genre à la naissance est très rigide et on s’attend à ce qu’un enfant ayant un pénis devienne systématiquement un garçon et qu’un enfant ayant une vulve devienne systématiquement une fille. On finit par associer automatiquement pénis => garçon et vulve => fille et associer une apparence physique donnée à un genre donné, alors que le genre ne se définit pas par l'apparence.

    Le fait est que cette association n'est pas automatique pour tout le monde. En effet, certaines personnes assignées garçons à la naissance sont en fait des femmes. Certaines personnes assignées filles à la naissance sont en fait des hommes. Il y a également des personnes, de toutes assignations, qui se sentent appartenir à la fois aux genres homme et femme ou aucun de ces deux genres. Pourtant, l’existence de ces personnes n’est pas reconnue légalement. Seuls les genres homme et femme sont reconnus, on dit donc que notre système de genre est binaire (binaire est un mot qui caractérise quelque chose fait de deux élements – homme et femme ici). Les personnes non-conformes à cette norme binaire sont par conséquentes dites non-binaires (vous avez également peut-être lu le terme genderqueer).

    Il est à noter que le système de genre binaire n’est pas universel : d’autres cultures ont eu et ont encore des systèmes de genres différents. Les peuples natifs américains reconnaissaient 3 à 5 genres avant la colonisation et utilisent maintenant le terme « Two-spirit » pour englober les genres ni homme ni femme (article à lire).   

     

     

    4.    Les genres non-binaires

     

    Approfondissons à propos de ces personnes dont le genre n’est ni femme ni homme (ou les deux à la fois). Il faut déjà comprendre que le genre existe sur un spectre dont homme et femme seraient les pôles. Ainsi, il est possible d’avoir un genre partiellement féminin, partiellement masculin, neutre, etc. Il existe également des genres qui sont totalement en dehors de ce spectre et donc en dehors de tout concept de féminité ou masculinité. Par exemple, certaines personnes n’ont pas de genre (elles peuvent alors s’identifier avec le terme agenre).

    Qu'est-ce que le sexe et le genre ?

     

    Je vais faire une analogie pour que vous compreniez mieux : si la notion de genre correspondait à la notion de couleur, disons que femme est le rouge et homme le bleu. Il existe aussi plein d’autres couleurs. On peut être rouge clair (partiellement femme), bleu clair (partiellement homme), violet (un mélange de homme et femme), blanc (neutre), noir (aucun genre), jaune (un genre en dehors des concepts de féminité et masculinité, c’est-à-dire ne contenant ni rouge ni bleu), etc.  

    Il est fort possible que vous voyiez le genre représenté comme le spectre femme-homme dont j’ai parlé et dont le schéma est juste au dessus. Pour ma part, je trouve que cela exclut beaucoup de genres. Je propose donc une représentation en utilisant les 3 couleurs primaires (rouge, bleu, jaune), le blanc et le noir pour que ça soit plus complet.

     

    Qu'est-ce que le sexe et le genre ?

     

     

    Tout ce que je viens de dire est extrêmement simplifié mais si vous n’êtes pas du tout sensibilisé.es à ces notions, je préfère y aller petit à petit (et ça fait déjà beaucoup de notions mine de rien !) J’ai consacré un article entier sur la diversité des genres non binaires, que vous pourrez lire ensuite dans la rubrique « concepts de bases ». J Si vous avez toujours pensé qu’il n’existait que deux genres et qu’aujourd’hui vous arrivez déjà à comprendre qu’il y a des gens qui ne s’identifient ni en tant que femme, ni en tant qu’homme, alors c’est déjà un grand pas.

     

     

    5.    Cisgenre et transgenre

     

    Il est maintenant temps d’introduire un peu de vocabulaire : les mots cisgenre et transgenre. Une personne dont le genre correspond totalement et uniquement à celui qui lui a été attribué à la naissance est cisgenre (une personne AFAN qui s’identifie en tant que femme et une personne AGAN qui s’identifie en tant qu’homme). Environ 98% de la population est cisgenre.

    Une personne qui n’est pas exclusivement du genre assigné à la naissance est transgenre :

    -       une femme tansgenre est une femme qui a été assignée garçon à la naissance

    -       un homme transgenre est un homme qui a été assigné fille à la naissance

    -     une personne (transgenre) non binaire : une personne, quelque soit son assignation, qui n’est ni femme ni homme - ou plus précisémment, ni exclusivement femme, ni exclusivement homme (par exemple, une personne qui est à la fois homme et femme est aussi non-binaire). A noter que toutes les personnes non-binaires n’utilisent pas le terme transgenre pour elles-mêmes.

     

    Etre transgenre n'est PAS une maladie mentale puisque le genre n'est pas lié à l'apparence physique mais c'est une identité. Il ne s'agit donc pas de personnes qui "veulent être une fille/garçon" (elles le sont déjà), ni de personnes "nées dans le mauvais corps" comme on l'entend trop souvent. Les personnes transgenres peuvent cependant ressentir un malêtre lié au fait que la société associe systématiquement l'apparence au genre et avoir par conséquent besoin de modifier leur apparence (mais ce n'est pas le cas de toutes les personnes transgenres).

    Les termes cisgenres et transgenres peuvent s’abréger respectivement en cis et trans. On évite aujourd’hui d’utiliser le terme transsexuel en raison de son passé psychiatrisant et de l’ambiguité de sa formation (sexuel désignant habituellement une orientation sexuelle, c'est à dire les personnes qui nous attirent sexuellement, ce qui n’a rien à voir avec l’identité de genre !)

     

    Retenez que :

    -       Le genre est différent des organes génitaux, hormones ou chromosomes. Le genre est une conscience de soi et n’est pas physique. On peut avoir n’importe quel genre avec n’importe quelle apparence.

    -       Dans notre société, il existe deux genres légaux (homme et femme) qui sont assignés en fonction des organes génitaux apparents à la naissance : on dit que notre système de genre est binaire.

    -       Il existe de nombreux genres qui ne sont ni hommes, ni femmes : comme ce sont des genres qui ne se conforment pas au système binaire, ils sont dits non-binaire. Non-binaire est un terme parapluie qui rassemble toutes les identités de genres qui ne sont ni exclusivement femme ni exclusivement homme.

    -       Une personne transgenre est une personne dont le genre n’est pas exclusivement celui assigné à la naissance, au contraire d’une personne cisgenre.

    -           Etre transgenre n'est PAS une maladie mentale.

     

     Sources ayant servi à l'élaboration de l'article : 

    Lane : Le sexe et le genre sont en fait la même chose (mais ne partez pas si vite) https://furiegelatine.wordpress.com/2016/03/08/le-sexe-et-le-genre-sont-en-fait-la-meme- chose-mais-ne-partez-pas-si-vite/

    Curtis Hinkle : articles sur l’intersexualité http://asso.orfeo.free.fr/lesarticlesinter/articles-par-curtis-hinkle.pdf

    Paradoxa : le sexe est-il une construction sociale ? https://www.youtube.com/watch?v=hJvrvWKytC4

    Riley J. Dennis : science doesn’t support sex binary https://www.youtube.com/watch?v=88YOO1BNA1w

    Zinnia Jones :
    Stop calling trans women males : https://www.youtube.com/watch?v=kY7MZOB-024

    Chromosomes cis expectation vs trans reality : https://www.youtube.com/watch?v=0frx7wsWibQ

    Sex isn’t chromosomes/sex itself : http://www.newstatesman.com/future-proof/2015/02/sex-isn-t-chromosomes-story- century-misconceptions-about-x-y 

    Ashley Mardell, everything gender : https://www.youtube.com/watch?v=81-FEauK9II&list=PLjIGlYSe6iDxaIAsFhQ7eLoYlo35JNAKy&index=2

    Ashley Wydle :

    Playslist gender ressources : https://www.youtube.com/watch?v=_pAoaObhAX0&list=PLFS4s3pfLP1z_UsiYaR-AKE_QLc5pr82-

    Playlist gender tag : https://www.youtube.com/watch?v=7MgIkDOoG-s&list=PLFS4s3pfLP1xEfB_1Rsi52EwbOdR3hCK2

     

     

    Partager via Gmail

    14 commentaires
  •          Bonjour tout le monde ! (… ou bonsoir ! XD)

         Allons directement au cœur du sujet en commençant par poser les bases avec les définitions : l’orientation sexuelle ou romantique se définit par l’attirance que l’on a envers les personnes s’identifiant à tel ou tel genre(s). L’orientation sexuelle se définit donc comme l’attirance sexuelle que l’on éprouve pour les personnes d’un ou de plusieurs genre(s) et l’orientation romantique comme l’attirance romantique que l’on éprouve pour les personnes d’un ou de plusieurs genre(s). On distingue donc ici deux types d’attirances : sexuelle et romantique.

         Lorsque l’on parle d’une orientation, on a donc la possibilité d’accoler au préfixe décrivant cette orientation, le suffixe « -sexuel.le » si l’on parle d’une orientation sexuelle ou le suffixe « -romantique » si l’on parle d’une orientation romantique. Si l’on parle à la fois d’une orientation sexuelle et romantique, on peut ne pas mettre de suffixe du tout [attention toutefois aux confusions car certains préfixes seuls peuvent correspondre également à des genres, dans ce cas, il vaut mieux détailler].

         Voici des exemples très courants : être hétérosexuel.le (être attiré.e sexuellement par les personnes d’un autre genre) ; être hétéroromantique (être attiré.e romantiquement par les personnes d’un autre genre) ; être hétéro (être attiré.e par les personnes d’un autre genre, sous entendu sexuellement et romantiquement). Lorsque l’on emploie des termes comme lesbienne ou gay, on fait également référence à une orientation sexuelle et romantique à la fois. D’autres part, on remarque avec ces premiers exemples que la définition des orientations indique le genre des personnes vers lesquelles nous sommes attiré.es par rapport à notre propre genre (attirance vers les personnes du même genre / d’un autre genre / d’autres genres).

    Les différences entre orientation sexuelle et romantique

         Vous vous demandez peut-être l’intérêt ou la légitimité de séparer conceptuellement ces deux types d’attirances et d’utiliser deux orientations indépendantes en terme de vocabulaire. Il est vrai que dans notre monde hétéronormatif (cf. glossaire), il est difficile dans un premier temps de saisir l’utilité d’une telle séparation. En effet, une grande majorité des gens sont hétéro, sous entendu hétérosexuel.les ET hétéroromantiques. Le terme hétérosexuel.le seul, utilisé dans un contexte courant, sous-entend d’ailleurs bien souvent une orientation hétéroromantique.

          Cependant, la « concordance » de l’orientation sexuelle et romantique n’est pas universelle. En effet, on peut avoir n’importe quelle orientation sexuelle accompagnée de n’importe quelle orientation romantique. Par exemple, il est possible d’être hétérosexuel.le mais homoromantique, c’est-à-dire d’être attiré.e sexuellement par les personnes d’un autre genre mais romantiquement par les personnes du même genre. C’est une fausse idée que de penser que l’on tombe toujours amoureux.se des personnes par lesquelles on est sexuellement attiré.e. D’ailleurs on peut être sexuellement attiré.e par quelqu’un sans pour autant éprouver d’attirance romantique et cet exemple peut être une bonne façon de comprendre la séparation des deux types d’attirances et que la romance n’est pas forcément sexuelle.

           Lorsque l’orientation sexuelle et romantique correspondent, on dit que la personne est pariorienté.e. Lorsque ce n’est pas le cas, on dit que la personne est variorienté.e. Ces personnes ont une orientation valide et ne sont pas confuses ! C’est l’hétéronormativité qui apporte de la confusion en nous faisant croire que tout le monde est forcément pariorienté alors que ce n’est pas le cas. Voici quelques exemples de combinaisons possibles dans le cas d’une personne variorienté.e pour rendre l’idée plus concrète (cette liste n’est pas exhaustive) :

     

    • homosexuel.le et hétéroromantique
    • hétérosexuel.le et homoromantique
    • asexuel.le et hétéroromantique
    • asexuel.le et homoromantique
    • asexuel.le et biromantique
    • homosexuel.le et aromantique
    • bisexuel.le et aromantique
    • hétérosexuel.le et biromantique
    • homosexuel.le et panromantique
    • bisexuel.le et panromantique

     

         Pour finir, je souhaitais tout de même clarifier le fait que l’on parle bien ici d’attirance sexuelle envers les personnes de certain(s) genre(s) et non de libido ; ce sont deux choses différentes. De même, l’attirance sexuelle et/ou romantique ne définit pas les actes d’une personne, mais seulement ses attirances. Si certaines orientations vous paraissent floues (je pense notamment à asexuel.le, aromantique, pan), sachez qu’on y reviendra en détail. En effet, cet article ne fait qu’esquisser le vaste sujet des orientations mais nous aurons largement de quoi explorer ce thème en profondeur !

     

         N’hésitez pas à partager et à commenter :) Vous pouvez également vous abonnez à la newsletter (menu latéral).

         Bonne journée/soirée :)

         UESG

     

    Documentation sur le sujet :

    "Orientation sexuelle et Orientation romantique - Keskessé #03" (Princ(ess)e - LGBT)

    "Cross orientation sexuality" (The thinking asexual)

    "Am I gay??" (Gavin Gender)

    "Coming out as a Panromantic Asexual" (Queer as cat)

    "Romantic orientations & Other types of attraction" (Queer as cat)

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Article qui sera probablement remanié un de ces quatre car je n'en suis plus très content (j'aurais pu trouver mieux pour certaines formulations pourries, genre "essence" ><) mais je le laisse en ligne en attentant.      

     

    Bonjour/bonsoir :)

     

              Alors on s’attaque aujourd’hui à un sujet assez délicat puisque source de confusions pour certains comme j’ai pu le constater. Pour une définition du genre, reportez-vous à l’article 1 ou au glossaire. Quant à l’expression de genre, il s’agit de la manière dont une personne s’exprime à travers son look, ses vêtements, sa coupe de cheveux, son maquillage, ses manières, ses goûts, son comportement, etc. Le fait est que l’expression de genre n’est pas forcément « corrélée » avec le genre d’une personne. Parfois ils « correspondent » dans le sens où l’expression de genre d’une personne est en « accord » avec les rôles de genre (cf. glossaire), c’est à dire les attentes tacites de la société (par exemple une fille féminine ou un garçon masculin). Cependant, il n’y a pas de relation de dépendance entre le genre et l’expression de genre. Je trouve personnellement que le terme expression de genre est assez mal choisi et apporte de la confusion. Expression tout court aurait très bien suffit.

                Il y a un cas, notamment, où les gens sont généralement confus : lorsque l’on a deux personnes ayant une expression de genre apparemment similaire à leurs yeux mais pourtant des genres différents. Prenons pour exemple fictif une femme masculine et un homme trans n’ayant pas effectué de transition physique, ces deux personnes ayant un look vestimentaire similaire (uniquement dans mon exemple, je précise, car ce n’est pas toujours le cas). Et bien, je me suis déjà retrouvé.e dans la situation où j’ai dû expliquer à quelqu’un la différence entre ces deux personnes. On m’a demandé pourquoi la femme masculine n’était pas un homme trans et pourquoi l’homme trans n’était pas une femme masculine. Ceci souligne une confusion entre genre et expression de genre dans l’inconscient collectif qui a intériorisé un certain nombre de stéréotypes comme résultat de la normativité selon laquelle le genre et l’expression de genre devraient « correspondre ».

             Ne pas comprendre la différence entre une femme masculine et un homme trans montre que la notion même de genre est confuse. Mais bonne nouvelle : nous sommes là pour apprendre ! ;) Donc : l’idée selon laquelle l’expression de genre reflète forcément le genre d’une personne donne au genre une tournure très « en surface », selon moi. Le genre est une identité intrinsèque complexe à définir. On ne le voit pas, on le sent. L’expression de genre quant à elle, se voit, est « en surface ». Dans la perception que j’ai des choses, l’expression de genre et le genre sont aussi différents qu’un gâteau et un traité philosophique. L’expression de genre est très « concrète », comme le gâteau, alors que le genre reste beaucoup plus fondamental et abstrait. De plus, si l’on peut changer dans une certaine mesure son expression de genre en troquant une robe pour un pantalon par exemple, on ne peut pas changer de genre comme de chemise. Bien sûr les goûts entrent en ligne de compte et porter un pantalon peut déplaire mais dans l’absolu, c’est réalisable, alors que changer de genre volontairement, ça n’est pas vraiment possible ; on peut se forcer à être dans un pantalon mais pas à être un genre que l’on n’est pas. J’ai conscience toutefois qu’on ne change pas de goûts comme ça non plus, mais j’essaye de m’appuyer sur des exemples clairs pour faire comprendre la différence entre les deux concepts. Pour nuancer un peu mes propos, disons que de manière générale, on pourrait changer volontairement certains aspects de l’expression de genre. D’ailleurs, il est assez intéressant de noter que même durant la phase où je m’efforçais d'être le plus féminin.e possible et où je pensais être au "top de ma féminité", les gens ne me trouvaient pas vraiment féminine (l’échec total quoi… ^^)

               Bref, parlons peu, parlons bien : en termes simples, le genre est comme l’essence alors que l’expression de genre, c’est la manière dont une personne s’exprime, tout simplement.

     

                Dans tout cela, entrent en ligne de compte les rôles de genre c’est à dire les attentes de la société et les stéréotypes correspondant à un genre. Il peut être très traumatisant pour certains hommes trans d’être obligés de porter une robe à cause de la signification sociale de cet habit. Une personne amab a de manière générale énormément de mal à porter une robe sans être « mal vu.e », parce que l’on « genre les habits ». Moi même, j’aurai beaucoup de mal à paraître en robe aujourd’hui, par peur d’être associé.e automatiquement à une femme. Il est à noter qu’une personne afab portant des habits dits "masculins" est largement plus accepté.e par la société qu’une personne amab portant des habits dits "féminins" – mais on reviendra sur la question de la misogynie et la transmysoginie une autre fois.

               Cependant, de manière objective, les habits n’ont pas de genre : une robe est une robe, ce n’est qu’un bout de tissu. Le fait que seules les femmes portent des robes est une construction totalement sociale. D’ailleurs, les hommes portaient bien des toges à l’époque, ce qui montre bien que ce n’est qu’une question de codes sociaux à un moment donné, dans une culture donnée. C’est le contexte qui « genre » les habits (et autres : n’oublions pas le maquillage par exemple, qui lui aussi est exclusivement « féminin » par construction sociale).

               

               Pour finir, voici quelques stéréotypes liés à l’expression de genre qu’il est temps de démanteler :

     

    • Toutes les filles n’aiment pas le rose et tous les garçons n’aiment pas les voitures (un peu évident celui-là tout de même ^^).
    • Les femmes ne sont pas toutes féminines et les hommes ne sont pas tous masculins ; c’est donc vrai aussi pour les femmes trans et les hommes trans puisque ce sont des femmes et des hommes.
    • Les femmes masculines ne « veulent pas être des hommes », puisqu’elles s’identifient comme des femmes (les termes « tomboy » et « garçon manqué » font référence à des expressions de genre et non des genres) ; idem pour les hommes féminins.  
    • Les personnes non binaires n’ont pas toutes les cheveux courts et un look androgyne.

     

    Et rappelons enfin que l'orientation sexuelle et/ou romantique n'a pas a priori de lien non plus avec l'expression de genre :

    • Les lesbiennes ne sont pas toutes masculines
    • Les gays ne sont pas tous efféminés.

     

           Cette liste est sûrement incomplète et si vous pensez à d’autres stéréotypes, vous pouvez les ajouter en commentaire ! Vous pouvez également vous abonnez à la newsletter dans le menu latéral et partager l’article !

           Bonne journée/soirée :)

     

           UESG

     

    Documentation sur le sujet :

    Planche de la BD en ligne "Assignée garçon"

    "It's ok to be feminine" (Chase Ross)

    "I'm not masculine enough" (Ty Turner)

    "The Gender Axis of Evil" (Zinnia Jones)

    "Everything gender" (Ashley Mardell)

    "You don't have to look gay" (Lesbian answers)

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • (Avertissement : ici je ne discute que du fait de s'identifier ou non et n'aborde pas le sujet des critères éventuels requis aux yeux du corps médical en vue d'une transition.)

     

    Bonjour/bonsoir :)

     

    Et si on traitait un sujet un peu cool aujourd’hui ? Je me sens d’humeur à apporter une touche de légèreté aux concepts compliqués qu’on a vu précédemment. La question du jour est donc : selon quels critères puis-je m’identifier à tel ou tel genre ? Franchement, une seule phrase à dire – roulement de tambour… :

     

    Le seul critère pour s’identifier à un genre est

    de s’y identifier !

     

    Arc-en-ciel et licornes, paix et amour :3

     

    Non, non, ce n’est pas une blague… Je suis on ne peut plus sérieuxe. Personne n’a encore eu l’idée saugrenue de se pointer avec une liste de critères à remplir, et heureusement ! Il n’y a pas de règles. Alors oui bien sûr, la société cisnormative nous dira le contraire. Et si on… s’en contre-foutait ?! ;) (comme je disais dans l'avertissement, pour obtenir des hormones par contre, c'est une autre histoire).

     

    Que l’on soit bien clair : un nom de genre auquel on s’identifie n’est qu’une étiquette, ce n’est qu’un mot que l’on choisit pour exprimer son ressenti. On choisit certes ce mot parce que sa définition semble nous correspondre le mieux mais la réalité du genre, elle est en toi. Pas dans l’étiquette. Je veux dire, conceptuellement et objectivement, c’est quoi être une femme, être un homme, être agenre, etc. ? Je suis sûrë qu’il y a autant de réponses que de personnes car une réponse ne peut pas être objective ni universelle. Tout le monde vit son genre différemment car chaque être humain est unique. Objectivement, les étiquettes ne sont qu’un moyen de rassembler les gens sous une dénomination commune proche de leur ressenti mais il n’y aucunement un code du genre avec les règles à suivre pour réussir à rentrer dans telle ou telle catégorie avec un passe VIP. ^^ Ca n’existe juste pas, les choses ne marchent pas comme ça. Personne ne sait ce que ça signifie vraiment être le genre X parce qu’il n’y a pas de « vraiment » ! Chaque personne vit son expérience.

     

    Tu es ton propre genre. Tout le monde est son propre genre. L’étiquette n’est qu’un moyen de communiquer ton ressenti et de rassembler ceux qui ont un ressenti proche. Alors, si tu trouves qu’une étiquette de genre te correspond, tu as tous les droits de t’y identifier ! Il n’y a que toi qui puisse décider de ton genre, tu es lae seul.e maître.sse à bord de ton âme, personne ne peut te dire qui tu es ! Et si quelqu’un a le culot de te dire qui tu es censé.e être, qu’est-ce que tu dis de lui mettre ton majeur devant la face ? (Bon, fait peut-être pas ça en vrai parce que c’est pas bien O:) ).

     

    Sur ce, bonne journée/soirée ! ^^

    UESG

     

    Documentation sur le sujet :

    Playlist "what does it mean to be a man" de la chaîne YouTube FTMtranstastic

    Planche de la BD en ligne "Assignée Garçon"

    Partager via Gmail

    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires