• Xénogenres et synesthésie

    Il y a quelques mois de cela, je parlais avec une personne anglophone xénogenre et je lui disais à quel point les xénogenres étaient mal compris et attaqués dans le milieu francophone. Iel m’a dit : « Mais pourquoi tu leur explique pas que les personnes xénogenres sont souvent synesthètes ? » Et là, je dois avouer que ça a fait tilt dans ma tête. Quel mauvais pédagogue je suis ! (M’enfin, ça n’excuse pas la violence…) Je n’avais pas fait la connexion jusque là, mais ça me paraissait d’un coup évident qu’il fallait que je réfléchisse à cet angle d’attaque.

     

    Je savais vaguement ce qu’était la synesthésie, mais j’ai fait des recherches sur la question (Wikipédia est maon ami•e !) pour vraiment comprendre de quoi il s’agissait. Je vais donc dans un premier temps expliquer ce que c’est puis ce que ça implique pour les personnes xénogenres.

     

     

    1.    La synesthésie, kézako ?

     

    La synesthésie est un phénomène d’association de sens involontaire et constante. Par exemple, une personne associera une couleur différente à chaque nombre et « verra » donc les nombres en couleur. Cette association est, comme je l’ai dit, involontaire (la personne ne choisit pas consciemment de la faire) et constante (les nombres ont la même couleur qu’il y a 10 ans et la personne ne peut pas décider de changer leur couleur). Il s’agit tout simplement de deux régions du cerveau qui s’activent conjointement. La synesthésie ne concernerait que 4% de la population d’après les estimations faites ! Ce n’est pas une maladie, c’est juste une diversité de fonctionnement cérébral. D’ailleurs, il arrive souvent que les personnes concernées ne se rendent pas compte qu’elles sont synesthètes parce que c’est instinctif et elles s’imaginent que c’est pareil pour les autres personnes.

     

    Il existe beaucoup de formes de synesthésies différentes. Je vais donc donner des exemples mais ce ne sera pas exhaustif.

     

    -       synesthésie numéraire : les nombres ont des couleurs, une personnalité, etc.

     

    -       synesthésie spatiale : les élément d’une série (chiffres, jours de l’année…) ont une place dans l’espace.

     

    -       synesthésie auditive : voir une couleur en entendant une note de musique, associer une émotion aux notes de musiques, avoir un gout dans la bouche en entendant une note de musique, etc.

     

    -       synesthésie gustative : les mots ont des goûts, les notes de musiques ont des goûts, etc.

     

    -       synesthésie olfactive : les mots ont des odeurs, les notes de musiques ont des odeurs, etc.

     

    Il est possible de trouver une liste beaucoup plus complète sur Wikipédia. Une seule personne peut avoir plusieurs formes de synesthésie.

     

     

    2.    Les personnes xénogenres sont-elles synesthètes ?

     

    En ce qui me concerne, j’ai toujours vu les chiffres dans l’espace ainsi que d’autres séries logiques (jours de l’année etc.) mais je pensais que c’était pareil pour tout le monde. Quand j’ai fait mes recherches sur la synesthésie, j’étais très surpris ! Je me suis alors rendu compte que j’avais une mémoire très spatiale. Je pense tout spatialement. Et comme par hasard… mon genre est spatial lui aussi ! C’est à dire que je vois dans ma tête comment mes sous-genres sont organisés et fluides dans l’espace. Ainsi, il semble tout à fait logique que j’ai instinctivement associé mon genre avec une métaphore de spatio-temporelle : l’espace.

     

    Je me suis donc demandé si c’était pareil pour les autres personnes xénogenres. Toutes les personnes à qui j’ai parlé avaient une forme de synesthésie. Par exemple, une personne associait des couleurs aux nombres et était genre-couleur. Parfois, les personnes avaient d’autres formes de synesthésies pas forcément associées à leur genre (les mots ont des goûts et être de genre-couleur par exemple), mais étaient quand même synesthètes.

     

    Evidemment, je n’ai pas parlé à toutes les personnes xénogenres de la Terre, donc impossible d’en faire une généralité pour toutes les personnes concernées, d’autant plus que le mot xénogenre est un immense terme parapluie regroupant des multitudes de genres très différents. Cependant, j’ai vraiment remarqué (et pas que moi visiblement, vu la discussion qui a déclenché toute cette réflexion) qu’une grande partie des personnes xénogenres sont synesthètes d’une manière ou d’une autre.

     

     

    3.    Les xénogenres sont-ils liés à la synesthésie ?

     

    On peut alors se demander si le fait d’être xénogenre en soi est une forme de synesthésie, étant donné que le principe même est d’associer de manière instinctive et non volontaire un autre élément à son genre (excepté probablement pour les neurogenres, mais on y reviendra). Ca me paraît franchement ressembler à la définition de synesthésie tout ça… Je remets ici le petit schéma que j’avais fait pour expliquer les différences entre maverique/aporagenre et xénogenres qui montre bien ce phénomène.  

     

    Xénogenres et synesthésie

    Si l’on va sur la page Wikipédia dédiée au xénogenres, on a en effet énormément de genres qui sont classés avec le mot clé « synesthésie ». La description en en-tête de la page fournit trois types de classification des xénogenres :

     

    - Noms et archétypes : lorsque l’on exprime son genre évoquant des archétypes familiers plutôt que la féminité ou la masculinité (être imaginaire, une partie de la nature, un symbole, etc.)

     

    - Neurogenres : lorsque le neurotype d’une personne neuroatypique (c’est à dire qui n’est pas dans la norme mentale dominante comme les autistes par exemple) influence ou est fortement lié à son genre (on y reviendra prochainement).

     

    - Perceptions synesthésiques : « La synesthésie est un phénomène peu commun dans lequel les gens ont plusieurs sens liés ensemble, ainsi par exemple, des paroles, des sons, des mots font apparaître une couleur spécifique dans leur tête. Certaines personnes non-binaires trouvent qu’il est plus naturel de percevoir et décrire leur sentiment intérieur de leur identité de genre en des termes similaires aux perceptions synesthésiques. Par exemple, la texture, la taille, la forme, le temps, la lumière, le son ou une autre caractéristique sensorielle que la plupart des gens n’attribuent pas au genre du tout. Certaines personnes en ont fait des noms pour certains de ces genres, comme par exemple archaïc-genre, cosmique-genre ou genre-glacé. »

     

    Et si on explorait quelques xénogenres pour voir en quoi cela peut être de la synesthésie et tirer tout cela au clair ? Evidemment, je me baserai sur ma propre interprétation des définitions, donc il n’est pas exclu que je sois dans l’erreur par rapport à ce qu’à voulu dire la personne concernée qui a écrit ladite définition. Mais on va quand même s’essayer à l’exercice car on va en tirer des choses intéressantes.

      

    Note 1 : Toutes les définitions des xénogenres se trouvent dans cet article.

    Note 2 : J’ai déjà parlé des genres-spatiaux et des genres-couleurs juste au dessus donc je ne referai pas l’analyse ci-dessous.

     

    a)    Arithmogenre : la métaphore utilisée est un nombre. Ce peut-être n’importe quel nombre (positif, négatif, décimal, fractions…)

     

    Honnêtement, la première fois que j’ai lu cette définition, mon cerveau m’a renvoyé une erreur 404. Mais si on y réfléchit bien, ça prend sens ! En effet, une forme de synesthésie consiste à associer des émotions ou même une personnalité aux chiffres, et c’est précisément ce qu’il se passe avec l’arithmogenre où un sentiment de genre est associé à un chiffre.

     

    b)   Musicagenre : quand ton genre ne peut être décrit que grâce à une esthétique ou un genre de musique spécifiques

     

    Là c’est encore plus évident que pour l’arithmogenre : il semblerait qu’il s’agisse d’une synesthésie où un sentiment de genre est associé à de la musique, tout comme pour certaines personnes les sons sont associés à des émotions, voire des odeurs et des goûts.

     

    c)    Genre-orbe : un genre dont la sensation est ronde et sans bords

     

    Je trouve que là on touche clairement à de la synesthésie dans la formulation même de la définition. Ca me rappelle des phrases du type « les mots ont des goûts », « les sons ont des odeurs ». Ben là c’est pareil, « la sensation est ronde et sans bords ». Je comprends que ça soit un peu compliqué à conceptualiser quand on n’est pas synesthète, mais l’idée c’est celle-là.

     

    d)   Genre-hiver : un genre qui est froid et très neigeux

     

    Idem que pour le précédent, pour moi la synesthésie saute aux yeux. On associe instinctivement une sensation de genre à une température (le froid) et un effet visuel (la neige) voire textural (neigeux).

     

    e)    Genre-brume/brumagenre : une genre peu dense, léger et flou, à la frontière entre un état pleinement genré et un état pleinement agenré. Peut être un genre de transition entre des périodes agenres et des périodes genrées via des changements d’intensités du sentiment de genre (c’est donc un genre-flux).

     

    Il se trouve que c’est moi qui ai écrit cette définition, donc j’y ai mis du détail et je pense que c’est assez clair comme ça (pour moi en tout cas XD) : la brume est associée à cet état léger et flou qui vient avec le fait d’avoir un genre à la limite de l’absence de genre.

     

    f)     Genre-marécageux : un genre qui est comme, ou peut être comparé à un marais, un marécage, une tourbière ou une formation du même type

     

    Là on s’attaque à un peu plus compliqué. J’arrive très bien à conceptualiser l’idée et ça me paraît super clair à titre personnel mais l’expliquer est une autre paire de manche. En gros, pour moi un marais c’est l’idée de quelque chose de boueux, compact, trouble, humide. Du coup, j’imagine qu’il s’agit d’un genre assez dense et intriqué, je le vois un peu comme « l’inverse » de brumagenre.

      

    Et il y a encore des dizaines de xénogenres qui impliquent la notion de synesthésie ! Comme je le disais précédemment, je ne peux en faire une généralité pour tous les xénogenres, tout simplement parce que je ne connais pas toutes les personnes xénogenres pour leur avoir posé la question. Il n’empêche que xénogenre et synesthésie semblent être intimement liés. Je ne sais pas vous, mais moi je trouve ça assez passionnant !

     

    - UESG

     

    PS : Un clin d’œil à tous les gens que les xénogenres « horrifient » : c’est bien de chercher à comprendre avant de dire de la merde. 

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    salomé
    Lundi 20 Juin 2016 à 11:52

    Merci pour cet article, ça me semble beaucoup plus clair à present

      • Lundi 20 Juin 2016 à 15:54

        Je t'en prie !

    2
    Salem
    Vendredi 16 Juin à 15:30

    Okay, mais dans ce cas, peut-on encore parler de genre uniquement ? N'est-ce pas plus globalement la personnalité entière de la personne qui peut se percevoir par les sens ?

      • Vendredi 16 Juin à 19:58

        On parle bien de genre. Les personnes xénogenres peuvent avoir toutes sortes de différentes personnalités tout en étant du même genre. Les xénogenres sont juste un autre moyen de parler de genre, avec des termes inhabituels.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :