• Une 3e option à l’état civil ?

     

    1.    L’état des faits sur la reconnaissance légale des personnes non-binaires et des personnes intersexes

     

    En France, nous avons une mention de sexe à l’état civil qui est assignée à la naissance en fonction des organes génitaux apparents. Il y a deux options : sexe féminin (F) ou sexe masculin (M).

     

    Une personne peut changer cette mention de sexe (F en M ou M en F). Il y a à peine quelques mois encore (octobre 2016), ce changement d’état civil était possible à condition d’être stérilisé-e et de pouvoir « attester du caractère irréversible » de la transition.  Ceci avait été condamné par le Conseil Européen des Droits de l’Homme comme une violation de l’intégrité physique des personnes transgenres.

    A présent la personne doit seulement « démontrer par une réunion suffisante de faits que la mention de sexe à l’état civil ne correspond pas à celui dans lequel elle se présente et dans lequel elle est connue ». Cependant, il s’agit toujours de « prouver » son genre à autrui et le changement d’état civil n’est pas totalement libre et gratuit, ce qui peut encore occasionner des discriminations lors des demandes de changement d’état civil et nie le principe d’auto-détermination.

     

    De plus, il n’existe pas de 3e option à l’état civil. Les personnes concernées par une éventuelle 3e option sont les personnes non-binaires (dont le genre n’est ni exclusivement femme, ni exclusivement homme) ainsi que les personnes intersexes (dont le sexe ne rentre pas dans les standards mâle/femelle). Il est à noter que certaines personnes intersexes s’identifient comme homme ou femme et désirent garder leur mention de sexe attribuée à la naissance ou en changer pour l’autre option disponible actuellement. Certaines personnes non-binaires peuvent également vouloir un F ou M sur leur carte d’identité plutôt qu’une 3e option, par exemple si leur identité est plus proche du féminin ou du masculin. Par souci de simplicité, je parlerai des « personnes non-binaires/intersexes » dans la suite de l’article, mais gardez en tête que cela ne concerne donc pas la totalité de ces personnes.  

    Les personnes intersexes et/ou non-binaires n’ont d’autre choix que de rester avec le sexe assigné à la naissance ou bien de modifier leur F en M ou vice-versa soit parce que c’est plus proche de leur identité, soit parce que c’est pour se débarrasser d’une mention imposée à la naissance. Dans le cas où une personne qui ne fait pas partie de la binarité de sexe/genre voudrait changer son état civil en F ou en M, cela peut s’avérer compliqué  en plus parce qu’on nous demande encore de « prouver » notre genre, or les personnes non-binaires/intersexes ne correspondent justement ni au F, ni au M (d’ailleurs le problème se pose aussi pour l’accès à la transition médicale où certaines personnes non-binaires sont obligées de dire qu’elles sont d’un genre binaire – homme ou femme – pour obtenir les hormones ou chirurgies dont elles ont besoin). De plus, il n’est pas respectueux de nos droits humains de nous forcer à choisir entre deux options binaires alors qu’elles ne reflètent pas qui nous sommes.

     

    En France, une personne intersexe, Gaëtan Schmitt, a vu sa demande de « sexe neutre » à l’état civil rejetée récemment par la cours de cassation au motif que « la reconnaissance par le juge d'un "sexe neutre" aurait des répercussions profondes sur les règles du droit français et impliquerait de nombreuses modifications législatives de coordination ». Il y a pourtant des pays où une 3e mention de sexe a été mise en place, comme en Australie ou en Nouvelle Zélande on l’on peut désormais avoir un « X ». De même, Jamie Shupe a été la première personne légalement non-binaire aux Etats-Unis. En février 2017, il y avait 7 personnes à qui on accordait d’être légalement non-binaires en Californie. Même si ces autres pays n’ont pas les mêmes lois, il n’est sûrement pas impossible d’instaurer une 3e option en France aussi. Et si c’était effectivement « trop compliqué » alors il faudrait tout simplement que la France se bouge pour rendre cela possible car il est discriminatoire que certain-e-s citoyen-nes n’aient pas une mention de sexe à l’état civil qui concorde avec la réalité de leur vie. D’ailleurs, il m’aurait paru judicieux voire indispensable que cela figure dans les programmes électoraux mais il me semble bien qu’aucun-e candidat-e n’en a touché mot (ou alors j’ai loupé un truc et je demande à voir).   

     

    2.    Pourquoi une 3e option est importante pour les personnes concernées ?

     

    Premièrement, le respect de l’auto-détermination des personnes est fondamental. En effet, la division en sexe binaire est bien une classification d’ordre sociale, les catégories « homme » et « femme » ont des significations socio-culturelles. Oui car on sait aujourd’hui qu’il n’existe pas deux sexes distincts dans l’espèce humaine mais que c’est plus compliqué que ça. 

    D’un point de vue social, c’est plus complexe qu’une simple binarité car tout le monde ne correspond pas à ces catégories socio-culturelles que sont homme et femme et d’un point de vue biologique, il s’agit plutôt d’un spectre de variations et combinaisons de caractères sexuels (chromosomes, hormones, organes génitaux, caractéristiques sexuelles secondaires). D’ailleurs, la plupart des gens ne connaissent pas leurs chromosomes ni leur taux hormonaux. La lettre sur notre carte d’identité n’est donc pas une réelle mesure biologique mais une assignation sociale basée sur un critère arbitraire : les organes génitaux apparent à la naissance qui ne déterminent pourtant pas l’identité de quelqu’un ni n’indique forcément ses chromosomes, ses hormones, ses organes internes ou les caractéristiques sexuelles secondaires qu’iel développera. 

    Tout cela veut dire que l’assignation d’un genre à la naissance est quelque chose d’arbitraire. Le seul moyen de savoir quel est le genre de quelqu’un, c’est d’écouter comment iel se désigne iel-même. En fait, idéalement il faudrait même qu’on retire totalement cette mention de sexe et qu’on arrête d’assigner des genres à la naissance, mais je sais que ça sera quasi-impossible de changer de paradigme d’un coup et qu’il faudra donc forcément passer par l’étape intermédiaire d’un 3e sexe à l’état civil avec des passerelles plus souples entre les mentions de sexe.

     

    [Aparté :

    Normalement, c’est à ce moment là que quelqu’un a envie de commenter : « oui mais d’un point de vue médical, c’est important qu’on sache ton ‘’sexe biologique’’ et donc qu’il apparaisse sur ta carte d’identité ».

    Sauf qu’encore une fois le sexe assigné à la naissance dit seulement que tu avais probablement une vulve si tu as été assigné-e fille et probablement un pénis si tu as été assigné-e garçon (et je dis bien « probablement » parce que ce n’est pas vrai pour tout le monde). C’est un peu limité comme information, niveau organes internes ou hormones il peut s’en passer des choses… sans compter qu’on peut être amené-e à prendre des hormones etc. 

    D’un point de vue médical, les recherches sur la santé des personnes transgenres et intersexes sont en fait complètement délaissées et la plupart des médecins n’ont aucune idée de ce qu’iel font avec iels de toute manière. D’ailleurs, la hiérarchisation sexuelle binaire n’a pas non plus fait de cadeau aux femmes cis dyadiques (ni trans ni intersexe) côté recherche médicale, puisque la plupart des médicaments sont testés sur les hommes cis dyadiques et les femmes sont donc moins bien soignées. Les femmes sont aussi moins prises au sérieux lorsqu’elles se plaignent de douleurs et sont donc moins bien traitées. Bref, il faudrait revoir toute notre médecine de toute façon. Je ne dis pas qu’il ne faut pas prendre en compte les éventuelles différences biologiques, c’est évident qu’une personne ayant un cycle menstruel va avoir des besoins différents par exemple, mais il faut impérativement trouver d’autres solutions que notre médecine binaire, cissexiste, dyadisexiste et sexiste et donc réductrice.

    De plus, rien n’empêche d’avoir un dossier médical avec les informations nécessaires. Mon médecin n’a pas besoin de savoir que j’ai un F sur ma carte d’identité, mais que j’ai un cycle menstruel.]

     

    Outre le respect de l’auto-détermination, avoir une mention de sexe qui correspond effectivement au sexe/genre réel peut améliorer franchement les conditions de vie des personnes concernées. Je vais parler par exemple de mon cas. Je suis non-binaire et je vis en tant que non-binaire. Ma carte d’identité dit que je suis une femme. Il y a donc une incongruence constante entre mon genre vécu et sous lequel je suis connu par les autres et ce qu’indique mon état civil. Ca veut dire que partout où je vais, mes papiers indiquent une information fausse. Rien que ça c’est hyper inconfortable comme situation parce que ça me procure un malaise constant (dysphorie). Ca me met aussi dans des situations où tout le monde pense que je suis une femme et c’est difficile à rattraper, il faut que je me tape le coming-out et les explications, et le fait que je ne sois pas légalement non-binaire (ou même simplement que la possibilité de changer de mention pour être reconnu légalement non-binaire n’existe pas) permet à tout un chacun de me délégitimiser et de débattre sur mon existence. En fait, d’un point de vue légal, je n’existe pas. C’est hyper oppressif, aliénant et déshumanisant. Et bien sûr, puisque je n’existe pas d’un point de vue juridique, je ne suis pas protégé par la loi des discriminations portant sur mon genre. Avoir « X » sur ma carte d’identité ne résoudrait pas tout, car avec mon apparence je serais quand même souvent mégenré, mais cela me permettrait d’avoir des papiers en accord avec ma réalité vécue, me donnerait une légitimité socio-légale et me protègerait légalement. C’est quand même beaucoup. Et puis c’est déjà un pas de plus vers la déconstruction de la binarité si on reconnaît légalement la non-binarité parce que ce n’est pas seulement une reconnaissance légale mais aussi une reconnaissance socio-culturelle à incarner un genre non-binaire, ça initie une évolution dans notre paradigme socio-culturel autour du sexe/genre. Bref, ça reconnaîtrait mon simple droit à exister.

     

    Pour les personnes intersexes, cette reconnaissance légale est aussi hyper importante vu les violences qu’iels subissent – et il faudrait que ça soit accompagné d’une cessation des mutilations génitales non consenties chez les enfants intersexes. Je cite Lane Patriquin, un-e activiste non-binaire et intersexe cannadien-ne : «  Peut-on parler du fait qu’essayer de faire pression sur les personnes non-binaires/genderqueer/fluides/non-conformes pour « choisir un [vrai] genre » est une forme de thérapie de conversion vraiment horrible avec des racines bien ancrées dans le cisdyadisme/la violence anti-intersexe et la transphobie ?? Quand la communauté médicale a d’abord commencé à explorer la transition médicale pour les personnes trans, la raison principale pour laquelle les personnes trans étaient « autorisées » à transitionner hormonallement et chirurgicalement n’était même pas parce que la science croyait que le genre existait en tant que trait inhérent à la personne ou pour respect par la personne mais parce qu’on voyait bien qu’on ne pouvait empêcher une personne trans de se présenter de manière « ambiguë » vis-à-vis de son genre, et donc la transition physique était encouragée pour que les gens puissent au moins se conformer à une sorte de rôle de genre pseudo-hétérocisnormatif. Il y a des précédents historiques majeurs de personnes non-binaires et intersexes ayant subi une pression pour transitionner de façon binaire et vers un genre binaire pour les empêcher de se présenter de façon ambiguë, androgyne et/ou visiblement intersexe et c’est quelque chose que moi et des tonnes d’autres personnes non-binaires avons encore à gérer quand on interagit avec le corps médical et les systèmes psychiatriques. »

    http://weaponized-androgyny.tumblr.com/post/155542506452/weaponized-androgyny-and-can-we-also-talk-about

    Une 3e option à l’état civil ?Une 3e option à l’état civil ?

     

    Lane donnait aussi le lien d’une étude établissant le lien entre l’enbyphobie et l’intersexophobie : « Ca parle du développement des mutilations génitales intersexes comme pratique médicale pour tenter d’empêcher l’homosexualité et l’ambiguïté de genre. Evidement, le mot « non-binaire » n’est pas utilisé comme c’est un terme plutôt moderne mais les intentions d’éliminer l’androgynie et forcer une transition binaire coercitive sont claires. » 

    http://weaponized-androgyny.tumblr.com/post/158440889122/hey-im-interested-in-seeing-those-articles-abt

     

    Lane rappelle également que : « Peut-on arrêter de faire comme si le genre et le sexe ne sont pas synonymes d’un point de vue légal et que les problèmes légaux autour du genre non-binaire sont aussi des problèmes intersexes ?? J’ai vu beaucoup de gens récemment se plaindre de la mention des personnes intersexes dans les discussions sur la mention de sexe… vous savez que le problème de la mention de sexe était un point principal de l’activisme intersexe avant que cela prenne le devant de la scène dans l’activisme non-binaire, pas vrai ??? Et que les problèmes intersexes sont intrinsèquement liés aux problèmes transgenres et vice-versa de beaucoup de manières ?? Essayer de séparer les problèmes sociaux intersexes et trans dans le but de la respectabilité politique et des politiques de l’identité est incroyablement ahistorique ; l’assignement d’un genre et d’un sexe met tout le monde dans la merde. »

    http://weaponized-androgyny.tumblr.com/post/158114943143/weaponized-androgyny-can-we-please-stop-acting

    Une 3e option à l’état civil ?

    3.    Une 3e option, dans quelles conditions ?

     

    A mon avis, il faut un changement d’état civil libre et gratuit, accessible aux personnes majeures sur simple déclaration sur l’honneur. Je pense que cela peut aussi être accessible aux personnes mineures accompagnées par leurs parents et un-e professionnel-le respecteuxe et formé-e. J’ai bien dit « accompagnée », pas « psychiatrisée », n’est-ce pas, ce qui suppose d’aider la personne à explorer son genre et comprendre les implications sociales liées à un changement d’état civil pour être en mesure de faire un choix éclairé convenant à sa situation.

    Je pense que des lois claires et des actions contre les discriminations des personnes qui seront de sexe « X » doivent être mises en place en parallèle en continuation des travaux féministes, anti-transphobie et anti-intersexophobie : pas de discrimination à l’embauche, paye égale, financement de la recherche sur les conditions de vie et la santé des personnes concernées, sensibilisation du grand public et formation des professionnel-les de santé et d’enseignement, toilettes et vestiaires neutres, possibilité de voyager sans être retenu-e à l’aéroport pour raisons d’apparences ou de mention de sexe, prise en compte dans les statistiques et formulaires, etc. etc.    

     

    Pour ce qui est de l’appellation de la 3e option, il existe plusieurs possibilités.

    Le « X » est déjà utilisé dans certains pays et me paraît la solution la plus probable, et marque l’indétermination, l’inconnu. Il a l’avantage de rassembler je pense toutes les personnes qui auraient besoin d’une 3e option sans utiliser d’étiquette sur lesquelles tout le monde n’est peut être pas d’accord. Il a en revanche le désavantage d’être connoté « indéterminé » ce qui peut déplaire à certaines personnes. En plus, « X » n’est pas un « mot complet ».

    Le « A » pour « Autre » serait également une possibilité. Il présente l’avantage de réunir également tout le monde sans préciser d’étiquette, voire met même en avant la pluralité de nos identités tout en enlevant le problème de la connotation « indeterminée » du « X ». Cependant, il peut paraître aliénant pour certaines personnes.

    Le « N » pour neutre est aussi une possibilité. Il présente les mêmes avantages que le X mais forme un mot complet et n’a pas la connotation de « indéterminé ». Il peut aussi fédérer pas mal de monde sans préciser d’étiquettes particulières. Il peut cependant déplaire à cause de la connotion de « neutralité ». De plus, le terme neutre est déjà utilisé par certain-e-s comme une étiquette précise de genre sous le parapluie de la non-binarité.

    On pourrait aussi avoir « N » pour « Non-binaire » (ou NB) mais certaines personnes intersexes risques de ne pas se retrouver dedans (?)

    Enfin j’ai pensé à « I » pour « indéfini » ou « indéterminé » mais je n’en suis pas fan pour la connotation que ça (je suis pas « indéfini », je suis défini non-binaire).

    Il y a surement d’autres possibilités auxquelles je n’ai pas pensé. D’ailleurs, laissez-moi un petit commentaire avec votre avis J Personnellement, je serai aussi bien à l’aise avec un X, un A ou un N (neutre ou non-binaire). J’ai un petite préférence pour le A et le N que pour le X ceci dit, parce que je préfère avoir un « vrai mot » à l’image de sexe masculin et sexe féminin.

     

    Conclusion :

    Une 3e option à l’état civil est une nécessité pour des personnes intersexes et/ou non-binaires. Cela suppose un changement d’organisation légale mais il est important et essentiel. C’est un sujet complexe et il est probable que je n’ai pas été exhaustif sur la question aussi n’hésitez pas à rajouter des choses en commentaires. Si tu es concerné-e, je serai très intéressé de lire ton vécu en relation avec ce sujet.

     

    Lectures/vidéos supplémentaires recommandées : 

    http://uniqueensongenre.eklablog.fr/de-quoi-ont-besoin-les-personnes-non-binaires-sur-le-plan-politique-a127080982 

    https://furiegelatine.wordpress.com/2016/03/08/le-sexe-et-le-genre-sont-en-fait-la-meme-chose-mais-ne-partez-pas-si-vite/ 

    Le sexe est une construction sociale : https://www.youtube.com/watch?v=hJvrvWKytC4

    http://asso.orfeo.free.fr/lesarticlesinter/articles-par-curtis-hinkle.pdf

    Science doesn’t support the sex binary (VOSTFR) : https://www.youtube.com/watch?v=88YOO1BNA1w

    Trans women are not biologically male (VOSTFR) : https://www.youtube.com/watch?v=eWVRzGMVXbM 

    Sex redifined (anglais) : http://www.nature.com/news/sex-redefined-1.16943 (attention, cet article emploi le terme pathologisant de DSD qui devrait être remplacé par intersexe) 

    Christina Richards, Walter Pierre Bouman, Leighton Seal, Meg John Barker, Timo O. Nieder & Guy T’Sjoen (2016) Non-binary or genderqueer genders, International Review of Psychiatry, 28:1, 95-102, DOI: 10.3109/09540261.2015.1106446

     

    Sources :

    http://www.bbc.com/news/world-asia-pacific-14926598 

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/10/12/01016-20161012ARTFIG00329-changement-d-etat-civil-pour-les-trans-la-france-beaucoup-trop-en-retard.php

    http://www.liberation.fr/france/2017/05/04/la-cour-de-cassation-refuse-la-mention-sexe-neutre-pour-un-intersexe_1567241

    https://www.theguardian.com/world/2016/jun/16/jamie-shupe-first-non-binary-person-oregon

    http://www.nbcnews.com/feature/nbc-out/court-ruling-raises-number-legally-nonbinary-californians-seven-n721676

    https://en.wikipedia.org/wiki/Legal_recognition_of_non-binary_gender

    http://www.leparisien.fr/societe/les-femmes-moins-bien-soignees-que-les-hommes-05-09-2005-2006266804.php

    https://www.science-et-vie.com/article/est-il-vrai-que-les-medicaments-soignent-moins-bien-les-femmes-8202

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Manu
    Vendredi 5 Mai à 16:07

    Le A de "autre", comme tu le dis, affirme l'existence d'autre chose que les habituels F et M et regroupe pas mal de monde, mais il faut alors la possibilité de préciser qui l'on est, en question ouverte. Autrement ça semble signifier qu'on s'en fiche / que l'on n'y croit pas.


    Nous sommes si nombreux et divers, nous ne pouvons pas être tous rassemblés dans un même panier confus, avec tous ceux dont on ne sait pas quoi faire, juste histoire de nous caser tout de même quelque part...

     

    Et "autre" ne me semble pas non plus un vrai mot. Je le vois comme un synonyme de "truc bidule", un mot dédaigneux pour rassembler tout le foutoir de ceux qui s'amusent à vouloir casser la sainte binarité.

     

     

    Je vote donc pour le I de intersexe pour les personnes qui le souhaitent, et NB pour non-binaire, ou mieux : une autre lettre, initiale d'un vrai nouveau mot qui nous représente (comme Fim, mais le F est déjà pris)

    2
    Vendredi 5 Mai à 20:39

    Hello,

    C'est évident que cette évolution impliquera des changements importants d'un point de vue juridique mais effectivement, comme tu l'as si bien dit, c'est tout à fait possible puisque d'autres pays l'ont fait. 

    En ce qui me concerne, parmi toutes les propositions que tu as citées, le "A" est celle qui me parait la plus correcte. En tant que non-binaire, j'aurais aussi apprécié le "NB" mais alors, oui, cela n'est pas totalement inclusif. Bref, "A" me semble mieux.

    3
    neutral
    Vendredi 5 Mai à 23:30
    Personnellement, je travaille en laboratoire et nous avons le sexe"indéterminé".
    Celui ci s'applique aux personnes non identifiées. Effectivement, il est"compliqué" d'avoir un 3eme type de sexe , de même que d'avoir un nom de"jeune fille" (maintenant nom de naissance)pour un homme avec un"nom marital" (nom d'usage désormais) pour un homme. Mais avec le pacse, le mariage gai ou simplement le fait de choisir son nom (de la femme ou de la mère d'adoption ou de scène), ça parait"improbable" par habitude du traditionnel. De même, un enfant peut naître avec les 2 sexes, comment choisir pour son enfant?
    Je pense que le monde n'est pas prêt à sortir de la"norme" (basée sur les habitudes). Mais le monde a également besoin de mettre le doigt sur ce qui n'est pas"normal". De même, lorsqu'on croise une personne trisomique (trisomie 21 généralement), on ne peut s'empêcher d'avoir une pensée différente (compassion, indifférence forcée...) l' humain est tel qu'il ne peut s'empêcher de remarquer les différences qui nous caractéristise. Nous ne pouvons pas feindre l' ignorance, l' indifférence. Bref, ici le sujet étant la reconnaissance d'un 3eme sexe ferait actuellement peur aux "gens". (c'est un extraterrestre? Comment peut on naître sans sexe?...) le regard des gens ne changera pas! Le fait d'ajouter une nouvelle catégorie ne changera pas le regard des gens. De leur même façon, la couleur de peau ne s'efface pas (même si certains y sont parvenus). Il faut principalement s'affirmer et affronter les autres... Cependant, les gens commencent à reconnaître qu'il est possible de ne pas rentrer dans la "norme" mais ils ne sont pas prêts à vivre"une nouvelle ère".
    De plus, cela dévierait vers une autre forme de discrimination: La photo d'identité: Pourquoi en avoir une? Pas le droit de porter des bijoux, de sourire, de changer de coiffure? Oui cela devient très compliqué... Devrions nous avoir une identité par adn et empruntes?
      • Lundi 8 Mai à 15:44

        On ne devrait assigner un genre à la naissance à personne car il y a toujours un risque de se tromper.

        Le regard des gens ne changera pas en un claquement de doigt, oui, mais ça donne un cadre légal pour protéger les personnes concernées, légaliser leur existence et leur permettre des démarches administratives et plein de choses qu'elles n'auraient pas forcément pu faire quand leur état civil ne correspondait pas à leur genre vécu. Ca amorce un changement social.

        Je ne comprends pas bien le rapport avec la photo d'identité. Non je ne suis pas pour une identité par ADN et empruntes, ça fait vraiment fiché pour le coup...

    4
    éden
    Samedi 6 Mai à 11:26

    Je suis pas fan du A, parce que "autre" je suis pas fan... je le vois comme quelque chose de péjoratif, genre "il y a les hommes, les femmes, et les autres là, avec leurs genres/sexes chelous" (après c'est complètement subjectif). j'aime bien le X en tant que lettre (genre j'aimerais bien avoir un X au lieu d'un F ou d'un M) mais je suis pas non plus fan du fait qu'il n'y ait pas de "vrai mot" rattaché.

    le N, pourquoi pas, je pense que c'est celui qui me conviendrait le mieux dans tout ceux qu'il y a là..

      • Lundi 8 Mai à 15:40

        Je comprend que la A puisse rebuter !

    5
    stef
    Samedi 6 Mai à 15:17

    Il me semble qu'au Népal la troisième option est un O. Ça m'a toujours bien plu, dans la mesure que c'est une lettre qui ne porte pas de signification précise ( A pour autre ou N pour neutre) tout en évitant l'ecueil du X qui donne le côté " truc bizarre indéterminé". Le O ne porte pas cette signification, ça donne vraiment une impression de "autre chose à part entière" sans que ça soit spécifié, pour inclure le maximum de monde.

      • Lundi 8 Mai à 15:40

        Je ne connaissais pas le O, ça me fait penser à "Other" en anglais, mais vu que c'est au Népal j'imagine que ça n'a rien à voir ^^ Ca fait penser au O barré aussi. Ou au symbole homme/femme mais sans les flèches/croix donc quelque part ne précise pas de genre. j'aime bien.

    6
    Flo
    Mardi 19 Septembre à 19:52

    Pourquoi ne pas simplement remplacer la mention  F/M par une mention "sexe physiologique" avec F/M/I
    et AJOUTER un champ "genre" qui resterait vide jusqu'à la majorité (ou le recensement) ; moment où chacun pourrait choisir le genre qu'il souhaite voir affiché sur son état civil. On se contenterait de la mention "genre" sur les papiers d'identité, pour éviter le calvaire qu'on connait...

    Pour éviter le problème d'initiale, on peut imaginer une liste par ordre alphabétique numérotée (comme nos départements) ?
    Dites moi si je me trompe mais j'ai la sensation que ça ne ferait de mal à personne, ça permettrait également de souligner la différence entre sexe et genre..?

      • Jeudi 21 Septembre à 22:58

        Non. La classification en catégories de sexe reste simpliste et inutile. Et hors de question d'afficher nos organes génitaux et caractéristiques physiologiques sur notre carte d'identité -_-' ça ne regarde personne à part nous et le médecin si besoin. Puis le sexe c'est la même chose que le genre ! https://furiegelatine.wordpress.com/2016/03/08/le-sexe-et-le-genre-sont-en-fait-la-meme-chose-mais-ne-partez-pas-si-vite/

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :